Immigration et sécurité: Bruno Retailleau dénonce une « chronique de l’horreur quotidienne »

Par Epoch Times avec AFP
27 septembre 2022 18:05 Mis à jour: 27 septembre 2022 19:44

Bruno Retailleau, président du groupe LR au Sénat et candidat à la présidence du parti, a dénoncé mardi une « véritable chronique de l’horreur quotidienne » après le viol d’une femme à Nantes, exhortant le gouvernement à y mettre « un coup d’arrêt brutal et immédiat ».

M. Retailleau voit dans cette affaire « un concentré des scandales de notre politique migratoire et sécuritaire », déclarant dans un communiqué que « chaque jour qui passe consacre l’échec d’Emmanuel Macron et de Gérald Darmanin ».

Deux Soudanais, en situation régulière, ont été placés en détention provisoire lundi après le viol en réunion samedi à l’aube d’une femme de 40 ans dans le centre-ville de Nantes.

« C’est désormais une véritable chronique de l’horreur quotidienne qui rythme la vie des habitants de nos villes. Je mets en garde le gouvernement. Si un coup d’arrêt brutal et immédiat n’y est pas mis, la paix civile n’y résistera pas », affirme le sénateur de Vendée.

« Pourquoi accueille-t-on autant de migrants qu’on est manifestement incapable de contrôler? (…) Nous ne pouvons plus tolérer ces zombies qui errent dans nos villes et terrorisent nos populations », développe-t-il. Il estime que l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (OFPRA) « doit revoir ses critères d’attribution du statut des réfugiés » et réaffirme sa position en faveur de la double peine.

« Les Français ne peuvent plus se contenter de belles paroles, il y a urgence ! », déclare encore le patron des sénateurs LR alors qu’un projet de loi sur l’asile et l’immigration est maintenant attendu début 2023.

Dans la course à la présidence de LR, M. Retailleau est en compétition avec Eric Ciotti, Aurélien Pradié et Virginie Calmels.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.