Le philosophe Mo Zi : Le Martin Luther King de la Chine ancienne

Depuis 1971, le troisième lundi de chaque mois de janvier est un jour férié fédéral américain dédié à Martin Luther King Jr., le grand leader des droits civiques américains. On se souvient de lui aujourd’hui non seulement pour sa contribution au mouvement des droits civiques, il y a de cela un demi-siècle, mais pour les valeurs universelles reflétées dans ses réalisations et sacrifice.

« Je refuse d’accepter l’idée que l’humanité est si tragiquement liée à la nuit sans étoiles du racisme et de la guerre, que le lever du jour lumineux de la paix et de la fraternité ne puisse jamais devenir une réalité », a déclaré King dans son discours de réception du prix Nobel. « Je crois que la vérité désarmée et l’amour inconditionnel auront le dernier mot. »

Pour lui, le chemin vers la bonté et le progrès était une question de conscience et d’éveil.

Des centaines d’années avant Jésus-Christ, dans la Chine ancienne déchirée par la guerre, le philosophe Mo Zi voyait les mêmes principes à l’œuvre.

« Supposons que nous essayions de trouver l’origine du désordre, nous découvririons qu’il réside dans le manque d’amour mutuel », déclarait Mo Zi dans son livre du même nom « Mo Zi ».

Bien que peu connu de notre temps, ses enseignements pacifistes et humanitaires valurent à cet artisan érudit une haute estime de la part de ses contemporains.

Comme Martin Luther King, Mo Zi mettait en pratique ce qu’il prêchait. Charpentier et ingénieur de métier, Mo Zi vécut aux 5et 4èmes siècles avant JC, une période de l’histoire chinoise connue sous le nom de Période des Royaumes Combattants. Comme son nom l’indique, la Chine était alors divisée en plusieurs puissances luttant mutuellement pour le contrôle de « toute chose sous le ciel ».

Mo Zi et ses disciples voyageaient souvent d’un état à l’autre et s’entretenaient avec les différents dirigeants, dans l’espoir que ces derniers renonceraient à leurs projets de conquête et dirigeraient leurs terres en paix. Mo Zi haïssait la guerre, mais il croyait dans le maintien de défenses puissantes afin de repousser une agression militaire. Sa formation technique, qui lui permit de construire des fortifications, l’aida dans cette quête.

Mo Zi stoppe une attaque

La décision de renoncer à la guerre peut sembler être une décision morale, mais pour les gens avec lesquels il traitait, Mo Zi pouvait la transformer en une question pratique.

Un jour, le seigneur du puissant état de Chu voulut s’attaquer à l’état de Song. Il engagea l’ingénieur expert Lu Ban le chargeant de lui fabriquer des armes de siège de pointe pour ouvrir une brèche dans les robustes murs de défenses de Song. Mo Zi entendit parler de ces plans et marcha 10 jours et 10 nuits afin de s’entretenir avec le roi de Chu et Lu Ban, qui serait en charge de l’opération militaire.

À la cour royale de Chu, Mo Zi tenta de raisonner le Seigneur de Chu de ne pas attaquer Song. Ce dernier autorisa Mo Zi à faire la démonstration de ses points de vue devant Lu Ban. Mo Zi produisit quelques morceaux de bois, ôta sa ceinture, et les posa sur le sol. La ceinture représentant le mur d’Etat de Song, et les pièces de bois les unités militaires des deux armées.

Représentant les forces de Chu, Lu Ban prit quelques-uns des morceaux de bois et essaya de se tourner contre Mo Zi, qui jouait le rôle de la défense de Song. Ils jouèrent neuf tours, mais peu importe l’angle d’attaque de Lu Ban, il se retrouvait battu par les défenses de Mo Zi.

« Alors il n’y a qu’une seule façon pour moi de vous battre », confia Lu Ban avec embarras.

Mo Zi répondit: « Je connais votre intention de me tuer pour m’empêcher de mener la défense de Song. Vous pensez que l’invasion sera un succès si je disparais. Je dois vous avertir, cependant, que trois cents de mes disciples sont déjà aux portes de Song. Ils sont armés de mes outils et connaissent mes méthodes. Même si vous me tuez ici, la défense de Song est assurée d’être suffisamment solide pour résister à tout ce que vous bandits lui lancerez. »

La philosophie de Mo Zi

Selon Mo Zi, l’amour universel et impartial, était le seul moyen de garantir une société pacifique et harmonieuse. Comme indiqué dans le « Mo Zi », un texte détaillant les principes de ses enseignements, Mo Zi clarifie son point de vue:

« Si tout le monde s’aime universellement; les états ne s’attaquant pas les uns les autres; les foyers ne se dérangeant pas les uns les autres; les voleurs et les brigands en voie d’extinction; les empereurs et les ministres, les pères et les fils, tous étant affectueux et filiaux – si tout cela arrive, le monde sera en ordre. Par conséquent, comment l’homme sage qui a la charge de gouverner l’empire peut-il échouer à empêcher la haine et encourager l’amour ? »

Se référant au meurtre, Mo Zi donne sa position sur la guerre offensive: « Tous les gentilshommes du monde savent qu’ils doivent condamner ces choses, en les appelant injustes. Mais quand il s’agit de la grande injustice des états s’attaquant entre eux, ils ne savent pas qu’ils devraient le condamner. Au contraire, ils applaudissent, en le qualifiant de juste. »

Mo Zi était souvent en désaccord avec les enseignements de Confucius, qui, bien que préconisant la fraternité universelle et la coopération, ne proposait pas l’affection impartiale et universelle que Mo Zi espérait – selon Confucius, les responsabilités d’une personne envers sa famille, ses amis et ses supérieurs surpassaient les rêves abstraits de l’égalitarisme.

Mo Zi n’était pas non plus d’accord avec l’accent confucéen sur le rituel et la musique. Alors que Confucius souhaitait que ces aspects de la vie sociale apportent ordre et stabilité, l’ingénieur Mo Zi les voyait comme un gaspillage de ressources allouées à un bien-être de plus en plus grand.

Finalement, la période des Royaumes Combattants prit fin lorsque la Chine fut conquise par le puissant Etat de Qin. Son roi, qui devint le premier empereur, ne suivit ni le Mohisme ni le Confucianisme, et utilisa la violence pour écraser les deux écoles de pensée. Les érudits furent châtiés et leurs livres brûlés.

La dynastie Qin ne dura que 15 ans, et fut bientôt remplacée par la grande dynastie des Han. Les érudits chinois réhabilitèrent et diffusèrent les écrits du sage Confucius, et ses enseignements et sa morale sont devenus depuis un élément fondamental de la culture et de la civilisation chinoise. Mo Zi fût quant à lui largement relégué aux oubliettes de l’histoire.

 
VOIR AUSSI