Cette femme envisageait de mettre fin à sa vie, mais elle ne s’attendait pas à ce que son frère allait faire

Quand une femme néo-zélandaise était enfant, son père la battait, elle et ses trois autres frères et sœurs, pour les discipliner. Elle semblait recevoir les pires coups.

« Pour une raison quelconque, de tous les enfants, j’étais la plus négative et j’avais tendance à énerver mon père, ce qui aggravait souvent la situation », a-t-elle écrit sur Minghui.org, choisissant de rester anonyme.

Les mauvais traitements l’ont rendue désappointée et désenchantée de la vie et, dès l’âge de 10 ans, elle a commencé à traîner avec les mauvaises personnes. Elle buvait de l’alcool, écoutait de la musique heavy metal et avait souvent des pensées suicidaires. Parfois, elle se faisait du mal à elle-même.

Pendant les dix années suivantes, sa vie a tourné autour de la drogue, du sexe, du crime, de l’itinérance et de l’appartenance à un gang. Finalement, elle a atteint une crise dans sa vie et ne pouvait plus faire face à ce qui se passait.

« La vie avait atteint un point critique, aussi avec une amie tout aussi troublée j’ai décidé qu’il était temps d’y mettre fin une fois pour toutes », a-t-elle écrit. « Tard un soir, nous sommes allées au sommet d’une falaise dans un endroit isolé. »

Mais, fixant le sommet de la falaise, ses pensées se sont tournées vers sa famille, en particulier son frère. Elle avait le sentiment que si elle mettait fin à sa vie, son frère serait profondément bouleversé.

Elle n’a pas pu aller jusqu’au bout.

« La nuit où j’ai choisi de vivre n’était pas la fin de ma vie turbulente, cependant », a-t-elle écrit.

« Un autre réveil avait été organisé. Un soir, alors que mon frère faisait la fête en ville, il a été violemment battu par des gangsters qui lui ont disloqué la hanche et l’ont laissé inconscient sur la voie ferrée. »

Comme elle pensait à tout ce qui s’était passé dans sa vie, et qui se passait maintenant, elle se demandait si le karma était réel. Les difficultés qu’ils ont éprouvées étaient-elles une sorte de vengeance pour des actes répréhensibles passés ?

Elle en a discuté avec son frère, et ils ont tous les deux décidé qu’ils avaient besoin de remettre leur vie sur les rails. Il devait y avoir quelque chose de plus dans la vie que ça. Ils ont commencé une quête pour essayer de trouver une nouvelle compréhension du but de la vie.

« Je n’avais jamais pratiqué la méditation, mais je me rappelais avoir lu les livres spirituels de ma mère quand j’étais jeune, ce qui a construit une toute petite base dans mon cœur pour devenir une meilleure personne », écrit-elle.

« À partir de ce moment, j’ai cherché l’illumination de toutes les façons possibles. »

Elle a été attirée par les philosophies orientales et a passé du temps dans un temple Hare Krishna, puis un temple bouddhiste, et elle a lu de nombreux livres spirituels à la recherche des réponses qu’elle désirait.

Plusieurs mois plus tard, excitée par ses nouvelles connaissances, elle a décidé de rendre visite à son frère et de les partager avec lui.

« J’avais hâte de lui montrer ma pile de livres spirituels », écrivait-elle. Mais quand elle l’a fait, il a dit : « Tu n’arriveras jamais à lire ces livres. »

Elle s’est sentie un peu découragée par son commentaire, mais il lui a expliqué pourquoi.

Alors qu’elle explorait de nombreuses religions et philosophies différentes, son frère avait pris un tract à l’université qu’il fréquentait. C’était pour une pratique chinoise de culture spirituelle personnelle appelée Falun Dafa, aussi connu sous le nom de Falun Gong.

Des personnes pratiquent les exercices du Falun Dafa dans un parc à Sydney, Australie, le 26 juin 2017. (EMMA MORLEY)

Il a également rencontré un groupe de pratiquants locaux de Falun Dafa et a rapidement appris les quatre exercices simples en position debout et la méditation assise. Ils l’ont également initié aux enseignements de la pratique, qui expliquait comment être une bonne personne en suivant le principe d’Authenticité, Bienveillance et Tolérance pour améliorer son caractère moral. Il a vite senti qu’il avait trouvé les réponses qu’il cherchait.

Ainsi, quand sa sœur est venue lui rendre visite, il était sûr qu’elle aussi se sentirait liée à Falun Dafa.

« J’ai décidé de faire confiance à mon frère, et à ce moment-là j’ai choisi Falun Dafa. En y repensant, c’est sans aucun doute la meilleure décision que j’aie jamais prise », écrit-elle.

Alors qu’elle étudiait les enseignements, elle s’est rendu compte que toutes les difficultés qu’elle avait subies en tant qu’enfant et jeune adulte lui avaient donné une base solide à partir de laquelle elle pouvait s’embarquer dans le voyage encore plus difficile de la cultivation spirituelle.

Elle a vu beaucoup d’améliorations en elle-même, tant physiquement que mentalement.

Elle a pu pardonner à son père de l’avoir battue et abandonnée quand elle était jeune. Les migraines chroniques dont elle souffrait depuis de nombreuses années ont cessé, et elle n’a pas eu à prendre d’autres médicaments.

Bien qu’elle ait abandonné l’école et qu’elle n’ait pas fait d’études supérieures, elle s’est bâtie une carrière réussie comme réalisatrice de télévision et a remporté de nombreux prix pour son travail.

Plus de huit autres membres de sa famille ont également commencé à pratiquer le Falun Dafa après avoir vu à quel point cela avait amélioré sa vie.

Elle a rencontré un autre pratiquant de Falun Dafa qui est devenu son mari, et ils ont eu un fils, qui a maintenant 9 ans.

« Aujourd’hui, ma vie est stable et heureuse, et j’ai la chance d’avoir une famille heureuse et en bonne santé », a-t-elle écrit.

« Ma vie quotidienne est remplie d’un profond sentiment d’accomplissement spirituel – quelque chose que je savais impossible à obtenir en cherchant vers l’extérieur comme je le faisais aveuglément. Je crois que mon âme a été sauvée d’une vie presque perdue. »

Version originale

Si cet article vous a inspiré, n’hésitez pas à le partager !

VIDÉO RECOMMANDÉE :

Pourquoi le Falun Gong est-il persécuté ?

 
VOIR AUSSI