« Je n’ai pas honte de me tenir face au ciel » : un vétéran de l’armée chinoise persécuté pour ses convictions

"Il ne s'agit pas d'une persécution contre moi personnellement, mais d'un anéantissement des valeurs universelles", déclare l'officier
Par Daksha Devnani
26 février 2022 19:14 Mis à jour: 27 février 2022 07:22

Un vétéran décoré de l’armée chinoise, ayant ensuite servi pendant 21 ans dans les forces de police, était connu pour avoir résolu des affaires difficiles de meurtre, de vol et de trafic de drogue. Cependant, sa volonté de maintenir sa conviction spirituelle a été considérée comme un acte de déloyauté envers le Parti communiste chinois (PCC), ce qui a entraîné la fin de sa brillante carrière.

Zha Zhuolin, 58 ans, officier de police de la ville de Yuzhou, dans la province du Henan (Chine), devait prendre sa retraite cette année. Mais il y a près de deux ans, en juin 2020, on lui a ordonné de remettre son équipement de police et il a été officiellement mis hors service. Deux mois plus tard, Zha Zhuolin a reçu une notification officielle indiquant qu’il avait été licencié.

Autrefois honoré pour sa compétence à maintenir la loi et l’ordre dans la région sous son commandement, Zha Zhuolin est maintenant traité comme un ennemi d’État, comme d’innombrables autres pratiquants de Falun Gong – une voie de cultivation de l’esprit et du corps ancienne et pratiquée dans plus d’une centaine pays dans le monde.

« Il ne s’agit pas d’une persécution contre moi personnellement – c’est un anéantissement des valeurs universelles », a déclaré Zha Zhuolin, selon Minghui.org, une organisation basée aux États‑Unis qui rend compte de la persécution du Falun Gong en Chine. « Si une société ne peut pas tolérer les valeurs de vérité, de compassion et d’indulgence, alors c’est une société dangereuse. »

« J’ai consacré la majeure partie de ma vie à notre pays et à son peuple. Je suis fier de ma carrière. En regardant ma vie, je n’ai pas honte de me tenir face au ciel ou au peuple. »

Le harcèlement incessant, la persécution financière et la détresse mentale de ces deux dernières années ont compromis son bien‑être, et il est actuellement invalide et dépendant d’autrui avec un côté du corps paralysé.

Une carrière réussie

Zha Zhuolin s’est engagé dans l’armée à l’âge de 19 ans. Pendant les 17 années suivantes, il a consacré sa jeunesse à la défense nationale, servant à différents moments en tant que soldat, chef de peloton, commandant adjoint et plusieurs autres postes.

Soumis à une discipline stricte et doté d’excellentes aptitudes au commandement, Zha Zhuolin a reçu de nombreuses récompenses à tous les niveaux lors de ses longues années de service. Il a obtenu le titre honorifique d’« instructeur exceptionnel«  du groupe d’armée qu’il a dirigé. Au cours de ses dernières années de service dans l’armée, entre 1996 et 1998, Zha Zhuolin a été honoré comme travailleur modèle, rapporte Minghui.org. Il a aussi été reconnu pour son aide dans la lutte contre les inondations et les efforts de secours en Mongolie intérieure.

En 1999, Zha Zhuolin a été transféré pour aider les forces de police du Bureau de la sécurité publique de Yuzhou, dans la province du Henan. Au cours des années suivantes, il a résolu une énorme affaire de trafic de drogue en tant que commandant d’escadron de la brigade anti‑drogue, puis il a occupé le poste de directeur adjoint de la commune de Chuhe.

Confronté à des conditions de travail et à des défis extrêmes, Zha Zhuolin a développé une hypertension artérielle, des migraines, une épaule gelée et une hernie discale lombaire. Lorsque sa rhinite était importante, il avait du mal à s’endormir. Il a essayé divers traitements pour rétablir sa santé, et en 2013, il a appris les bienfaits pour la santé de la pratique méditative du Falun Gong.

Malgré la répression violente et continue du système spirituel par le Parti communiste chinois (PCC), Zha Zhuolin a décidé d’essayer les cinq exercices doux du Falun Gong. Comme tout autre pratiquant, il a vu sa santé s’améliorer. Selon plusieurs enquêtes, de nombreux pratiquants de Falun Gong ont constaté une amélioration de leur santé et bien‑être général.

L’état d’esprit athée de Zha Zhuolin et l’endoctrinement de toute une vie par le PCC ont été renversés après avoir exploré plus avant les enseignements moraux du Falun Gong, à savoir la vérité, la compassion et la tolérance.

Des pratiquants de Falun Gong pratiquent les exercices en Chine avant le lancement par le PCC de la campagne de persécution à l’échelle nationale. (Avec l’aimable autorisation de Minghui.org)

Défendre ses convictions

Malgré la popularité mondiale de cette pratique spirituelle, en 1999, Jiang Zeming, alors chef du régime communiste chinois, a lancé une campagne de persécution systématique contre le Falun Gong dans le but d’éliminer cette pratique. Le chef d’État redoutait les valeurs très éloignées de celles du Parti promues par cette discipline. Depuis 21 ans, des millions de pratiquants de Falun Gong sont détenus, soumis à des séances de lavage de cerveau et torturés, voire tués pour leurs organes.

En 2015, Zha Zhuolin, qui travaillait encore dans la police, a défendu ses convictions et les droits de l’homme et a soutenu la vague sans précédent de poursuites judiciaires contre Jiang Zemin en déposant une plainte pénale contre lui pour avoir lancé une campagne de terreur contre le Falun Gong.

Des pratiquants de Falun Gong tiennent des bannières pour sensibiliser aux prélèvements forcés d’organes et traduire Jiang Zemin, l’ancien dirigeant du PCC, en justice, à Melbourne, en Australie, le 14 juillet 2018. (Daniel Cameron/NTD)

Peu après avoir déposé la plainte, Zha Zhuolin a été confronté au harcèlement et à la persécution comme les autres pratiquants de Falun Gong. Comme il était encore en service, le département de la police locale a pris les devants le punir de manière exemplaire.

Zha Zhuolin a été réprimandé et sanctionné par un avertissement et n’a jamais reçu ses primes de rendement, qui se seraient élevées à plus de 100 000 yuans (environ 14 000 €) en 2020. Les membres du Bureau de la sécurité publique et de la Brigade de sécurité nationale l’ont dénoncé à leurs supérieurs, tandis que son supérieur hiérarchique a tenté de le forcer à renoncer à sa foi. Zha Zhuolin devait rédiger de force une « déclaration de garantie », c’est‑à‑dire une déclaration écrite indiquant qu’il avait honte d’avoir pratiqué le Falun Gong et qu’il ne le pratiquerait plus, mais il a refusé d’obtempérer.

En juin 2020, le Département a essayé de faire pression sur lui une fois de plus. Selon Minghui.org, le directeur du Bureau de la sécurité intérieure, lui a rappelé que la « première règle pour un policier est d’être loyal envers le Parti », ajoutant qu’il ne se souciait que de la loyauté de ses agents envers le PCC et que « quiconque pratiquait le Falun Gong serait considéré comme déloyal. »

Wang Xiaowei a réfuté les affirmations de Zha Zhuolin selon lesquelles la loi garantit la liberté de croyance et qu’aucune loi ne stipule que la pratique du Falun Gong est un crime. Quelques mois plus tard, Zha Zhuolin a été licencié.

Zha Zhuolin a déposé une plainte pour protester contre cette décision et fait actuellement l’objet de persécutions en Chine pour avoir refusé d’abandonner ses convictions.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.