Les États-Unis cherchent à assurer le désarmement nucléaire de la Corée du Nord

Les États-Unis veulent que la Corée du Nord renvoie du pays les ingénieurs nucléaires et détruise des données pour empêcher la reproduction de ses armes nucléaires

Selon un reportage du 10 mai du journal japonais Asahi Shimbun, lors des négociations précédant le sommet du président américain Donald Trump et du dirigeant nord-coréen Kim Jong-un, prévu à Singapour le 12 juin, des désaccords ont eu lieu sur la mesure dans laquelle la Corée du Nord devrait dénucléariser.

La Corée du Nord a accepté de démanteler son arsenal des ogives nucléaires et de missiles balistiques intercontinentaux.

Toutefois, les sources proches de la Corée du Nord ont confié à Asahi Shimbun que, préoccupés par la possibilité que la Corée du Nord reprenne le développement des armes nucléaires dans le futur, les États-Unis ont demandé au régime nord-coréen de renvoyer du pays les ingénieurs nucléaires et de détruire toutes les données liées à son programme nucléaire.

Cependant, d’après Asahi Shimbun, la Corée du Nord s’est opposée à l’idée du renvoi des milliers d’ingénieurs nucléaires, tout en « adoptant une position vague par rapport à l’abandon des données sur ses six essais nucléaires et les installations nucléaires à Yongbyon ».

Les deux parties sont également en désaccord sur le calendrier du démantèlement des installations et armes nucléaires. Les États-Unis souhaitent un démantèlement complet dans quelques mois ou, au maximum, dans deux ans, tandis que le régime nord-coréen veut procéder à la dénucléarisation étape par étape sur une plus longue période.

La Corée du Nord cherche également à être « récompensée » chaque fois qu’elle franchit une nouvelle étape vers la dénucléarisation, tandis que les États-Unis préfèrent la « récompenser » lorsque toutes les étapes auront été franchies.

Auparavant, les États-Unis avaient poursuivi la politique ayant comme but un « démantèlement complet, vérifiable et irréversible », mais le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a récemment annoncé publiquement que les États-Unis cherchent maintenant un « démantèlement permanent, vérifiable et irréversible (DPVI) ».

Le journal sud-coréen JoongAng Ilbo a expliqué que le statut du DVPI permettait aux États-Unis d’empêcher le régime nord-coréen de se rétracter et de relancer le développement des armements nucléaires – peut-être après avoir détruit son arsenal actuel et reçu des avantages économiques de la part de la communauté internationale.

Shin Beomchul, chercheur principal à Asan Institute for Policy Studies, un groupe d’experts sud-coréen, a précisé à JoongAng Ilbo : « Le DVPI pourrait signifier non seulement détruire la documentation nucléaire et les installations nucléaires, mais aussi se débarrasser des données et du personnel de recherche. »

Annie Wu

New Tang Dynasty Television a contribué à cet article.

Version originale

 
VOIR AUSSI