Selon une étude sud-africaine, Omicron pourrait indiquer la fin de la phase aiguë de la pandémie

Par Tammy Hung
11 janvier 2022 10:45 Mis à jour: 11 janvier 2022 10:45

Une étude sud-africaine menée par des chercheurs de l’hôpital académique Steve Biko a révélé que l’épidémie d’Omicron pourrait signaler la fin de la phase de pandémie aiguë de Covid-19, suivie de la phase endémique.

L’étude de décembre 2021, financée par le Conseil sud-africain de la recherche médicale, a comparé 466 admissions hospitalières de la propagation d’Omicron à 3 976 admissions de mai 2020, quatre mois avant l’épidémie d’Omicron.

L’étude a révélé une baisse significative des décès à l’hôpital dans la vague d’infection actuelle, avec un taux de 4,5 %.

Les admissions en soins intensifs avaient également chuté de 4,3 % à 1 %, tandis que la durée du séjour à l’hôpital était passée de 8,8 jours à 4,0 jours.

« La vague a augmenté à un rythme plus rapide que les vagues précédentes, déplaçant complètement le variant Delta en quelques semaines et a commencé son déclin à la fois dans les cas et les admissions à l’hôpital dans la cinquième semaine suivant son début », ont conclu les chercheurs, ajoutant qu’il y a « des signes clairs que les taux de cas et d’admissions en Afrique du Sud pourraient diminuer davantage au cours des prochaines semaines ».

« Si ce schéma se poursuit et se répète à l’échelle mondiale, il est probable que nous assisterons à un découplage complet des taux de cas et [des taux] de décès, ce qui laisse penser qu’Omicron pourrait être le signe avant-coureur de la fin de la phase épidémique de la pandémie de Covid et [celui] de son entrée dans sa phase endémique », ont ajouté les chercheurs.

Selon Jennie Lavine, chercheuse en maladies infectieuses à l’université Emory, dans une interview accordée à Nature, la phase endémique d’une pandémie est celle où le nombre d’infections devient relativement constant, laissant place à des poussées occasionnelles.

L’étude a également révélé que seuls 45 % des patients des services Covid-19 avaient besoin d’une assistance en oxygène, contre 99,5 % lors de la première vague.

Par ailleurs, un aperçu des services hospitaliers dédiés au Covid-19 les 14 et 15 décembre a révélé que 63 % des cas étaient « fortuits », c’est-à-dire que les patients étaient asymptomatiques en ce qui concerne le Covid-19, ils ont été admis pour d’autres raisons d’ordre médical, chirurgical, reproductif ou psychiatrique.

 « Ce phénomène de contamination accessoire au Covid n’avait pas été observé auparavant en Afrique du Sud et reflète très probablement des niveaux élevés de maladie asymptomatique dans la population avec une infection par Omicron », ont expliqué les chercheurs.

Seul un tiers des patients des services hospitaliers dédiés au Covid-19 étaient atteints d’une pneumonie Covid-19, dont 72 % avaient une « maladie légère à modérée ». Les 38 % restants ont nécessité des soins élevés ou une admission en soins intensifs.

Bien que l’étude ait porté sur les données des patients du complexe hospitalier académique Steve Biko, les résultats « étaient comparables aux tendances à l’échelle de la ville lorsque les cas et les admissions de tous les hôpitaux publics et privés ont été rapportés », ont déclaré les chercheurs.


Rejoignez-nous sur Telegram pour des informations libres et non censurées :
👉 t.me/Epochtimesfrance

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.