L’impressionnante « pyramide » engloutie du Japon comparée à la cité perdue d’Atlantis – le débat continue

Le monument de Yonaguni à Okinawa dans les îles Ryūkyū est une structure magnifique. Il est comparé à la cité perdue d’Atlantis et pourrait avoir abrité une civilisation avancée ayant existé même avant le Grand Déluge. Le débat pour savoir si la structure est faite de la main de l’homme ou est naturelle se poursuit entre les savants.

Le monument de Yonaguni de l’île d’Okinawa dans les îles au Sud du Japon a retenu l’intérêt de nombreux chercheurs. Des géologues, des scientifiques et des écrivains comme Masaaki Kimura, Graham Hancock et Robert Schoch ont cherché à mettre en lumière les légendes entourant le monument.

Le monument de Yonaguchi est une formation rocheuse que certains considèrent comme étant les restes d’une civilisation japonaise qui aurait existé il y a 5 000 à 10 000 ans.

Kihachiro Aratakea, directeur de l’Association de tourisme Yonaguni-Cho, l’a découvert en 1985 lors d’une de ses sorties en plongée. En 1997, Masaaki Kimura, géologue marin de l’université de Ryūkyū au Japon, a visité le site avec un groupe de scientifiques. Kimura a passé de nombreuses années à explorer le mystérieux Yonaguni et en est arrivé à la conclusion que Yonaguni a été fait de la main de l’homme.

Kimura a déclaré : « La plus grande structure (le monument de Yonaguni) ressemble à une pyramide à étages, monolithique et complexe, s’élevant à une profondeur de 25 mètres. »

Il a insisté sur le fait que la structure n’existe pas isolément. Dix autres structures ont été découvertes à Yonaguni, comprenant un château, cinq structures semblant être des temples et ce qui semble être un stade gigantesque. Il est intéressant de noter que toutes ces structures sont reliées par des routes et des conduites d’eau.

Il a découvert que le monument est fait de grès et provient d’une seule formation rocheuse. C’est un grand rectangle de 150 mètres sur 40 mètres, atteignant 27 mètres de hauteur. Au sommet du monument se trouve une forme semblant être celle d’une tortue, gravée dans la pierre.

Le chercheur a également découvert que les caractères ayant été gravés sur la pierre sont dans l’ancienne écriture Kaidā, ayant été utilisé avant que l’écriture japonaise moderne ne prévale.

« Les caractères et les monuments d’animaux dans l’eau, que j’ai pu partiellement restaurer dans mon laboratoire, suggèrent que cette culture provient du continent asiatique. »

« Un exemple que j’ai décrit comme un sphinx englouti ressemble à un ancien roi chinois ou okinawien », explique-t-il.

Cependant un géologue marin du nom de Robert M. Schoch ayant examiné le monument avec Kimura et Hancock à la plongée en 1997 pense que le monument est en fait juste une « formation naturelle ». Schoch a déduit que le monument aurait été créé par l’érosion des vagues sur des millions d’années.

« La première fois que j’ai plongé ici, je savais que ce n’était pas artificiel », rapporte Schoch. « Ce n’est pas régulier comme l’affirment de nombreuses personnes, les angles droits et la symétrie ne sont pas présents en de nombreux endroits. »

« Le professeur Kimura indique avoir vu une certaine forme d’écriture ou des images, mais ce sont juste des égratignures sur la pierre qui sont naturelles », informe-t-il.

« Il les interprète comme étant de la main de l’homme, mais je ne sais pas d’où il tire cela. »

« La meilleure façon d’avoir une réponse définitive sur ses origines est d’y retourner et de collecter plus de preuves », indique Kimura. « Si je n’avais pas eu la chance de voir ces structures par moi-même, je pourrais aussi être sceptique », ajoute-t-il.

Touri Ouchi, professeur associé de séismologie à l’université de Kobe, soutient la position de Kimura sur le sujet. Il a confié ne jamais avoir rencontré de telles structures, au-dessus ou en-dessous de l’eau, résultant de l’activité tectonique.

« J’ai également plongé ici et j’ai touché la pyramide », rapporte-t-il. « Ce dont parle le professeur Kimura n’est pas exagéré du tout. Il est facile de dire que ces reliques n’ont pas été causées par des tremblements de terre. »

Kimura pense que lorsque Yonaguni a été construit quand le niveau de la mer était bien plus bas qu’il ne l’est aujourd’hui. L’île de Yonaguni était une zone de terre reliée à Taïwan. C’était probablement une importante route de commerce maritime.

Comment cette civilisation a-t-elle disparue et qu’est-il arrivé à toutes les personnes vivant ici ? Selon Kimura, la ville pourrait avoir été abandonnée avec la montée du niveau de la mer qui a finalement conduit à ce qu’elle soit oubliée. Un tremblement de terre pourrait avoir contribué à submerger la ville et ses habitants sous les flots.

Pensez-vous que la structure soit juste le résultat d’un phénomène naturel ou supposez-vous qu’elle soit bien faite de la main de l’homme ? Partagez vos pensées dans les commentaires !

Version anglaise

 
VOIR AUSSI