Retraites : 55% des Français refusent de travailler plus pour « financer notre modèle social »

Par Léonard Plantain
1 octobre 2022 07:45 Mis à jour: 1 octobre 2022 07:45

Selon un sondage* « L’Opinion en direct » de l’institut Elabe pour BFMTV, une majorité de Français sont contre l’argument d’Élisabeth Borne qui justifie la réforme des retraites par la nécessité de travailler davantage afin de financer notre modèle social.

Pour la Première ministre Élisabeth Borne, qui prépare le retour de la réforme des retraites, les Français doivent travailler davantage pour financer le modèle social. Une opinion que ne partage pas une majorité de Français. En effet, selon un nouveau sondage de l’institut Elabe pour BFMTV, appelé « L’Opinion en direct », 55% des sondés sont en désaccord avec les propos d’Élisabeth Borne.

Ce sondage révèle également que ce n’est pas la réforme des retraites que les Français veulent voir comme sujet numéro 1. En effet, 58% des sondés souhaitent voir le pouvoir d’achat comme priorité du gouvernement pour les mois à venir. Un thème qui passe devant 17 autres sujets proposés, dont l’écologie (26%), la santé (26%) et la sécurité (25%).

Il faut dire qu’avec les augmentations du prix des carburants et de l’énergie, les actions mises en œuvre par le gouvernement pour défendre le pouvoir d’achat n’ont pas satisfait les Français, dont le coût à payer pèse lourd sur les factures. Une majorité, 52%, déplorent également des mesures « insuffisantes ».

*Sondage réalisé en ligne du 27 au 28 septembre 2022 sur un échantillon de 1001 personnes représentatif des résidents de France métropolitaine âgés de 18 ans et plus et assuré selon la méthode des quotas.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.