Fusillades « sans précédent » en Nouvelle-Zélande (Première ministre)

La Première ministre de Nouvelle-Zélande Jacinda Ardern a déclaré vendredi que son pays connaissait l’une des ses journées « les plus sombres » après des fusillades « sans précédent » contre des mosquées de Christchurch.

« Clairement, ce qu’il s’est passé est un acte de violence extraordinaire et sans précédent », a-t-elle dit dans un discours à une nation meurtrie par des attaques meurtrières. La police a fait état de « morts multiples » dans les attaques contre deux mosquées. Une personne a été arrêtée.

« Nombre de ceux qui ont été directement touchés par cette fusillade pourraient être des migrants, ce pourrait même être des réfugiés », a-t-elle ajouté. « Ils ont choisi de faire de la Nouvelle-Zélande leur pays, et c’est leur pays. Ils sont nous. La personne qui a commis cette violence contre nous ne l’est pas ».

« Ils auraient dû se trouver dans un environnement sûr », a-t-elle estimé. Les policiers n’excluent pas que plusieurs auteurs aient été impliquées dans les attaques.

« Il n’y a pas la place en Nouvelle-Zélande pour des actes de violence aussi extrême et sans précédent », a encore martelé la cheffe du gouvernement. « Mes pensées, et je suis sûre celles de tous les Néo-Zélandais, vont à ceux qui ont été touchés et à leur famille ».

D.C avec AFP

 
VOIR AUSSI