Nouveauté : un animal de compagnie admis à l’hôpital Ambroise Paré de Mons

Avoir un animal de compagnie quand on séjourne à l’hôpital ou bien dans une maison de repos fait un bien fou. On appelle cela la médiation animale.

L’hôpital Ambroise Paré de Mons en Belgique s’est associé avec une association sans but lucratif, Médiation animale bien-être animal (Mabea), pour permettre des échanges de ce type.

Selon RTBF, l’hôpital lance, en ouvrant ses portes aux animaux de compagnie. Lauriane Carlier, présidente de Mabea a emmené son chien Boy, un berger australien de 4 ans, qui se chargera des rencontres et des visites avec les patients.

« Boy est avant tout mon chien ‘de maison’, mais très vite je me suis rendue compte qu’il avait des prédispositions pour faire de la médiation animale. J’ai moi-même suivi une formation à l’université de Liège, puis je me suis rendue en France avec Boy, pour des tests complémentaires, des mises en situation. En France, la médiation animale est reconnue officiellement. Boy a passé les tests haut la patte ! », explique Lauriane Carlier au micro de RTBF.

Des ateliers sont proposés en-dehors de l’hôpital. « Ici à Ambroise Paré, un atelier intergénérationnel a été mis sur pied« , expose Mme Carlier. Les rencontres réunissent des patients très âgés et des petits enfants, en séjour parfois prolongé à l’unité pédiatrique. La présence de Boy est un vrai bonheur. « Oh que oui ! Où qu’il aille, il est toujours très bien accueilli, caressé, pris en photos… » 

Pour les personnes aveugles ou malvoyantes, pour des raisons d’hygiène, la plupart des hôpitaux interdisent l’accès aux animaux.

« Les personnes malvoyantes doivent soit se débrouiller pour se rendre toute seule à l’hôpital, sans leur animal, ou faire appel et de nouveau dépendre de leur entourage ! D’autres ne vont tout simplement pas se soigner« , confie Anne Wilmet, éducatrice de chiens guides.

Pour cela, un petit espace a été aménagé pour accueillir les chiens-guides à l’hôpital. Il est placé derrière le comptoir de l’accueil et un crochet permet d’attacher le chien. « De cette manière, il n’est pas livré à lui-même, il est surveillé par le personnel de l’accueil et du dispatching. La personne malvoyante est escortée jusqu’au lieu où elle doit se rendre par un steward de l’hôpital », poursuit Bénédicte Vos de l’hôpital Ambroise.

Une nouveauté très importante pour Anne Wilmet. « Clairement! Il y a une possibilité de laisser son chien, sans ressentir de l’inquiétude. Le chien guide, c’est TOUT pour la personne handicapée. Quand nous avions réfléchi au problème des hospitalisations, à l’origine on nous proposait d’attacher le chien à un crochet, situé à l’extérieur des urgences, prévu pour les chiens de SDF. Y attacher là un chien d’assistance, qui vaut 25 000 euros, c’était juste inconcevable… »

 
VOIR AUSSI