Un directeur d’école met fin aux moqueries infligées aux élèves sans-abri en installant une laverie automatique pour nettoyer les vêtements sales

L’intimidation dans la cour d’école peut prendre plusieurs formes, et dans cette école en particulier, le directeur a décidé d’aider ses élèves d’une manière unique en changeant leur situation.

Akbar Cook, le directeur de l’école secondaire West Side de Newark, dans le New Jersey, dans le nord-est des États-Unis, est conscient que beaucoup de ses élèves n’ont pas de vêtements propres à porter, un problème qui a conduit à des railleries et des brimades de la part d’autres élèves qui sont plus chanceux. Le problème est devenu si grave que jusqu’à 85 % de ces élèves ont fait l’école buissonnière au cours des dernières années.

M. Cook a partagé un incident survenu il y a deux ans lorsqu’un agent de sécurité de l’école a voulu vérifier le sac d’une adolescente, mais elle lui a crié dessus et s’est battue pour qu’il ne puisse voir ce qu’il contenait, a rapporté CNN.

« La police m’a dit plus tard qu’elle avait des vêtements sales dans son sac parce qu’elle était sans-abri et qu’elle ne voulait pas qu’on le sache », a dit M. Cook à CNN. « Elle se battait pour sa fierté. »

« Ce sont des enfants, de bons enfants qui veulent apprendre, qui manquent trois à cinq jours par mois parce qu’ils ont été victimes d’intimidation parce qu’ils étaient sales », a dit M. Cook.

« J’ai même changé l’uniforme de l’école pour des couleurs plus foncées afin qu’ils puissent passer plus de jours sans les nettoyer, mais même avec cela, les élèves luttaient pour réussir à ce qu’ils aient l’air assez propres pour y assister », a-t-il ajouté.

Il y a deux ans, M. Cook a demandé une subvention de 17 250 € à la Fondation PSEG pour créer une laverie automatique dans l’ancienne salle de vestiaire de football.

L’école dispose maintenant de cinq machines à laver commerciales et de cinq séchoirs à linge. Quand la nouvelle s’est répandue dans la communauté, il y a eu beaucoup de dons de détergents à lessive pour lancer l’opération « feel clean » (se sentir propre).

« Au fur et à mesure que l’histoire s’est répandue, nous avons reçu des paquets de détergent à l’école et sur la page de notre liste de souhaits d’Amazon », dit Nicole Daniel, l’assistante opérationnelle de l’école.

« Souvent, les élèves viennent parce qu’ils sont gênés, qu’ils ne se sont pas pareils aux autres ou que quelqu’un se plaint d’une odeur corporelle. Je disais : ‘D’accord, chérie, alors on va devoir le faire à l’ancienne. Nous avons du savon, nous avons de l’eau. Mais maintenant, avec cette buanderie, nous n’avons plus besoin de faire ça' », dit Nicole Daniel.

« Nous essayons de leur apprendre à assumer leur fierté », dit M. Cook. « Mes étudiants sont des combattants, ils ont juste besoin de bons moyens afin de se battre pour eux-mêmes et d’être fiers de ce qu’ils peuvent faire. »

Parfois, enseigner des leçons de vie est tout aussi important que d’apprendre les « trois R » (réduire, réutiliser et recycler). Redonner à ces jeunes leur estime de soi contribuera grandement à créer de bons citoyens de l’avenir !

Regardez la vidéo ci-dessous :

Version originale

Vous avez apprécié cet article ? Partagez-le avec vos amis et laissez-nous vos commentaires.

Émus par sa situation, des étudiants se cotisent
et offrent des vacances à leur agent d’entretien

 
VOIR AUSSI