Cette idée incroyablement simple de la Norvège permet de recycler 97 % des bouteilles de plastique usagées du pays

Le problème mondial du plastique est indéniable. Chaque jour, de plus en plus de sacs en plastique, de pailles et de bouteilles s’échouent sur les rivages et le littoral des pays les plus reculés. Pour donner une idée du rythme auquel ces déchets sont produits, le journal britannique The Guardian a mené une enquête en 2017, révélant qu’à chaque minute, plus d’un million de bouteilles en plastique sont fabriquées dans le monde.

Bien que le remplacement du plastique par des contenants réutilisables ou d’autres matériaux demeure une bonne option, il est peu probable que le format bon marché, léger, portable et pratique que nous connaissons disparaisse de sitôt. Alors que faire d’ici là ? Une start-up norvégienne spécialisée dans l’environnement a mis au point un modèle génial qui a donné des résultats incroyables.

L’entreprise s’appelle Infinitum parce qu’elle croit qu’avec le bon système, le plastique peut être recyclé et réutilisé à l’infini. Le modèle qu’elle propose commence par inciter les gens à rapporter les bouteilles en plastique qu’ils ont utilisées dans les endroits où ils les ont achetées et consommées. Le fondateur et ingénieur Kjell Olav Maldum a indiqué au Guardian : « Nous voulons arriver au point où les gens réalisent qu’ils achètent le produit mais qu’ils ne font qu’emprunter l’emballage ».

Les clients peuvent le faire aux « machines de vente inversée » dans les centres commerciaux et les lieux publics où ils déposent leurs bouteilles en plastique et reçoivent un reçu les informant de la valeur de leur plastique. Ils peuvent alors récupérer une « caution » d’environ 10 à 25 centimes, comme beaucoup de gens le font encore dans les pays où on utilise des bouteilles en verre pour les boissons gazeuses et la bière.

Ensuite, le plastique est transporté dans une usine avec une tour « à la Willy Wonka » de courroies transporteuses et de machines de tri et de broyage. Conçue par M. Maldum, l’usine fonctionne 24 heures sur 24, prenant de vieilles bouteilles en plastique de différentes tailles, formes et couleurs et les transformant en plastique propre et transparent prêt à être recyclé et utilisé pour fabriquer de nouvelles bouteilles.

Le concept a connu un succès fou. 97% des bouteilles en plastique en Norvège sont recyclées, et seule une quantité incroyablement faible finit par devenir des déchets dans un milieu naturel. Comme M. Maldum l’a dit au Guardian, il estime que certaines bouteilles ont été recyclées plus de 50 fois, ce qui rend le nom de son entreprise beaucoup plus réaliste qu’on pourrait le croire au premier abord.

L’un des aspects les plus impressionnants de ce projet est que le gouvernement norvégien et les grandes entreprises y ont adhéré. « Nous pensons que nous avons mis au point le système le plus efficace et le plus respectueux de l’environnement au monde », a déclaré M. Maldum.

Le gouvernement a taxé l’utilisation du plastique, tout en accordant des exemptions aux entreprises qui recyclent. En même temps, il a établi des règles concernant les autres matériaux qui se trouvent sur les bouteilles (comme les étiquettes et les colles utilisées) pour s’assurer qu’ils n’entravent pas le processus. Les grandes entreprises ont réalisé à quel point il est facile d’avoir des clients qui effectuent le travail de collecte à leur place et comment le fait d’accepter ce système leur permet de payer moins d’impôts.

Des observateurs de tous horizons sont venus voir de près ce que fait la Norvège. L’Écosse, l’Inde et l’Australie-Occidentale ne sont que quelques-uns des pays et régions qui cherchent à implanter ce système chez eux. M. Maldum a donné un conseil aux visiteurs du Royaume-Uni, en particulier au sujet du plan de recyclage : « S’il vous plaît, faites vite parce que toutes les bouteilles en plastique qui s’échouent sur les plages norvégiennes ne viennent pas de chez nous, elles viennent de chez vous et du reste de l’Europe ! »

Un rappel utile du fait que nous sommes tous responsables du plastique du monde.

 
VOIR AUSSI