Ces entreprises «woke» qui font fuir les salariés n’adhérant pas à cette idéologie

Par Emmanuelle Bourdy
14 septembre 2022 20:17 Mis à jour: 14 septembre 2022 20:17

Dans le monde du travail, l’esprit woke peut rebuter certains travailleurs, que ce soit des salariés implantés dans une entreprise favorable à ce courant de pensée ou des personnes en recherche d’emploi.

Tout le monde n’adhère pas à la culture woke, loin s’en faut, même si celle-ci est dans l’air du temps et gagne progressivement du terrain. Mais l’esprit woke d’une entreprise peut-il être perçu comme un moyen de discrimination envers ceux qui ne le soutiennent pas ?

« C’est un nouveau critère de discrimination »

Pour Franck Neveu, linguiste et professeur à La Sorbonne, la réponse est oui. « Il y a une forme de pression à l’embauche qui est absolument insupportable », explique-t-il au Figaro. « C’est un nouveau critère de discrimination », car, ajoute-t-il, « la personne en entretien n’est peut-être pas concernée par cette question de genre ».

Lors d’entretiens d’embauche, des travailleurs confrontés à des entreprises affichant clairement leur penchant pour l’inclusivité préfèrent carrément stopper le processus de recrutement lorsque leurs idées sont en désaccord avec celles-ci. D’autres, travaillant au sein de telles entreprises, peuvent même en arriver à la démission. Une enquête IPSOS-BCG-CGE – menée en mars 2021 et intitulée « Talents : ce qu’ils attendent de l’emploi » – a révélé que 76% des jeunes souhaitent trouver un poste en adéquation avec leurs valeurs.

Des entreprises qui veulent être « irréprochables » en matière d’inclusivité

Pour afficher explicitement leurs tendances, les entreprises en accord avec cette culture woke n’hésitent pas à utiliser l’écriture inclusive. Elles peuvent également employer le mot « iel » – qui est la contraction d’ « il » et d’ « elle » – pour désigner une personne qui ne sent d’appartenance à aucun genre. Dans l’intitulé d’un poste, elles peuvent aussi mentionner « M/F/X », M désignant « male », F « female » et X pour les personnes qui se déclarent « neutres ».

Ces différentes utilisations linguistiques, de plus en plus répandues, dénotent une volonté de l’entreprise d’être « irréprochable » et d’accepter toute personne, sans discrimination en matière d’inclusivité.

« Ce n’est pas pour des formes d’énonciation qu’on embauche quelqu’un »

Pour Franck Neveu, demander à un candidat par quel pronom il souhaite qu’on le désigne n’est pas une question anodine. « Une personne à qui l’on pose cette question a légitimement le droit de craindre de répondre à côté des attentes de l’embaucheur, et donc d’être en danger pour l’obtention du poste », pointe-t-il, rappelant bien que « ce n’est pas pour des formes d’énonciation qu’on embauche quelqu’un, mais pour ses compétences ».

« Refuser par idéologie le masculin générique est clivant », poursuit le linguiste. « L’expression linguistique fonctionne depuis toujours sur le principe de l’économie, que ce soit à l’écrit ou à l’oral », signifie-t-il encore. Il trouve « rassurant » que « des jeunes refusent de jouer le jeu de l’inclusivisme », car selon lui, ces jeunes « suspectent derrière ce type de discours une idéologie qui va les pousser à partager une sorte de bien-pensance », un choix qu’ils refusent qu’on leur impose.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.