Les premiers royaumes africains de l’époque médiévale étaient des civilisations avancées et prospères

L’histoire du continent africain est passionnante. Nous connaissons tous, les pharaons d’Égypte et leurs tombeaux magnifiques. Mais combien d’entre nous ont entendu parler des anciens empires d’Afrique ?

Le premier des royaumes africains dont on ait trace est le royaume du Ghana, aux confins du Sénégal, du Mali et de la Mauritanie actuels. En Afrique de l’Ouest, l’empire du Ghana a existé du IIIe au XIIIe siècle de notre ère et étant connu sous le nom de l’empire de Ouagadou ou Wagadu. Il tire son essor des riches mines d’or du sud qui expliqueront la prospérité de tous les royaumes à venir dans la région.

Ancienne cité de Wagadu

L’animisme y était la religion officielle, la croyance en un esprit, une force vitale, qui anime les êtres vivants, les objets mais aussi les éléments naturels, comme les pierres ou le vent.

L’empereur régnait sur un empire divisé en provinces et royaumes avec une armée forte de 200 000 hommes. Il s’appuyait sur une économie très développée : l’agriculture, le commerce, des mines d’or et de fer intarissables. Cependant l’opulence de cet empire attire les convoitises de ses voisins musulmans.

Dès 1042, le Ghana subit les assauts des Almoravides, des moines-guerriers musulmans qui s’étaient rendus maîtres du Maroc. Avides de s’emparer des mines d’or, ils envoient une armée de plusieurs milliers d’hommes saccager le pays. Koumbi Saleh, capitale du Ghana, est détruite en 1076. Après 3 siècles, le Wagadu s’est trouvé très affaibli et les populations de l’empire hostile à l’islam imposé par la force, ont émigré vers le Sud ou l’Est, signant la fin du grand empire du Ghana.

Suivirent l’empire du Mali du 13 au 15e siècle et l’empire Songhaï du 15e au 16e siècle tous deux organisés en royaumes structurés.

L’empereur du Mali aurait découvert l’Uruguay 180 ans avant Christophe Colomb

Au 13e siècle, un nouveau pays islamisé profite des mines d’or de l’Afrique de l’ouest : il s’agit du Royaume du Mali. Il s’étend notamment vers l’est tout le long du fleuve Niger qui irrigue le désert. Au nord, il sécurise l’accès aux salines situées en plein désert, le sel étant une denrée très précieuse dans la région.

Il forme un véritable empire qui domine des peuples très divers, le premier connu d’Afrique subsaharienne. Les razzias menées pour contrer toute rébellion sont associées à des mises en esclavage systématiques : le commerce d’esclaves à travers le Sahara prend de l’ampleur à cette époque.

LIRE AUSSI:

Mansa Abubakari, alors empereur du Mali au début de 14e siècle, décida d’entreprendre la traversée de l’Atlantique. Il est alors connu pour être le roi africain le plus riche de l’histoire cumulant selon les estimations une fortune d’environ 400 milliards de dollars. Mais le roi s’ennuie et est toujours imprégné de la spiritualité de ses ancêtres.

Il offre alors le trône à son frère Mansa Moussa en 1311 et part dans une expédition pour traverser l’Atlantique. Plusieurs preuves montrent qu’Abubakari aurait atteint en 1312 les côtes brésiliennes et l’Uruguay et ce, 180 ans avant Christophe Colomb.

LIRE AUSSI:

Des chercheurs ont examiné les archives de Colomb lui-même, disant avoir trouvé des marchands noirs déjà présents en Amérique. Des inscriptions ont également été retrouvées en Uruguay et datant de cette époque et relevaient clairement du système d’écriture mandingue, qui aurait été utilisé par l’expédition d’Abubakari.

La forteresse du Grand Zimbabwe

Autre témoignage des anciens royaumes africains avancés : la forteresse du Grand Zimbabwe. Les ruines monumentales de Grand Zimbabwe, révélatrices d’une civilisation élaborée, ont fasciné et intrigué les Européens qui les ont découvertes, croyant parfois contempler celles du royaume de la Reine de Saba ou des mines du roi Salomon, mentionnées par la Bible.

C’est une mystérieuse cité bantoue qui fut bâtie au cours d’une période se situant entre le XIe siècle et le XVe siècle.

L’ensemble de ruines de cette cité médiévale ressemble à s’y méprendre aux cités médiévales européennes. Étendues sur environ 7 km2, ces ruines monumentales sont aussi révélatrices d’une civilisation élaborée. Ce site constitue un témoignage unique de la culture bantoue au Moyen-Âge.

Il est difficile de retrouver des traces des anciens royaumes ou dieux africains avant le 7e siècle. Avant l’arrivée des Arabes, les royaumes d’Afrique subsaharienne restent largement inconnus faute d’écriture. Ayant un récit historique essentiellement basé sur la transmission orale, les premiers écrits de la civilisation africaine médiévale viennent des Arabes qui étaient présents dans la région à partir de 10e siècle.

Les Européens quant à eux ne sont arrivés qu’à partir du 15e siècle pour les Portugais, puis du 16e et 17e siècle pour les Français et les Anglais.

Dans des royaumes africains ayant pour la plupart déjà perdus l’héritage culturel de leur origine, des fouilles archéologiques pourraient cependant montrer que l’Afrique médiévale ressemblaient beaucoup à l’Europe médiévale. Et qu’elle a eu des empires organisés en royaumes, protégés par des forteresses et possédant leur propre croyance.

L’Afrique centrale et méridionale ont une histoire et une origine bien différentes de ce que l’on croit savoir et il y a encore tellement de choses à y découvrir !

Si vous avez apprécié cet article, partagez-le avec vos amis et laissez-nous un commentaire pour nous donner votre avis.

VIDÉO RECOMMANDÉE

Le tabou de la traite arabo-musulmane des Africains : 14 siècles d’esclavage et 17 millions de victimes

 
VOIR AUSSI