Voilà le résultat du harcèlement : une mère britannique désemparée affiche l’image d’une fillette de 6 ans dans un lit d’hôpital

C’est ce que l’intimidation a fait à Sophia, 6 ans, de Tiverton, Devon, au Royaume-Uni.

Dans une salle, Sophia se blottit sous une couverture bleue, prenant un repos bien mérité. Un seau à vomi est placé à ses côtés.

La petite fille a été admise à l’hôpital parce qu’elle avait cessé de manger et avait vomi 20 fois en une heure. Elle s’est endormie en pleurant à cause des brimades incessantes qu’elle subissait à l’école.

Voyant Sophia tourmentée par les brutes qui lui brisent l’âme, sa mère, Carrie Golledge, a eu le cœur brisé.

Pour sensibiliser les gens à l’impact destructeur du harcèlement, elle s’est rendue sur Facebook pour afficher un message déchirant, accompagné d’une photo déchirante de sa fille dans un lit d’hôpital.

Dans son post bouleversant, Carrie a écrit : « C’est ma fille de 6 ans, hospitalisée, à cause des brimades. »

« C’est mon enfant qui a arrêté de manger, qui s’est endormie en pleurant, qui a eu une anxiété si grave qu’elle s’est levée malade plus de 20 fois en une heure pendant la nuit. C’est mon enfant dont la ‘meilleure amie’ l’a maltraitée émotionnellement pendant si longtemps qu’elle pensait que c’était normal. »

« C’est mon enfant qui a fait d’innombrables voyages à l’hôpital à cause de son anxiété. C’est mon enfant qui a été grondée pour avoir raconté des histoires à l’école. C’est mon enfant qui a été ridiculisée sur les médias sociaux par les parents intimidateurs parce qu’elle avait un cœur si pur », a-t-elle poursuivi.

« C’est mon enfant qui, en abordant les problèmes avec son école, a reçu comme réponse que les enfants de 6 ans n’étaient que des enfants de 6 ans. C’est mon enfant qui s’est fait dire par l’école qu’elle devrait avoir honte et contourner le problème en longeant les murs le matin plutôt qu’avoir du soutien. C’est mon enfant que son école a tellement déçue qu’on a dû la changer d’école. »

Depuis, le message de Carrie est devenu viral, suscitant plus de 261 000 réactions, des gens du monde entier inondant sa boîte aux lettres de messages de soutien.

Dans un autre message sur Facebook, Carrie a remercié ces étrangers pour leurs messages incroyablement gentils.

« Wow… juste… wow. Je n’arrive pas à croire les centaines de messages qui remplissent ma boîte de messagerie pour soutenir Sophia et encore plus je ne peux pas croire combien d’autres personnes vivent tout cela à un si jeune âge », écrit Carrie.

« Ça devient tellement plus énorme que ce que j’imaginais et ce n’est pas seulement pour Sophia, mais pour tous ceux qui sont passés par là et tous ceux qui ont trop peur pour raconter leur histoire. »

La grande nouvelle, c’est que Sophia va mieux depuis qu’elle a changé d’école.

« Mais dès qu’elle a été retirée de l’école, sa santé s’est améliorée, elle a repris du poids et elle a eu une poussée de croissance », a dit Carrie au Mirror.

Toutefois, il reste encore beaucoup à faire pour lutter contre les brimades dont sont victimes les enfants dans le monde entier. Carrie a donc créé une page Facebook intitulée « Debout avec Sophia ».

Il est à espérer que des mesures seront prises par les écoles du monde entier pour prévenir et faire cesser les brimades.

Version originale

Cet article vous a intéressé ? Partagez-le avec vos amis et laissez-nous vos commentaires.

VIDÉO RECOMMANDÉE :

Val-de-Marne : une enseignante de 60 ans
braquée par un élève pour qu’elle le note « présent »

 
VOIR AUSSI