La Chine pille le bois du Limousin, la filière bois française lance la sonnette d’alarme

1 avril 2019 17:35 Mis à jour: 1 avril 2019 17:35

Sonnette d’alarme chez de nombreux professionnels du secteur depuis que des entreprises chinoises investissent dans la forêt limousine en Nouvelle-Aquitaine.

La concurrence chinoise sur la filière bois en France est en train de garroter petit à petit les petites scieries et inquiète la filière française de fabrication de parquets et de meubles.

En Haute-Vienne, selon France3, à La Chapelle-Montbrandeix, la scierie Mazières qui emploie plus de 40 ouvriers, tourne actuellement qu’à 80% de ses capacités.

La cause ? Depuis dix ans, les exportations de chêne et de châtaignier français vers la Chine ont bondi de 35%.

Les importations chinoises de bois provenant de France ne cessent de croître : de 50 000 tonnes en 2007 à 500 000 tonnes aujourd’hui et les petites scieries limousines ne fonctionnent plus au maximum de leurs capacités, faute de matière première. La diminution de leur ressource en bois ne cesse de diminuer de 2,5 millions de tonnes en 2007 à 1,3 million aujourd’hui.

Pour Christian Ribes, président de BoisLim, l’interprofession forêt-bois limousin : « On se retrouve dans la même situation que les pays en voie de développement. Ils pillent notre bois sous forme de grumes, ils le transforment en Chine et il prend donc de la valeur là-bas ».

D’autre part, la Chine a donc décidé de stopper la surexploitation de ses forêts et cherche à se ravitailler sur les marchés extérieurs. Des retombées catastrophiques pour la filière française : 26 000 emplois seraient menacés, et en dix ans, le prix du chêne a grimpé de 60%.

Rappel : en avril 2017, Emmanuel Macron avait déclaré, avant son élection, que la situation de la filière bois est « l’un des plus grands scandales économiques que je connaisse ».

Cet article vous a intéressé ? Partagez-le avec vos amis et laissez-nous vos commentaires.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.