Une céramiste des Premières Nations trouve des ressemblances culturelles avec Shen Yun

Une céramiste des Premières Nations trouve des ressemblances culturelles avec Shen Yun

Mme Line Gros-Louis (au centre) après la représentation de Shen Yun au Grand Théâtre de Québec le 17 janvier 2018 (Mathieu Côté-Desjardins, Epoch Times)

2018/01/18

« Je trouve ça extraordinaire. C’est très beau. »

« Il y a un petit côté rigolo, de l’humour. Ça, c’était drôle […] J’ai bien aimé ça. J’aime bien le visuel aussi, c’est sûr […] Il y a beaucoup de romance, c’est émotif. Ça c’était le fun, c’était léger. »

« Il y a beaucoup de couleurs, c’est fantastique. L’harmonie des choses était très intéressante, c’est très beau. »

« J’ai appris des choses […] Ça ouvre les horizons. Je trouve ça tout le temps dommage qu’il y ait des communautés qui sont oppressées par la Chine communiste. Mais peu importe dans quelle situation, il ne devrait pas y avoir d’oppression aujourd’hui [se référant à la scène Un crime sans précédent, décrivant une oppression dans la Chine actuelle]. »

« Ça me parle beaucoup parce que, culturellement, je suis des Premières Nations donc, on se ressemble un petit peu là-dedans […] Je trouve ça bien, ça donne un espoir pour ceux qui en ont moins. »

− Line Gros-Louis, céramiste et chef familial de la nation Huronne-Wendat
Grand Théâtre, Québec, Canada
Shen Yun Touring Company
17 janvier 2018