La découverte d’un requin du Groenland âgé de 400 ans bat le record mondial

2 février 2019 18:01 Mis à jour: 2 février 2019 18:01

Le record du vertébré qui a vécu le plus longtemps a été battu il y a deux ans, lorsque les biologistes ont utilisé des techniques révolutionnaires de datation au radiocarbone pour déterminer l’âge de la vie marine des temps anciens dans l’Arctique.

Le requin du Groenland qui a battu le record était âgé de 400 ans ou, pour ainsi dire, de quatre siècles.

Cette amie de l’Arctique a chassé, nagé et a traversé quatre siècles d’événements historiques majeurs. Cette femelle requin est née sous le règne du roi Jacques Ier et, à l’adolescence, naviguait lors de l’inauguration du roi George II. Elle aurait atteint l’âge adulte à l’époque de la Révolution américaine.

Le monde des vertébrés recèle de vies incroyablement longues. Lin Wang, l’éléphant le plus ancien jamais découvert, est décédé à l’âge de 86 ans. L’être humain le plus âgé (selon les archives) était la Française Jeanne Louise Calment âgée de 122 ans, décédée en 1997.

Le requin du Groenland a battu tous les records sans aucun doute. Cependant, selon des études, une palourde nordique islandaise avait réussi à vivre 507 ans. La longévité impressionnante de la palourde a été écourtée en 2006 lorsqu’une équipe de chercheurs britanniques, ignorant l’âge de la créature, l’a ouverte pour l’examiner.

La stratégie du requin du Groenland en matière de longévité est très simple : la croissance. L’animal grandit de moins d’un centimètre par an. Mais leur âge exact est souvent difficile à déterminer. Steven Campana de l’Université d’Islande, un expert en requins, a expliqué : « Les biologistes ont essayé de déterminer l’âge et la longévité des requins du Groenland pendant des décennies, mais sans succès. »

De nouveaux principes de datation au radiocarbone ont rendu possible de préciser exactement l’âge de ces créatures marines.

On peut évaluer l’âge de nombreux poissons en comptant les anneaux de production de carbonate de calcium dans leurs oreilles. Un peu comme le vieillissement d’un arbre.

Mais les requins n’ont pas cette caractéristique. Au lieu de cela, les scientifiques ont examiné leurs yeux. Le journal The Guardian a couvert leurs progrès : « Le cristallin de l’œil est fait de protéines qui s’accumulent avec le temps… Calculez la date de ces protéines, disent les scientifiques, et il est possible d’obtenir une estimation de l’âge du requin. »

C’est à ce moment-là que les scientifiques se sont tournés vers la datation au radiocarbone, une méthode permettant de mesurer les niveaux et le taux de désintégration du carbone dans un matériau ou un corps.

Une anomalie historique a affecté leurs résultats de façon spectaculaire. Les essais de bombes atomiques dans les années 1950 ont augmenté les niveaux de carbone-14 dans l’atmosphère d’une quantité significative. Cet afflux de carbone-14, qui ne s’est pas produit naturellement, est entré dans la chaîne alimentaire marine vivant dans l’Atlantique Nord au début des années 1960, affectant entre autres la population de requins de l’océan.

Les scientifiques ont découvert que les deux plus jeunes requins de leur étude devaient être nés après les années 1960, car les protéines de leur lentille oculaire contenaient le plus de carbone-14. Notre femelle requin du Groenland, qui a battu tous les records, s’est ensuite révélé être – à plus ou moins une décennie ou deux (et nous pardonnerons la marge d’erreur) – une femelle vieille de quatre siècles, ce qui est stupéfiant.

Quels seraient vos souvenirs si vous aviez vécu au cours des quatre derniers siècles ? Avez-vous aimé cette histoire incroyable ? Suivez les progrès de la science et partagez-les avec votre famille et vos amis !

Version originale

Vous avez apprécié cet article ? Partagez-le avec vos amis et laissez-nous vos commentaires.

Le mystère du Triangle des Bermudes enfin résolu ?

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.