Un iceberg de mille milliards de tonnes s’est détaché de l’Antarctique

Un iceberg de mille milliards de tonnes, mesurant 5800 km s’est détaché du plateau Larsen C, situé dans l’ouest de l’Antarctique. Sa superficie représente environ 60 fois celle de Paris.

L’événement a eu lieu entre 10 juillet et 12 juillet 2017 et a été suivi de près par les scientifiques du projet MIDAS , un projet de recherche britannique, opérant à partir de l’Université de Swansea et de l’Université d’Aberystwyth au Pays de Galles. Ils étudient les effets du climat sur le plateau Larsen C de l’Antarctique.

Crédit: Twitter | foyer

« L’iceberg est l’un des plus importants enregistré à ce jour, et son évolution future est difficile à prévoir », a déclaré le professeur Adrian Luckman, investigateur principal du projet MIDAS.

La première fissure est apparue en 2011. Elle a grandi au fil des ans jusqu’à atteindre 193 km, ce qui a finalement provoqué la fracture complète de la principale plateforme glacière.

« Il peut rester en un seul morceau, mais il est plus susceptible de se briser en fragments. Une partie de la glace peut rester dans la région pendant des décennies, alors que des fragments de l’iceberg peuvent dériver au nord dans les eaux plus chaudes, » a ajouté le professeur Luckman .

Le projet MIDAS a mentionné sur son blog qu’il n’y aura pas d’impact immédiat sur les niveaux de la mer puisque l’iceberg, qui devrait être nommé A68, était déjà flottant. Cependant, les chercheurs de l’équipe craignent que le reste du plateau Larsen C subisse le même sort que ses voisins Larsen B et Larsen A, qui se sont désintégrés en 2002 et 1995, respectivement.

« Au cours des mois et des années qui vont suivre, la plateforme de glace pourrait soit progressivement s’agrandir, soit subir d’autres séparations pouvant éventuellement conduire à sa disparition – les opinions dans la communauté scientifique sont partagées. Nos références montrent que ce sera moins stable, mais tout effondrement futur peut durer des années voire des décennies » , a déclaré le professeur Luckman.

Twitframe

« Si le plateau Larsen C commence maintenant à diminuer de manière significative et finit par s’effondrer, nous verrons un apport supplémentaire à l’ élévation du niveau de la mer », a averti le professeur David Vaughan, directeur des sciences au British Antarctic Survey . La zone du plateau Larsen C a diminué de 12% après la séparation.

Il est possible que cela devienne un problème pour les navires de croisière qui visitent la région de l’Amérique du Sud. Plus d’un 150 passagers ont dû être évacués, lorsque le MTV Explorer, a heurté un iceberg au large de la péninsule de l’Antarctique en 2009.

En février dernier, le projet MIDAS a posté la vidéo suivante, attirant l’attention sur l’augmentation des ruptures du revêtement glacière.

Twitframe

Bien que les scientifiques n’aient révélé aucune preuve concluante concernant la cause, le Dr Martin O’Learly, de l’Université Swanson estime : « Ceci est un événement naturel, et nous n’avons aucune certitude d’un lien quelconque avec le changement climatique induit par l’homme. Cela met la plateforme de glace dans une position très vulnérable » .

« Nous allons regarder très attentivement toutes les manifestations en rapport avec l’instabilité du reste du plateau », a t-il ajouté.

Version anglaise : One trillion ton iceberg, measuring 5800 km, breaks off fourth largest ice shelf in Antarctica

 
VOIR AUSSI