Une famille embauche une étudiante comme baby-sitter. 3 semaines plus tard, elle fait le sacrifice ultime

Lorsque Kiersten Miles, étudiante à l’université, a accepté un emploi d’été à temps partiel comme baby-sitter pour la famille Rosko, elle ne s’attendait pas à s’attacher autant aux trois enfants dont elle devait s’occuper. Mais les enfants ont une façon magique d’entrer dans votre cœur et Miles a noué des liens particulièrement forts avec le bébé.

Les parents George et Farra ont passé un contrat avec Miles, âgée de 22 ans, pour s’occuper de Mattea, 7 ans, Trey, 5 ans et Talia, 9 mois. Mais ils ne s’attendaient pas à ce qu’elle aille bien au-delà de ses responsabilités de nounou.

Après seulement trois semaines de travail, Miles a pris la décision de sauver la vie du bébé.

Facebook/Kiersten Miles

Talia souffrait d’une maladie hépatique rare qui ne touche qu’un nourrisson sur 18 000. Lorsque les médecins ont dit aux Rosko que leur fille ne vivrait pas au-delà de l’âge de deux ans sans recevoir une greffe de foie, ils l’ont immédiatement mise sur la liste d’attente de l’UNOS (United Network for Organ Sharing). Cependant, les chances étaient minces – la plupart des enfants atteints d’atrésie des voies biliaires ne reçoivent pas de foie à temps (ce qui est l’unique remède connu).

« Avant de rencontrer cette famille, je ne savais pas qu’il était possible de donner une partie de son foie. J’essaie toujours de donner du sang chaque fois que je le peux, car cela ne m’a jamais dérangé et beaucoup de gens peuvent recevoir mon groupe sanguin. Après avoir fait des recherches, j’ai découvert que je pouvais donner un organe à n’importe qui grâce à mon groupe sanguin », a expliqué Miles à Today.

Quand Miles a appris que le bébé Talia avait besoin d’une greffe de foie, elle a immédiatement été testée pour savoir si elle était un donneur compatible. Elle l’était.

Alors Miles a fait ce que seule une super-nounou pouvait faire.

Les parents de Talia ont hésité lorsque la jeune donneuse a décidé de donner une partie de son foie. « Nous n’avons jamais ‘cherché’ de donneur d’organes et nous n’avons jamais demandé à quiconque s’ils voulaient faire un don, surtout pas à quelqu’un que nous ne connaissions pas encore très bien », a dit Rosko.

Mais Miles a insisté. La baby-sitter avait développé un lien étroit avec leur fille de neuf mois et elle estimait que c’était la chose à faire.

« J’ai dû passer quelques tests sanguins, faire des examens d’imagerie et parler à quelques médecins, puis passer moins d’une semaine à l’hôpital. Ça semblait et ça semble toujours être un si petit sacrifice pour pouvoir sauver une vie. »

Facebook/George Rosko Jr

C’était une décision sérieuse et Miles était prête à aller de l’avant, jusqu’à ce qu’elle apprenne une information qui l’a amenée à tout repenser. « À un moment donné, j’ai découvert que je ne pourrais plus jamais faire de dons si je faisais cela », a-t-elle dit. « J’ai vraiment dû y penser sérieusement. »

Miles a poursuivi la procédure, croyant que si un jour son enfant avait besoin de la même opération, quelqu’un ferait la même chose.

Kiersten et Talia ont subi une intervention de 14 heures à l’hôpital de l’Université de Pennsylvanie et à l’hôpital pour enfants de Philadelphie (États-Unis) et elles sont toutes deux en pleine santé.

Facebook/George Rosko Jr

« Elle a transformé une situation désespérée en situation d’espoir », a déclaré Rosko. « Sans Kiersten, nous serions assis là, à attendre qu’un donneur décédé sauve Talia. Nous aurions vu la santé de notre bébé décliner. »

« Sans Kiersten, je ne sais pas où on en serait… honnêtement, je préfère ne pas y penser. »

Une semaine avant l’opération versus trois mois après l’opération 💚Facebook/Kiersten Miles

Bien que Miles ne garde plus les enfants Rosko, elle et Talia garderont toujours ce lien incroyable. Maintenant, Talia est une petite fille heureuse et en bonne santé de deux ans, grâce à son adorable super-nounou Kiersten.

Miles ne regrette rien du tout.

« Je le referais à 100%. Je pense qu’il est très important que les gens sachent exactement ce qu’ils font bénévolement et à quoi ressemble la période de rétablissement, mais le prix à payer est si petit par rapport au fait de sauver une vie. »

Facebook/Farra Gelato Rosko

Version originale

 
VOIR AUSSI