Un couple crée une école pour les enfants pauvres qui accepte de recycler des déchets plastiques à la place des frais de scolarité

À notre époque, la possibilité d’aller à l’école n’a jamais été aussi grande. Mais pour certaines familles, cependant, il existe encore un obstacle financier malheureux qui empêche leurs enfants d’y aller.

Dans les zones rurales du monde, les enfants abandonnent l’école beaucoup plus jeunes que dans les zones développées, laissant certaines communautés dans des cycles de pauvreté dont il est difficile de sortir.

L’Inde est l’un des pays où cette pratique est trop courante. Selon les statistiques, moins de la moitié de la population indienne âgée de 6 à 14 ans fréquente l’école. Pourtant, une école s’efforce de changer cela tout en aidant à nettoyer l’environnement.

Deux éducateurs nommés Mazin Muktar et Parmita Sarma se sont rencontrés en 2013 et ont formé l’école Ashkar ensemble.

Située dans l’État d’Assam, au nord-est de l’Inde, l’école a ouvert ses portes en 2016 avec une simple obligation de frais de scolarité : chaque enfant doit apporter un « paiement de frais de scolarité » hebdomadaire d’au moins 25 déchets recyclables pour pouvoir passer la porte.

Ces frais de scolarité ont un double objectif. Pour les familles qui vivent de quelques sous, cela leur donne la possibilité d’envoyer leurs enfants à l’école sans se soucier de choisir entre l’éducation, la nourriture ou un abri. Et pour la communauté, c’est aussi un moyen de nettoyer l’environnement.

En tant que centre de recyclage, l’école est en mesure d’inciter la zone rurale à trier les déchets recyclables au lieu de  les laisser s’empiler et détruire l’environnement. Plutôt que de brûler des déchets recyclables pour se réchauffer en hiver, on enseigne à la communauté les dangers de brûler des plastiques et on enseigne sur les alternatives viables, tout en ramassant les déchets pour trouver un moyen de les réutiliser correctement.

Cela fait trois ans que l’école a ouvert ses portes, et les progrès ont été incroyables. Selon un profil du magazine américain sur l’économie Forbes, l’école est passée d’une vingtaine à une centaine d’élèves à l’ouverture ; non seulement les élèves sont devenus « de bons coordinateurs de leur communauté », mais ils ont aussi contribué à inciter ceux qui ne cherchaient pas à ramasser du plastique à le faire afin de les aider pour payer leurs cours.

La meilleure partie, cependant, c’est que l’école n’enseigne pas seulement aux enfants à lire et à écrire.

Dans une petite collectivité, la capacité de fournir de vraies compétences professionnelles est absolument inestimable. C’est exactement ce que Mazin Muktar et Parmita Sarma ont fait, mais avec une touche environnementale.

Ils enseignent tout aux étudiants, de la menuiserie à l’électronique, mais orientent la formation vers des pratiques respectueuses de l’environnement, tout en laissant certains des étudiants plus âgés travailler pour enseigner et donner des cours particuliers contre rémunération. Alors que certains élèves apprennent à construire de meilleurs bâtiments ou à enseigner aux générations futures, d’autres apprennent à installer des panneaux solaires, ce qui signifie que le recyclage ne sera pas le seul moyen d’agir pour l’environnement dans cette petite région rurale.

Jusqu’à présent, l’école est une institution unique en son genre qui se démarque largement dans la région. Mais pour le couple qui l’a fondée, Forbes a rapporté qu’ils n’ont pas l’intention de s’arrêter là. Avec des plans pour 100 autres écoles gérées de la même manière au cours des cinq prochaines années, ils seront très occupés et, espérons-le, l’environnement en bénéficiera autant que les élèves.

 
VOIR AUSSI