Les grandes campagnes de désinformation qui vivent et prospèrent encore aujourd’hui

Deux des campagnes de désinformation les plus réussies à ce jour ont été lancées par les services de renseignement britanniques et le KGB russe pendant et après la Seconde Guerre mondiale.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, les Britanniques ont fait une avancée technologique spectaculaire grâce à un prototype de radar permettant de repérer les bombardiers allemands s’envolant vers l’Angleterre, en particulier la nuit alors qu’ils étaient extrêmement difficiles à intercepter. Le radar était une grande réussite, et beaucoup de nouveaux combattants britanniques ont connu leur baptême du feu en abattant des bombardiers allemands.

Naturellement, ils ont voulu cacher cette découverte le plus longtemps possible. On peut donc imaginer de longues réunions consacrées à élaborer des ruses pour dissimuler leur invention. Selon l’une des règles d’or de la désinformation, les mensonges les plus crédibles ont un fond de vérité – ce principe est toujours actuel.

Les Britanniques ont choisi de mentir en utilisant un fait réel : les carottes sont riches en vitamine A (bêta-carotène) importante pour la vue. Cette information véridique a ensuite été utilisée pour justifier le mensonge expliquant pourquoi la vision nocturne des pilotes britanniques était si bonne qu’elle leur permettait d’intercepter et d’abattre tant de bombardiers allemands pendant la nuit.

Une importante campagne de désinformation a été entreprise pour convaincre le public britannique de la véracité de la « version des carottes » et ainsi permettre aux espions allemands d’obtenir et transmettre cette information à leurs forces armées. On ne sait pas si la campagne de désinformation a eu un impact sur les Allemands, mais son succès auprès de la population britannique a été tel que cette idée perdure encore aujourd’hui.

Les nazis

Le KGB de l’URSS a connu un succès aussi grand, voire plus important, bien que nettement moins anodin. Après la Seconde Guerre mondiale, lorsque les atrocités du régime nazi ont été révélées, on a également constaté à quel point les gouvernements du Parti national-socialiste des travailleurs allemands et du Parti communiste de l’Union des républiques socialistes soviétiques (URSS) étaient semblables. Pour l’URSS, qui venait d’occuper une grande partie de l’Europe de l’Est, c’était à la fois gênant et inacceptable, car les dictatures de gauche de l’Allemagne nazie et de l’URSS communiste étaient devenues ennemies et avaient combattu l’une contre l’autre pendant la guerre.

Au début de la guerre froide, la CIA n’a pas manqué d’utiliser cette situation gênante pour l’URSS en lançant une vaste campagne d’information dévoilant les similitudes entre ces deux régimes. Cette campagne d’information impliquait les survivants juifs de l’holocauste nazi, ainsi que ceux des purges de Joseph Staline en URSS. Comme ces informations sont véridiques, il s’agit d’une campagne d’information menée en coulisse, et non pas de propagande.

Cette campagne a été complètement anéantie par le New York Times qui a rendu public le fait qu’elle était menée par la CIA. Cependant, la source de l’information fournie au New York Times provenait presque certainement de l’URSS qui l’aurait « révélée » au journal d’une façon ou d’une autre.

En même temps, l’Union soviétique a lancé une campagne de propagande, présentant le régime nazi comme un mouvement fasciste « de droite », et donc pas du tout socialiste « de gauche ».

Ce faux concept n’a pas seulement survécu à la guerre froide, mais il s’est largement répandu aujourd’hui. En raison du succès fulgurant de cette propagande, il a servi de base pour construire différentes idées et mouvements dérivés.

Voici une citation souvent attribuée au Premier ministre britannique Winston Churchill (bien qu’elle ne provienne probablement pas de lui) : « Les fascistes du futur seront appelés antifascistes. » Il n’a pas eu tort, car un certain nombre de mouvements socialistes d’aujourd’hui ont adopté bon nombre des tactiques des nazis utilisées lors de leur ascension au pouvoir.

Il suffit de regarder certains mouvements antifascistes d’aujourd’hui, comme par exemple Antifa (Antifascistes) pour s’en convaincre.

Tout comme les « chemises brunes » utilisées par Hitler pour l’aider à accéder au pouvoir, ils défilent dans les rues, portent un uniforme (cagoules noires), tentent d’étouffer les autres opinions, utilisent l’intimidation et recourent ouvertement à la violence lors des actions politiques.

C’était précisément le type d’actions qui a permis à Hitler d’arriver au pouvoir. De telles tactiques extrêmes et violentes sont aujourd’hui tacitement et ouvertement soutenues par la gauche dans différents pays occidentaux.

Par exemple, en octobre dernier, Antifa a organisé de grandes manifestations dans la ville de Portland (États-Unis), célèbre pour ses tendances de gauche. Des manifestants y ont été filmés en train d’insulter un homme âgé dans son véhicule et d’agresser une femme âgée en fauteuil roulant, entre autres actes semblables. Pendant ce temps, la police restait les bras croisés et regardait des innocents se faire agresser sans intervenir.

Ce genre d’association ou de mouvement seraient présents jusqu’au plus haut niveau du Parti démocrate. Le fils de Tim Kaine, sénateur de Virginie, a été accusé d’être affilié à Antifa après son arrestation à la suite d’une manifestation de ce groupe. Le sénateur Kaine était le vice-président démocrate d’Hillary Clinton, la candidate à la présidence américaine.

La philosophie de gauche nous a amené Hitler, Staline, Pol Pot, le président Mao et d’autres dictateurs. Elle continue d’infliger au monde une violence qui a déjà tué plusieurs millions de personnes.

Par Brad Johnson

Brad Johnson est un agent supérieur des opérations de la CIA à la retraite et l’ancien chef d’antenne de la CIA. Il est actuellement président de Americans for Intelligence Reform.

Le point de vue exprimé dans cet article est celui de son auteur et ne reflète pas nécessairement celui d’Epoch Times.

Version originale

Cet article vous a intéressé ? Partagez-le avec vos amis et laissez-nous vos commentaires.

VIDÉO RECOMMANDÉE :

Le communisme est-il pire que le nazisme ?

 
VOIR AUSSI