Une femme d’affaires pardonne à un employé qui lui a volé tout son argent

Après ce qui s'était passé, elle a failli faire une dépression. Ses dettes avaient grimpé en flèche, car elle ne pouvait pas payer ses fournisseurs et ses employés. Elle pleurait tous les jours et avait perdu tout espoir.

Yingchun était une jeune femme d’affaires de Pékin, en Chine. Dans les années 1990, elle possédait une usine de production et des magasins de détail populaires à Shanghai. Ses produits se vendaient dans de nombreuses régions en Chine et, selon elle, les choses allaient très bien.

Les affaires étaient florissantes et, afin de continuer à en tirer profit, Yingchun prévoyait d’ouvrir d’autres magasins de détail.

Mais, comme beaucoup de femmes d’affaires à Pékin, la fortune de Yingchun a tout à coup changé pour le pire lorsque son directeur commercial a détourné 400 000 yuans (environ 51 000 euros) de l’entreprise.

Le voleur a ensuite quitté sa femme et son enfant et est allé se cacher dans le sud de la Chine.

(Pixabay)

Yingchun a confié au site Minghui.org qu’elle a failli faire une dépression nerveuse. Ses dettes avaient grimpé en flèche, car elle ne pouvait pas payer ses fournisseurs et ses employés. Elle pleurait tous les jours et avait perdu tout espoir. En fait, elle se sentait complètement dévastée. Elle essayait de comprendre comment elle pourrait continuer à faire fonctionner son entreprise. Mais, sans argent à réinvestir, elle s’est découragée et son esprit et son cœur se sont assombris.

La famille s’inquiète

Sa famille pensait que Yingchun mourrait d’auto-négligence. Sa mère s’inquiétait pour elle et la suivait partout pour s’assurer qu’elle ne faisait pas « quelque chose de stupide ».

Yingchun a dit  : « Elle (sa mère) essayait de me réconforter, mais personne ne pouvait vraiment m’aider. »

Sa mère lui a dit : « Ne sois pas trop obsédée par la perte. Ce type sera puni. Il a perdu beaucoup de vertu. Ne t’inquiète pas pour ça. »

Des gens pratiquent les exercices du Falun Dafa dans un parc à Sydney, en Australie, le 26 juin 2017. (EMMA MORLEY)

Sa mère pratiquait le Falun Dafa (aussi connu sous le nom de Falun Gong), une pratique paisible visant à harmoniser l’esprit, le corps et l’âme. Grâce à cette pratique, elle avait appris les principes du karma et de la vertu : les gens qui commettent de mauvaises actions perdent quelque chose de bon (vertu) et obtiennent quelque chose de mauvais (karma), tandis que pour la personne qui subit la douleur de la perte, le processus est inversé. Elle prend donc les pertes et les gains à la légère, elle a suggéré à sa fille de faire de même.

Mais Yingchun n’écoutait pas. Elle était trop en colère et trop misérable pour entendre des conseils, même provenant de sa bonne maman.

Elle devait s’occuper de son usine et retourner à Shanghai pour gérer les stocks et les commandes dans son entrepôt, même si elle pouvait à peine réfléchir.

Retour à Shanghai

Avant que Yingchun ne parte pour Shanghai, sa mère lui a donné un livre. C’était Zhuan Falun (Tourner la roue de la loi) de M. Li Hongzhi, les principaux enseignements du Falun Dafa. Elle lui a gentiment dit que c’était un bon livre, mais elle hésitait à le prendre parce que sa mère était analphabète.

« Elle ne sait pas lire, alors qu’est-ce qu’elle sait des bons livres ? », avait-elle pensé à l’époque.

(Pixabay)

Mais, après avoir feuilleté les pages du livre plusieurs fois, elle a senti qu’il y avait quelque chose de plus, alors elle a décidé qu’à son retour de Shanghai, elle prendrait le temps de le lire pour comprendre de quoi il s’agissait exactement. Entretemps, elle devait tout d’abord s’occuper de son entreprise.

(Pixabay)

Dans le train de retour de Shanghai, elle a entamé une conversation avec un professeur assis près d’elle qui lisait le même livre que sa mère lui avait donné.

Elle a dit au professeur qu’elle était surprise de voir qu’un érudit lisait Zhuan Falun, le même livre que sa mère analphabète lui avait donné et écoutait l’enregistrement.

Le professeur a répondu que beaucoup de gens de tous les horizons lisent ce livre. Il a dit : « Les gens du monde entier lisent ce livre. …. C’est un livre de l’école de Bouddha. Peu importe le nombre de livres que vous avez lus, ce livre parle de choses que d’autres livres n’ont jamais abordées. C’est très profond. »

(Pixabay)

Après la première lecture du livre, Yingchun avait beaucoup de questions, mais quand elle a lu le livre une deuxième fois, elle a trouvé les réponses à ses questions. De nouvelles questions ont surgi dans son esprit et en le lisant une troisième fois, elle a de nouveau trouvé les réponses à ses questions dans le livre et ainsi de suite. Elle a finalement compris qu’il s’agissait d’un livre sur l’amélioration de soi en cultivant le cœur et l’esprit. Elle a donc commencé à pratiquer les enseignements.

Par la suite, beaucoup de choses ont changé pour Yingchun.

Elle est redevenue en santé et a élargi son esprit. Plus important encore, elle ne détestait plus l’homme qui lui avait détourné de l’argent, parce que son cœur avait changé. Entre autres, elle avait appris au sujet de la perte et du gain et comment cultiver la vertu en étant aimable et attentionnée envers les autres.

Finalement, Yingchun a appris que l’homme qui l’avait escroquée avait été abandonné par sa seconde épouse quelques années plus tard. L’épouse avait dépensé tout son argent. Puis, il est retourné auprès de sa première femme. L’homme a alors développé un ulcère cutané et sa jambe a été amputée. Il est finalement décédé.

Yingchun était triste. Elle ne voulait pas se venger. Elle aurait maintenant souhaité pouvoir sauver cet homme de sa propre mauvaise nature et de sa mort douloureuse.

(Pixabay)

Finalement, Yingchun a vendu son usine, remboursé toutes ses dettes et acheté une nouvelle entreprise. Sa vie familiale est harmonieuse et elle a une vision et une compréhension des choses complètement différentes.

Ainsi, lorsque le Parti communiste chinois a lancé une campagne de persécution contre les pratiquants du Falun Dafa en 1999, sa croyance en cette pratique n’a pas faibli. Elle a été arrêtée trois fois et emprisonnée dans un camp de travaux forcés pendant trois ans parce qu’elle refusait d’abandonner sa croyance. Elle a même été sans abri et a vécu frugalement pendant un certain temps sans être détectée par la police.

Pourtant, au fil des ans, Yingchun est restée fidèle à sa croyance et a chéri la possibilité de s’améliorer même dans des circonstances aussi difficiles.

« Quand les gens comprendront ce qu’est le Falun Dafa, je suis certaine qu’ils seront aussi déterminés que moi », a-t-elle dit.

Version originale

Vous avez apprécié cet article ? Partagez-le avec vos amis et laissez-nous vos commentaires.

VIDÉO RECOMMANDÉE :

Présentation de la pratique du Falun Gong

 
VOIR AUSSI