Une tablette d’argile vieille de 4 000 ans, détaillant les plans de l’arche de Noé, a été retrouvée

Irving Finkel, conservateur au British Museum et auteur du livre L’Arche avant Noé, Les origines de l’histoire du déluge déchiffrées (éd. JC Lattès), a trouvé une tablette d’argile vieille de 4 000 ans qui décrit les matériaux et les mesures pour construire l’arche de Noé.

L’arche de Noé est décrite d’une manière jamais conçue auparavant par les archéologues, celle d’être ronde au lieu d’allongée.

M. Finkel a écrit un article sur sa découverte dans un blog de musée. Douglas Simmonds l’avait approché au musée avec une tablette que son père lui avait donnée. Son père avait ramassé des artefacts d’Égypte et de Chine après la guerre à la fin des années 1940.

« Noé et son arche », par Charles Wilson Peale, 1819. Noé et Manu sont décrits comme des hommes vertueux. (Wikimedia Commons)

La tablette « s’est avérée être la perle rare », a fait remarquer Irving Finkel. Datant de 1750 av. J.-C., on y raconte l’histoire babylonienne du « Déluge ». L’histoire mésopotamienne, et ses similitudes avec l’histoire racontée dans le livre de la Genèse, étaient déjà connues, mais cette tablette « a un nouveau contenu surprenant », explique M. Finkel.

Quelques-uns des matériaux indiquant qu’un dieu ait recommandé à Noé de Babylone d’utiliser pour son arche, sont énumérés sur la tablette : « Des quantités de corde en fibre de palmier, des nervures en bois et des bains de bitume chaud pour imperméabiliser le vaisseau fini… La quantité de corde prescrite, tendue en ligne, irait de Londres à Edimbourg! »

L’arche aurait eu une superficie d’environ 3,6 kilomètres carrés (2,2 milles carrés) – environ la taille d’un terrain de football et demi – avec des murs de 6 mètres (20 pieds) de haut.

Les restes de ce que l’on pense être un couple qui a disparu en Suisse en 1942. Les vestiges ont été trouvés sur le glacier de Tsanfleuron le 13 juillet 2017 (gracieuseté de Glacier 3000).

Enterrée en Turquie ?

Des preuves importantes de l’existence de l’arche de Noé ont échappé aux chasseurs de l’arche depuis des temps immémoriaux. La Bible raconte que le navire a touché le fond sur le « Mont Ararat » en Turquie après 150 jours dans l’eau.

Un groupe d’explorateurs affiliés au NAMI, un groupe chrétien évangélique basé à Hong Kong, a déclaré en 2010 qu’ils avaient trouvé des traces de l’ancien navire sur le mont Ararat, en Turquie. Cependant, leurs affirmations ont été confrontées à un défi de taille de la part de l’ensemble de la communauté scientifique.

Mais un chasseur d’arches basé en Californie pense maintenant qu’il y a des preuves que le navire et ses occupants se sont effectivement échoués sur le mont Ararat, selon le Daily Mail.

La construction d’une réplique grandeur nature

Un charpentier hollandais a construit une réplique de l’arche de Noé et s’attend à lever l’ancre à destination Israël.

Un charpentier hollandais qui a construit une réplique de l’arche de Noé dit lever l’ancre à destination Israël (licence non rapportée Creative Commons Attribution-Share Alike 3.0)

Le bateau biblique de Johan Huibers contenant des animaux en bois, et construit il y a environ six ans pour 1,4 million € (1,6 million $ USD), est actuellement une attraction à Dordrecht, aux Pays-Bas.

« Ma destination préférée pour l’arche est Israël », a-t-il confirmé à la Jewish Telegraphic Agency, une agence de presse internationale pour la communauté juive.

Le bateau en bois mesure 118.8 mètres (390 pieds) de long pour 22.8 mètres (75 pieds) de haut.

« Les seuls animaux vivants à bord du navire se trouvent dans le jardin zoologique pour enfants qui permet aux visiteurs d’interagir avec les chiens, les poneys et les moutons », explique Atlas Obscura, un magazine en ligne.

« J’aime la terre, j’aime le pays, j’aime le peuple », affirme M. Huibers à propos d’Israël. « Ils n’obéissent pas, ils font ce qu’ils veulent, ils conduisent comme des fous, ils se bousculent en faisant la queue et ils n’écoutent personne. Tout comme moi. »

Par Tara MacIsaac, Tom Ozimek et Jack Phillips d’Epoch Times

Version originale

 
VOIR AUSSI