Un sauvetage policier vire en persécution: une femme dans un accident de vélo arrêtée et emprisonnée pour sa foi

Par Epoch Times
8 juin 2019 00:42 Mis à jour: 13 juillet 2019 12:28

Une femme a fait une chute en roulant à vélo alors qu’elle était en promenade ; les policiers ont été appelés pour l’aider. Mais au lieu de l’aider, ils ont arrêté la femme car elle transportait des informations sur sa croyance. La femme a été détenue puis transférée dans un hôpital psychiatrique où elle a été forcée de prendre des substances inconnues qui lui ont causé des hallucinations persistantes, selon le site Minghui.org, qui documente la persécution du Falun Gong en Chine.

La femme, nommée Mme Yu Qionghua, faisait du vélo à Kunming City, la capitale de la province du Yunnan, dans le sud-ouest de la Chine, le 5 mai. Elle transportait des documents sur la discipline spirituelle connue sous le nom de Falun Gong, un système de méditation et croyances pacifiques qui met l’accent sur l’amélioration de soi et enseigne à ses fidèles à suivre le principe fondamental de l’univers : Authenticité-Compassion-Tolérance.

Mme Yu est tombée de son vélo et les passants ont appelé la police pour l’aider. Mais quand la police est arrivée sur les lieux, ils ont vu la documentation sur le Falun Gong. Au lieu d’aider Mme Yu, ils l’ont arrêtée. Elle a été détenue pendant deux semaines, puis transférée dans un hôpital psychiatrique où on lui a administré de force des substances inconnues.

Le régime chinois a interdit le Falun Gong depuis qu’il a lancé une répression brutale contre cette pratique en 1999. Les pratiquants ont été persécutés pendant 20 ans par le Parti communiste chinois (PCC).

Environ 10 000 pratiquants du Falun Gong défilent lors du défilé mondial du Falun Dafa à New York le 13 mai 2016. (Edward Dye/Epoch Times)

Les secours de la police se transforment en persécution

Mme Yu, 51 ans, a été décrite comme ayant une petite et fragile stature, selon Minghui.org. Le soir du 5 mai, elle faisait du vélo à Kunming City, mais elle est tombée. Lorsque la police est arrivée pour l’aider, ils ont découvert qu’elle avait de la documentation dans son sac qui racontait les atrocités commises par le PCC contre des pratiquants du Falun Gong.

Au lieu de l’emmener à l’hôpital, la police l’a emmenée directement dans un centre de détention.

Le 6 mai, quatre policiers ont emmené Mme Yu chez elle, mais pas pour l’accommoder. Quand la mère de Mme Yu, âgée de 79 ans, a ouvert la porte, elle a protesté : « Pourquoi nous piller ? Nous n’avons rien », selon Minghui.org.

Les policiers ont dit à la mère de Mme Yu qu’ils cherchaient de la documentation telle qu’ils en avaient trouvé sur sa fille. Cependant, sans n’avoir rien trouvé après la fouille illégale, ils ont emmené Mme Yu au centre de détention no 1 de Kunming pour une nouvelle détention.

Plus tard le même jour, un policier a menacé les parents de Mme Yu en les informant que leur fille serait détenue pendant trois ou quatre ans. Le père de Mme Yu, âgé de 92 ans, était terrifié au point d’être incapable de manger pendant plusieurs jours après avoir appris la nouvelle.

Pour empirer les choses, Mme Yu était le seul membre de la famille qui s’occupait de ses parents âgés.

Drogues et confinement : punition pour sa foi

Le 11 mai, la mère de Mme Yu, avec l’aide d’autres membres de sa famille, a commencé à exiger que la police libère Mme Yu. La police a prétexté qu’elle n’avait pas le droit de libérer directement les personnes détenues et a déclaré que si les membres de la famille acceptaient d’envoyer Mme Yu dans un hôpital psychiatrique pendant une semaine, elle serait remise à sa famille, selon le rapport.

Les membres de la famille ont dit que Mme Yu n’avait aucune maladie mentale et qu’il n’y avait aucune raison de l’envoyer là-bas. Cependant, la police a répondu que s’ils n’obtempéraient pas, Mme Yu ne pourrait sortir de sa détention. Dans ces conditions, les membres de la famille se sont conformés à la contrainte policière et ont accepté que Mme Yu soit envoyée dans un hôpital psychiatrique.

Pendant que Mme Yu était dans le centre de détention, elle était constamment menottée par les poignets et les chevilles. En même temps, elle a reçu, sans son consentement, des substances inconnues, selon le rapport.

Après le retour de Mme Yu chez elle, ses deux mains sont restées engourdies et le sont toujours. Elle se sent constamment somnolente et dort toute la journée. Elle souffre d’une hallucination constante la poussant à vouloir quitter la maison, elle dit qu’elle doit aller vivre ailleurs. Tous ces symptômes sont reliés aux actes de persécution du PCC contre Mme Yu.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.