États-Unis : Des milliers d’enfants migrants dormant dans des « cages »… mais un détail cloche

Ce dimanche, des photos scandaleuses enflammaient les réseaux sociaux aux États-Unis. Mais après quelques vérifications sur les clichés, la raison de leur publication semblait relever d’une tromperie.

Le scandale est arrivé par l’éditeur en chef du Times Magazine, Jake Silverstein, Jon Favreau, qui rédigeait les discours d’Obama ainsi que Hadas Gold, reporter à CNN. Dimanche dernier, ils ont posté des photos sur leurs comptes Twitter. On y voyait des milliers d’enfants dormant dans un Centre d’accueil d’urgence, près de la frontière mexicaine.

Sans donner plus de détails sur les clichés, les posts Twitter accusaient le président Trump d’être responsable de la situation.

Cependant, il apparaît par la suite que si ces photos montrent bien des enfants réfugiés dormant dans un Centre d’accueil d’urgence à Nogales, en Arizona, elles ont été prises en 2014. À l’époque, Barack Obama était encore président des États-Unis et les clichés ne l’avait pas inquiété le moins du monde. À l’époque où ces photos ont été prises, le 18 juin 2014, plus de 47 000 enfants non accompagnés et provenant d’Amérique centrale avaient franchis la frontière illégalement. Il ne s’agissait pas d’enfants séparés de leurs parents par les autorités.

Jake Silverstein, Jon Favreau, et Hadas Gold ont par la suite supprimé les photos de leurs comptes Twitter. Cependant, beaucoup de monde avait déjà remarqué la supercherie.

« Les démocrates se sont trompés en publiant des photos de 2014 montrant des enfants à la frontière dormant dans des cages », a remarqué Donald Trump, qui a ajouté « ils pensaient faire croire qu’il s’agissait de photos récentes pour nous faire porter le chapeau. Mais non. »

Hadas Gold et Jake Silverstein ont expliqué par la suite pourquoi ils ont supprimé leurs posts sur Twitter. Le journaliste de CNN a expliqué que les photos « donnaient l’impression d’être récentes », et l’éditeur en chef du Times Magazine a dit avoir publié dans un moment de distraction en famille.

Donald Trump a profité de l’occasion pour réaffirmer l’intérêt de construire un mur séparant États-Unis et Mexique, et renforcer les contrôles aux frontières.

 
VOIR AUSSI