Une jeune baleine à bosse de 11 mètres trouvée morte dans les mangroves marécageuses d’Amazonie: comment est-elle arrivée là?

Est-ce un oiseau ? Est-ce un avion ? Non, c’est une baleine à bosse de 11 mètres de long dans la jungle amazonienne, et les experts ne savent pas comment elle est arrivée là ! L’énorme créature, pesant environ 10 tonnes, a été retrouvée morte dans la jungle le vendredi 22 février 2019, à environ 15 mètres de la mer et à une distance considérable de son habitat naturel.

Le corps de la baleine a été découvert dans une mangrove marécageuse de l’île de Marajo, une île côtière située au Brésil, près de la plage d’Araruna, à l’embouchure du fleuve Amazone. Il est peu probable toutefois que la baleine s’y soit retrouvée de son plein gré : les scientifiques disent qu’il est plus probable que la créature soit morte en mer et qu’elle ait été poussée par les courants et marées fortes jusqu’aux côtes. Des images vidéo montrent la baleine entourée d’arbres, sans blessure visible, donc sans cause évidente de décès.

Une équipe de recherche s’est déplacée pour inspecter les vestiges et recueillir des informations. On pense qu’il s’agissait d’un baleineau de 12 mois. Les baleines à bosse passent habituellement environ 12 mois avec leur mère, donc ce baleineau aurait pu être séparé de ses parents avant de se retrouver seul dans la jungle.

« C’est uniquement dû à la présence d’oiseaux de proie charognards que nous avons trouvé la baleine », a déclaré Dirlene Silva, du ministère de la Santé, de l’Assainissement et de l’Environnement dans un article publié dans O Liberal, un quotidien brésilien. « Les vautours ont été repérés tournoyant au-dessus de la carcasse. » Les biologistes de l’Institut à but non lucratif Bicho D’agua de l’île de Marajo, ont eu du mal à atteindre le corps. Leur première tentative a été contrecarrée de façon inattendue par de l’eau marécageuse, ils ont alors dû réessayer.

Renata Emin, présidente du projet et spécialiste de la mer, a pris la parole : « Nous pensons que la créature flottait près du rivage et que la marée, qui a été assez considérable ces derniers jours, l’a emportée et projetée jusque dans dans la mangrove. Elle a poursuivi en illustrant l’état d’étonnement général : « Nous sommes déconcertés qu’une baleine à bosse soit sur la côte nord du Brésil en février, car c’est très inhabituel ! »

Mme Emin explique que les baleines à bosse sont normalement observées à Bahia, une zone de reproduction bien connue dans le nord-est du Brésil, entre août et novembre. Le prochain arrêt des baleines est ensuite l’Antarctique, où elles migrent à la recherche de nourriture. « Les baleines à bosse ne se déplacent généralement pas vers le nord », poursuit Mme Emin. « Nous avons un rapport à propos d’une apparition dans la région il y a trois ans, mais c’est rare. »

« Nous pensons qu’il s’agit d’une jeune baleine qui voyageait peut-être avec sa mère et qui s’est probablement perdue ou séparée pendant le cycle migratoire », a-t-elle dit.

Le Maritime Herald (journal d’actualités sur le transport et la livraison maritimes et les affaires extracôtières) a laissé entendre que la baleine pourrait avoir perdu la vie en avalant des plastiques polluant la mer, ce qui ajoute du poids aux révélations actuelles sur l’ampleur réelle de l’épidémie mondiale de déchets de plastiques. Les chercheurs sont prudents : il n’y a pas encore de cause de décès claire. Une autopsie devrait en révéler plus.

« Selon l’état de décomposition, certaines informations peuvent déjà avoir été perdues », ajoute Mme Emin. « Nous recueillons autant d’informations que possible. » La spécialiste a poursuivi en expliquant que toute marque d’identification ou blessure sur le corps de la baleine indiquerait si elle avait été heurtée par un bateau, prise dans un filet ou mortellement blessée d’une quelconque façon. Des échantillons de parasites et des échantillons prélevés à l’intérieur des muscles révéleraient toute maladie cachée qui aurait pu contribuer à la mort de la baleine.

[Traduction du post ci-dessus : « Bonjour, suivez, appréciez et accompagnez notre équipe de conservation des mammifères aquatiques dans l’État du Pará. Pour toute information sur les mammifères aquatiques, veuillez communiquer avec celle-ci
par téléphone au : (91) 98226-5005. Nous comptons sur votre aide !

Insta : @dagua_bicho
Facebook : Bicho D’água
Le projet est exécuté par le Groupe d’étude des mammifères aquatiques de l’Amazonie (GEMAM). Les chercheurs qui intègrent l’équipe de ce groupe de recherche sont issus du secteur Mastozoologie du Musée Emilio Goeldi de Para et travaillent dans la conservation des mammifères aquatiques depuis 2006. »]

Mais ce n’est pas un processus rapide ; l’autopsie peut durer jusqu’à 10 jours. Il est intéressant de noter qu’elle aura lieu sur place, car la taille et le poids de la créature font que la déplacer est une perspective beaucoup trop ambitieuse. Après avoir prélevé ce dont ils ont besoin pour comprendre l’histoire de la baleine, les scientifiques enterreront le corps.

Le squelette se retrouvera au musée d’Histoire naturelle Goeldi à Belém (un institut de recherche brésilien).

Comment croyez-vous que le baleineau s’est retrouvé échoué dans la mangrove ? Partagez cette histoire étonnante avec tous ceux que vous connaissez être amateurs de mystères scientifiques !

Version originale

 
VOIR AUSSI