VIDÉO – Le lapsus d’Édouard Philippe qui confond la Bretagne et les Pays de la Loire

Le Premier ministre a remercié « la présidente du conseil régional de Bretagne » lors d’un discours prononcé le 8 février à Nantes. Le lapsus a touché le sujet très sensible de la rivalité entre la Bretagne et les Pays-de la Loire au sujet de Nantes.

Ce n’est pas le premier lapsus d’Édouard Philippe, mais c’est sans doute le plus maladroit. Édouard Philippe a mis les pieds dans le plat d’une vieille controverse, à Nantes (Loire-Atlantique), vendredi 8 février.

Alors qu’il était venu signer un « contrat d’avenir » au siège de la région Pays de la Loire, le Premier ministre a remercié « la présidente du conseil régional de Bretagne ». Or, si Nantes fait bien partie de la Bretagne dite historique (constituée de cinq et non de quatre départements), la Loire-Atlantique (44) en est détachée depuis un décret du 30 juin 1941 et fait, aujourd’hui encore, partie de la région Pays de la Loire. Cela n’est donc pas passée inaperçu.

« J’ai dit quoi ? », un brin gêné. « Ça commence bien… Je n’ai pas fait exprès. Allez, mettez ça sur le compte de l’émotion  ! » poursuit le Premier ministre. « Il se trouve que la semaine a été un peu longue et intense, c’est peut-être la trace… Enfin bref! ».

Il se trouve que le Premier ministre n’en est pas à son premier lapsus.

En mars 2018, lors de sn discours pour le lancement officiel du comité d’organisation de la Coupe du monde de rugby 2023 sa langue avait quelque peu fourché. « Et parce que la France est une nation qui veut continuer à sucer… », avait déclaré le chef du gouvernement, avant de s’interrompre tout net au milieu de sa phrase. « La France est une nation qui veut continuer à susciter des grands champions », avait-il continué.

Et le 5 juillet à l’Assemblée nationale, il se voyait déjà président. Lapsus révélateur de son ambition personnelle ?

VIDÉO RECOMMANDÉE

Crise franco-italienne, Paris rappelle son ambassadeur

 

 

 

 
VOIR AUSSI