Une étudiante a travaillé très dur après avoir passé son enfance dans un orphelinat

Grandir dans la pauvreté sans parents est un combat sans pareil. Cette jeune femme a passé une grande partie de son enfance dans un orphelinat, mais avec l’aide d’un ange gardien, elle a réussi à surmonter les obstacles impossibles.

Kalpana Kindo a grandi dans un orphelinat de la province d’Odisha en Inde. Son père avait quitté la famille et sa mère est décédée lorsque Kalpana était très jeune.

Kalpana n’avait que 6 ans lorsqu’elle a emménagé à l’orphelinat.

(Avec l’aimable autorisation de Jeffrey Salzgeber)

« Mon premier souvenir d’enfant a été la perte de ma mère. C’était très douloureux et effrayant parce que mon père n’était plus parmi nous », a dit Kalpana à Humanity par courriel.

Kalpana a été forcée d’aller dans un orphelinat parce qu’elle n’avait plus de famille immédiate et que ses proches n’étaient pas en mesure de subvenir à ses besoins financiers.

L’orphelinat était aussi le seul endroit où Kalpana pouvait être nourrie et recevoir un certain niveau d’éducation.

(Avec l’aimable autorisation de Jeffrey Salzgeber)

Bien que Kalpana n’ait pas pu vivre avec sa famille, elle a rencontré d’autres orphelins qui sont devenus ses frères et sœurs.

En 2006, peu de temps après avoir commencé à vivre à l’orphelinat, Kalpana a rencontré une femme d’affaires américaine nommée Caroline Boudreaux, qui était l’une des bienfaitrices de l’orphelinat.

Caroline a fondé la Fondation Miracle, qui fournit une aide financière aux orphelinats en Afrique, en Inde, au Sri Lanka, au Mexique et aux États-Unis.

Il y a eu un lien immédiat entre les deux.

« Je savais que j’avais un chef sur les bras. Kalpana avait 6 ans, aussi mignonne qu’un bouton », se souvient Caroline avec Humanity.

« Quand Tante Caroline rendait visite à l’orphelinat, elle était toujours si aimante et gentille avec moi. Nous avions un lien immédiat et elle a dit qu’elle pouvait dire que j’étais un leader et que je pouvais faire n’importe quoi, si j’y mettais tout mon esprit », se souvient Kalpana.

Caroline a immédiatement été attirée par Kalpana, mais elle savait qu’elle ne pouvait pas rester avec elle pour toujours.

Caroline Boudreaux (à droite) avec une enfant dans un orphelinat. (Avec l’aimable autorisation de Jeffrey Salzgeber)

Les deux ont maintenu une correspondance par courriel au fur et à mesure que Kalpana grandissait, et leur relation s’est approfondie.

« Aujourd’hui, elle est ma famille. Quoi que j’accomplisse ou où que j’aille dans ce monde, Tante Caroline fera toujours partie de ma vie en tant que figure maternelle pour moi », a dit Kalpana.

Et Kalpana n’a jamais oublié ce que Caroline lui avait dit sur le fait de travailler fort pour réaliser ses rêves.

Bien que l’orphelinat ait pu fournir à Kalpana de la nourriture, un abri et un peu d’éducation, sa famille lui manquait toujours. Il est arrivé un moment où elle voulait vivre dans un foyer ordinaire avec des parents par le sang.

« Quand j’ai grandi un peu plus, je pense que lorsque j’étais en 7e année, j’ai réalisé que je ne voulais plus vivre à l’orphelinat », se souvient Kalpana. « Je voulais rester avec ma tante (biologique), quelles que soient les conditions et les problèmes. J’étais prête à les affronter tous. »

Kalpana a emménagé chez sa tante, qui a pu payer ses études de 8e, 9e et 10e année.

Mais l’éducation était la seule chose que sa tante pouvait payer. Elle n’était pas en mesure de subvenir à ses besoins ou de la nourrir. Ce fut un coup dur pour le rêve de Kalpana de vivre en famille.

« Je pensais pouvoir m’adapter. Mais j’avais tort. C’était difficile de rester chez ma tante, dans une situation où je n’avais rien sur moi, personne pour s’occuper de moi, personne pour me nourrir », explique Kalpana.

Lorsque Kalpana a terminé sa première année d’études, elle s’est rendu compte que l’éducation serait son seul moyen de sortir de la pauvreté.

Sa cousine lui a suggéré d’étudier la médecine, mais Kalpana n’avait pas les moyens de terminer ses études.

Heureusement, l’autre tante de Kalpana a pu payer la 11e et la 12e année où elle a étudié la physique, la chimie et la biologie.

Cependant, Kalpana était loin d’avoir les moyens de payer les études supérieures.

Kalpana Kindo. (Avec l’aimable autorisation de Jeffrey Salzgeber)

Tout au long de sa correspondance avec Caroline Boudreaux, Kalpana avait soulevé son anxiété de ne pas avoir les moyens d’aller à l’université.

Caroline a dit à Kalpana que si elle continuait à travailler fort à l’école, tout s’arrangerait.

« Un beau jour, je reçois un courriel de Kalpana me disant : ‘Vous m’avez dit que si je pouvais aller à l’université, vous pourriez m’aider à payer pour cela, et je peux aller à l’université. Pouvez-vous m’aider ?‘ »,  se souvient Caroline.

Caroline était heureuse de le faire. Elle savait que Kalpana était motivée et capable d’atteindre ses objectifs.

« Je n’étais pas surprise, mais ravie et si fière d’elle parce que ce n’était qu’une force de volonté », se souvient Mme Boudreaux.
Kalpana a commencé ses études l’année dernière à l’École de soins infirmiers de Yasodha, et elle s’en sort très bien.

« J’ai traversé tant de dépressions que je suis fière de dire que rien ne peut m’arrêter ! Si je peux surmonter toutes les choses que j’ai traversées, alors je peux littéralement surmonter n’importe quel obstacle. Qu’est-ce qu’une vie sans défis ? »

Version originale

Vous avez apprécié cet article ? Partagez-le avec vos amis et laissez-nous vos commentaires.

Pendant 7 ans, elle s’est cachée derrière le maquillage,
mais maintenant elle est prête à révéler enfin qui elle est vraiment

 
VOIR AUSSI