Des empreintes humaines vieilles de 5,7 millions d’années découvertes en Crète font repenser les origines de l’homme

Des empreintes humaines ont été découvertes imprimées sur un ancien rivage fossilisé sous l’île grecque de Crète. Cette découverte risque de réécrire tout ce que les scientifiques connaissent actuellement du développement humain. Elle vient après d’autres découvertes récentes qui posent la question de savoir si les Africains sont bien les premiers humains.

Le fossile de Crète a 5,7 millions d’années. Cette découverte ne se conforme pas à la chronologie généralement tenue par les scientifiques selon la théorie de l’évolution. Les fossiles de Crète sont des empreintes de pieds humains et non pas de singes, selon News.com. Cela indiquerait une origine de l’humanité bien plus ancienne qu’on ne le pensait et pourrait aussi ouvrir une nouvelle datation du développement prenant place à une époque bien antérieure et à un endroit différent sur Terre que selon les théories pré-existantes.

Les empreintes de 5,7 millions d’années découverte en Crète. (Andrzej Boczarowski)

La forme unique des empreintes de pieds trouvées en Crète représentent un pied supportant des hommes se tenant droit. La longue semelle, des petits orteils, un gros orteil, une plante de pied distinctive et l’absence de griffes sur cette empreinte sont indéniablement humains. L’empreinte d’un grand singe aurait plutôt ressemblé à une main humaine.

Cette découverte étonne, car elle indique que les humains étaient sur Terre bien plus tôt qu’on ne le pensait et que les origines de l’humanité pourraient ne pas se trouver en Afrique, ou du moins pour les anciens fossiles découverts en dehors de l’Afrique. Cela pourrait indiquer encore bien plus et évoquer les différentes lignées de l’ancêtre humain.

Des empreintes humaines vieilles de 3,7 millions d’années en Tanzanie étaient précédemment tenues comme les traces les plus anciennes par les scientifiques. Mais même ces empreintes étaient considérées comme ceux d’une créature semblable au singe plutôt qu’à l’homme.

Le site où ont été découvertes les empreintes à Trachilos, Crète. (Andrzej Boczarowski)

Ces empreintes ont été découvertes par le paléontologue Gerard Gierlinski de l’Institut géologique polonais, alors qu’il passait ses vacances en Crète en 2002. Ces empreintes ont depuis lors été étudiées depuis plus d’une décennie.

Ces empreintes ont été faites lorsque la Crète était encore rattachée à la Grèce continentale. L’âge des empreintes de pieds a été analysé en utilisant des foraminifères, une méthode pour analyser des micro-fossiles marins ainsi que la position des empreintes dans la couche sédimentaire où ils ont été trouvés. Cette couche sédimentaire a été créée lorsque la mer Méditerranée s’est asséchée il y a 5,6 millions d’années.

LIRE AUSSI :

Comme le rapporte The Telegraph, une autre découverte paléontologique récente intrique les scientifiques, il s’agit des fossiles de 7,2 millions d’années découverts dans une autre partie de la Grèce et en Bulgarie. Ils ont été reclassés comme une famille d’ancêtres pré-humains, perturbant aussi le concept de l’Afrique comme étant la plus ancienne ou la seule origine de l’humanité.

Malgré ces découvertes, il se trouve toujours des scientifiques qui rejettent toute notion d’une Europe détenant les origines plus lointaines de l’humanité.

Version anglaise

 
VOIR AUSSI