Les pots de moutarde de retour dans les rayons d’ici janvier 2023

Par Léonard Plantain
2 octobre 2022 16:08 Mis à jour: 2 octobre 2022 16:08

Depuis plusieurs mois, la moutarde est victime d’une pénurie sans précédent en France. Cependant, dans les prochains mois, elle devrait faire son grand retour dans les rayons. En effet, les agriculteurs français ont massivement repris la culture de la moutarde, écourtant sa pénurie censée durer jusqu’en 2024.

Du fait des très mauvaises récoltes au Canada en 2021 (le pays fournit 80% des graines nécessaires à la fabrication de moutarde en France), la pénurie de moutarde dans l’Hexagone devait durer jusqu’en 2024. Toutefois, ce délai d’attente vient d’être grandement réduit pour atteindre début 2023, a rapporté BFMTV.

Deux raisons à cela. La première, c’est qu’après cet incident, les agriculteurs canadiens ont grandement augmenté leur superficie de production de graines, au point de l’avoir plus que doublée en 2022, a rapporté Le Bien Public. Toutefois, « les Canadiens ont tendance à faire de la rétention et à maximiser pour faire monter les prix », a indiqué Luc Vandermaesen, patron de la moutarderie Reine de Dijon.

On en vient donc à la deuxième et principale raison : le lancement accru de culture de graines directement par des producteurs français. Une solution qui devrait permettre dans un premier temps de récolter 15.000 tonnes de graines pour 2023, soit 40% des besoins annuels des moutardiers en France. De quoi dépendre moins du Canada grâce à une production locale.

À noter qu’avec un cours de la graine sans cesse en augmentation, lorsque les consommateurs retrouveront de la moutarde dans leurs rayons, le prix lui ne sera plus le même qu’avant.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.