Un médecin de New York âgé de 92 ans, ayant en charge 200 patients, prend le métro pour se rendre au travail et n’a pas l’intention de prendre sa retraite

Vous pourriez être surpris si nous vous disions que cette dame a 92 ans, mais c’est vrai ! Elle pratique la médecine depuis environ 60 ans et n’a pas l’intention de prendre sa retraite.

Voici le Dr Melissa Freeman. Chaque année, le Dr Freeman traite jusqu’à 200 patients dans sa clinique privée, située à Harlem, New York.

Ce qui est incroyable, c’est qu’à son âge avancé, elle semble si pleine de vitalité. Elle pourrait bien être à la retraite, mais elle est en train de soigner des gens qui sont dépendants des opioïdes.

« Une fois dépendant, c’est un problème très difficile à résoudre », a-t-elle déclaré à Robin Roberts, animatrice de Good Morning America, en août 2018.

« De les voir remettre de l’ordre dans leur vie, c’est une chose très émouvante. »

Ce sont probablement les changements positifs qu’elle voit chez les patients qu’elle traite qui la motivent à continuer à faire ce qu’elle fait si bien.

« Tant que Dieu te donnera la vie et me donnera la force, je devrai continuer à le faire, et il a été très, très miséricordieux pour moi. »

De plus, pour se déplacer en ville, le Dr Freeman prend le métro.

« Je suis une New-Yorkaise. »

« Si je dois aller quelque part et que le métro est le meilleur moyen d’y aller, je prendrai le métro. »

Ses patients ne savent pas que le Dr Freeman est la petite-fille d’un ancien esclave. Son grand-père et son père n’ont pas eu beaucoup d’occasions de faire des études, alors ils l’ont encouragée à étudier dur.

« Mon père a vraiment insisté sur l’importance de l’éducation », dit Melissa Freeman. « Ils savaient tous que leurs enfants avaient besoin d’être éduqués. Il n’en parlait pas beaucoup, mais tous les enfants le savaient. »

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Colm Flynn (@colmflynnire) le

Plongeant un peu dans son passé musical, elle s’ouvre sur ce qui l’a menée à une carrière médicale.

« J’ai étudié la musique et l’art au Hunter College », a dit Melissa Freeman à Amsterdam News. Une amie de la famille me parlait souvent, elle avait une fille qui était médecin et elle me demandait : « Pourquoi ne devenez-vous pas médecin ? Pourquoi ne pensez-vous pas à devenir médecin ? »

« Je savais que je n’allais pas être musicienne. J’ai étudié la physiologie à l’université et j’aimais les sciences », poursuit Melissa. « Mais comment aurais-je pu m’offrir une formation en médecine ? Mon père venait de mourir, il n’y avait pas d’argent, alors je ne savais pas quoi faire. »

Et comme le dit l’adage, quand il y a une volonté, il y a un moyen.

Afin d’étudier la médecine, elle a concilié quelques emplois avec des cours du soir. Elle a fini par obtenir son diplôme du Collège de médecine de l’Université Howard en 1955.

De là, sa carrière en médecine s’est épanouie, et nous pouvons voir qu’elle tire beaucoup de satisfaction en soignant les gens

Quand on lui a demandé si elle prévoit prendre sa retraite, elle a répondu : « Pas que je puisse voir dans un avenir proche, non. »

À la lumière de la carrière du Dr Freeman en médecine, ce dicton de Confucius est en tous points pertinent : « Choisissez un emploi que vous aimez et vous n’aurez jamais à travailler un seul jour de votre vie. »

Combien l’éducation est importante ! Que le parcours de vie du Dr Freeman soit un encouragement pour tous ceux qui aspirent à étudier et à faire quelque chose de leur vie, y compris pour les parents qui souhaitent motiver leurs enfants. Utilisez votre éducation au profit des autres.

Regardez la vidéo ci-dessous :

Version originale

Vous avez apprécié cet article ? Partagez-le avec vos amis et laissez-nous vos commentaires.

Depuis 20 ans, ce chirurgien se déplace pour opérer gratuitement des enfants
– rencontrez le « médecin ambulant »

 
VOIR AUSSI