Le milliardaire Xiao Jianhua isolé à Pékin

HONG KONG – Xiao Jianhua, le milliardaire chinois récemment enlevé par des agents de sécurité à Hong Kong est actuellement à Pékin où il coopère avec le gouvernement central dans ses enquêtes contre la corruption.

Une source à Zhongnanhai, dont les informations ont toujours fait autorité, a récemment déclaré pour Epoch Times que l’examen du magnat forme la « priorité absolue » de Pékin. Xiao Jianhua a entretenu des liens étroits avec Zeng Qinghong qui fut l’ancien vice-président du gouvernement chinois et un des pionniers de la politique de Jiang Zemin.

Une autre source, du milieu de la finance, précise que l’homme d’affaire s’était récemment appliqué à transférer de nombreux capitaux de la Chine vers Hong Kong.

Les informations se précisent alors que la disparition abrupte de Xiao Jianhua attire l’attention internationale. On l’aurait contraint à délaisser son hôtel, le Four Seasons de Hong Kong, dans la journée du 27 janvier. Beaucoup s’inquiètent de l’influence du gouvernement central dans la ville semi-autonome et de voir piétinée la politique « un pays, deux systèmes » planifiée jusqu’en 2047.

Mais toute cette situation s’éclaire lorsqu’on analyse les récentes tentatives du leader chinois Xi Jinping pour nettoyer les derniers associés de Jiang Zemin à Pékin et à Hong Kong. Depuis quatre ans Xi Jiping nettoie les membres de la puissante faction de son rival politique et consolide son pouvoir. Jusque-là Jiang Zemin maintenait officieusement son contrôle sur la Chine grâce à un réseau d’alliances qui s’étendait sur toute les structures du gouvernement.

Le blanchiment d’argent

Selon la source de Zhongnanhai, Xiao Jianhua est le courtier le plus important de la faction de Jiang et parvient à blanchir d’énormes sommes d’argent. C’est un des plus grands « tigres » du milieu chinois de la finance. Un « tigre » indique, dans le jargon du Parti, une figure de la corruption.

Ses biens s’élèveraient à environ 5,8 milliards d’euros (environ 80 milliards de yuans). Mais, selon la source de Pékin, on peut les estimer à près de 300 milliards d’euros (4,2 billions de yuans), soit soixante fois plus que dans les statistiques.

Il est surtout connu pour avoir aider Zeng Wei, le fils de Zeng Qinghong. En 2006, il assiste Zeng Qinghong dans l’acquisition de la compagnie nationale d’électricité Shandong Luneng Group et celle-ci est privatisée. Suite à quoi la compagnie est bradée pour tomber dans les mains de Zeng Wei grâce a un ensemble de sociétés écrans qui prospèrent au détriment des contribuables chinois.

Avec sa récente disparition on peut soudain évoquer les manipulations opérées avec la compagnie électrique sur les médias sociaux sans être censuré. Ce qui représente une véritable révolution. En décembre 2006, le magazine financier Caijin avait osé aborder cette privatisation et placé le sujet en couverture… pour devoir le rétracter aussitôt. Selon le Financial Times, cette demande de retrait aura été la seule dans toute l’histoire du magazine.

Quand on connaît le contrôle très strict de l’information qu’impose le régime, on interprète sans peine l’autorisation d’évoquer les manipulations de 2006 comme l’indice du déclin de Xiao Jianhua et Zeng Wei.

La source de Zhongnanhai affirme que l’examen en cours du milliardaire permettra de faire tomber Jiang Zemin lui-même. On cible également d’autres personnalités, comme, par exemple, Zhang Dejiang et Zeng Qinghong.

Xiao Jianhua, 45 ans, touche à de nombreux secteurs en Chine, notamment les banques, l’immobilier, la technologie de l’information et les métaux mineurs. Il a de longues relations avec le Parti : en 1989, alors qu’il était délégué du syndicat étudiant de Pékin il s’est opposé aux manifestations de Tian’anmen. Plus tard, il s’est illustré en aidant les familles importantes du Parti dans leurs affaires.

En observant son parcours on voit distinctement comment la politique et les finances fonctionnent main dans la main en Chine. Selon le Hurun Report, un classement des plus grandes fortunes du pays, Xiao Jianhua occupe la 32e position en 2016. Ses biens s’élèveraient à environ 5,8 milliards d’euros (environ 80 milliards de yuans).

Mais, selon la source de Pékin, on peut les estimer à près de 300 milliards d’euros (4,2 billions de yuans), soit soixante fois plus que dans les statistiques. Le président de l’Hurun Report, Richard Hoogewerf, explique au Financial Times qu’il est « extrêmement difficile » de mesurer la richesse de Xiao Jianhuan parce qu’« une myriade de structures très complexes dépendent de lui ».

L’examen en cours du milliardaire permettra de faire tomber Jiang Zemin lui-même.

« Xiao Jianhua a permis à la faction de Jiang de vider les caisses de l’État, affirme la source, il est personnellement impliqué dans de nombreuses fraudes bancaires et des crimes de tous types. Le taux des comptes douteux dans les banques chinoises est vertigineux et beaucoup de ces comptes dépendent étroitement de lui et des autres. »

La source prend pour exemple un détournement d’argent en Mongolie d’environ « 247 millions d’euros » (1,7 milliards de yuans). Le « fraudeur » aurait utilisé une société sous son nom pour faire un prêt, puis aurait pris la fuite avec l’argent après avoir rapidement déposé le bilan. Cependant, malgré les enquêtes, personne n’est parvenu à lui faire porter le chapeau.

« Voilà pourquoi l’administration de Xi Jiping a décidé d’arrêter Xiao Jianhua, de le mettre sous examen et de l’utiliser pour nettoyer les nombreux parrains de la finance », poursuit la source.

Les relations de Hong Kong

A Hong Kong, nous explique-t-on, Xiao Jianhua est très lié au leadership local, y compris Leung Chun-ying, le Chef de l’exécutif et Zhang Xiaoming, le chef du Bureau de Liaison qui s’attellent à consolider l’influence du Parti dans la ville semi-autonome. Mais ces deux responsables ont récemment été pris en grippe par un journal pro-Pékin, qui semblait s’exprimer au nom de Xi Jiping.

Christopher Cheung, membre du Conseil législatif de Hong Kong représentant la circonscription des Services Financiers a témoigné pour Epoch Times de sa rencontre avec Xiao Jianhua, organisée par l’intermédiaire d’un ami. Selon lui « son importance est si grande qu’il peut influencer dix des vingt membres qui ont le droit de voter » dans la circonscription.

De son côté, la source de Pékin prétend qu’autrefois le pouvoir de Xiao Jianhua était tel qu’il pouvait « entrer et sortir » des bâtiments du gouvernement comme bon lui semblait.

Enfin, selon l’autre source anonyme, celle du milieu financier de Hong Kong, ces dernières années, Xiao Jianhua coordonne de gigantesques fuites de capitaux chinois.

« Ceux qui font parti du milieu savent tous que Xiao Jianhua et d’autres grands requins de la finance utilisent Hong Kong comme une plateforme pour transférer les capitaux, ils essayent malgré tout de rester très discrets. »

Les récents rachats de la compagnie Zhejiang Wanjia Co Ltd et du géant China Vanke bear ont été initiés par Xiao Jinhua.

Le milliardaire acquiert des entreprises en Chine continentale, fusionne avec des sociétés écrans sur le marché de Hong Kong, gonfle les prix afin de faire chuter les actions à un niveau si bas qu’elles génèreront d’énormes bénéfices ; on blanchit efficacement l’argent pour Jiang Zemin et on implique, à Hong Kong, un maximum d’avocats, hommes d’affaires et fonctionnaires influents du gouvernement.

Version originale : Chinese Billionaire Xiao Jianhua Being Investigated in Beijing, Source Says

 
VOIR AUSSI