A Lorient, des centaines de personnes aux obsèques de l’enfant tué par un chauffard

Plus de 500 personnes, la plupart membres de la communauté franco-turque, ont assisté mercredi à Lorient (Morbihan) aux obsèques du petit garçon de 10 ans tué dimanche par un jeune conducteur qui a pris la fuite et est toujours recherché par la police, a constaté un correspondant de l’AFP.

En raison du grand nombre de participants, la cérémonie religieuse s’est déroulée dans un entrepôt de l’association culturelle turque de Lorient, au nord de la ville, non loin du lieu où s’est produit le tragique accident qui a coûté la vie au jeune garçon et blessé grièvement son cousin de 7 ans.

Le maire de Lorient Norbert Métairie (PS), ainsi que deux de ses adjoints, sont venus apporter leur soutien à la famille. Certaines personnes avaient fait le déplacement de Brest, Redon ou Nantes.

Comme le veut le rituel, la cérémonie s’est déroulée sobrement, sans fleurs ni couronnes, en présence de l’imam qui a prononcé une prière d’accueil en turc puis en français. Les hommes étaient au premier rang, debout, mains croisées, face au cercueil, avec les plus grands enfants, tandis que les femmes se trouvaient à l’arrière avec les jeunes enfants.

Mustapha Tarim est venu spécialement de Redon avec son père. « Quand j’ai appris ce qui s’était passé dimanche j’ai pleuré comme un gamin. Aujourd’hui, il fallait que nous soyons là », a-t-il déclaré à l’AFP.

« C’est un sujet national, un sujet d’humanité. Beaucoup de personnes sont venues de loin mais le conducteur est toujours en fuite et ce n’est pas évident de faire le deuil », estime de son côté Salih Acar, 34 ans.

« Il faut que la police arrête le conducteur pour que la famille puisse faire son deuil », renchérit Mazlum Karakaya, un étudiant de 21 ans. « Tout le temps qui passe fait du mal à la famille, et plus on attend plus on a un sentiment de vengeance, mais on fait confiance à la police », ajoute-t-il.

A l’issue de la cérémonie, les participants ont été invités à partager un repas. La famille prendra l’avion ce mercredi soir à Paris pour la ville d’Agri en Turquie, où le garçon sera enterré.

Les recherches se poursuivaient toujours activement mercredi pour retrouver le conducteur et sa passagère de 21 ans, a indiqué une source policière à l’AFP. Mardi, la police a lancé un appel à témoins pour les retrouver.

A Brest, l’état de santé de l’enfant de 7 ans grièvement blessé et hospitalisé n’a pas évolué.

Avec AFP

 
VOIR AUSSI