Affrontements meurtriers au Pakistan au cours de manifestations du parti interdit

Par Epoch Times avec AFP
23 octobre 2021 14:00 Mis à jour: 27 octobre 2021 00:52

Un parti islamiste radical pakistanais à l’origine d’une violente campagne antifrançaise a annoncé samedi la mort de cinq de ses partisans lors d’affrontements avec la police à Lahore, dans l’est du pays, après la mort de deux policiers dans ces troubles.

Vendredi, plus de 1.000 membres du Tehreek-e-Labbaik Pakistan (TLP) se sont rassemblés après la prière pour réclamer la libération de leur chef détenu, bloquant les routes et tirant des projectiles. Les protestations se sont poursuivies samedi.

Manifestations contre la France

Le TLP, officiellement interdit par le gouvernement qui l’a classé organisation « terroriste », a été à l’origine d’importantes manifestations contre la France qui, au début de l’année, ont conduit l’ambassade à appeler tous ses ressortissants à quitter le pays.

« Tehreek-e-Labbaik Pakistan a perdu deux personnes vendredi soir et trois autres aujourd’hui à cause des tirs de la police », a tweeté le parti samedi.

La police de Lahore n’a pas voulu commenter cette annonce, mais a déclaré vendredi soir que deux de ses agents étaient morts.

-Des partisans du parti Tehreek-e-Labbaik Pakistan utilisent une lampe de poche pour téléphone portable lors d’une marche de protestation vers la capitale Islamabad le 22 octobre 2021, exigeant la libération de leur chef Hafiz Saad Hussain Rizvi. Photo par Arif ALI / AFP via Getty Images.

« Les affrontements sont toujours en cours », a déclaré à l’AFP Rana Arif, un porte-parole de la police de Lahore. « Il s’agit d’une opération défensive de la police contre la foule ».

Le leader du TLP, Saad Rizvi, a été arrêté en avril lorsque le gouvernement a interdit le parti. Ses partisans ont menacé de se diriger en convoi vers la capitale Islamabad, où la police a barré les routes à l’aide de conteneurs.

Hommage rendu à un enseignant tué le 16 octobre 2020

Le parti a affirmé qu’il continuerait à manifester et refuserait toute discussion avec le gouvernement tant que son chef ne serait pas libéré.

Le ministre de l’Intérieur, Sheikh Rashid Ahmad, qui était à Dubaï pour la Coupe du monde de cricket T20, est rentré au Pakistan sur instruction du Premier ministre Imran Khan.

Des militants de Tehreek-e-Labbaik Pakistan (TLP) se mettent à couvert alors que la police utilise des gaz lacrymogènes pour disperser la foule le 23 octobre 2021. Photo par Arif ALI / AFP via Getty Images.

Le TLP a lancé l’année dernière une campagne contre la France après que le président Emmanuel Macron avait défendu le droit à la caricature au nom de la liberté d’expression. M. Macron avait exprimé cette position lors d’un hommage rendu à un enseignant tué le 16 octobre 2020 après avoir montré des dessins satiriques à sa classe, dans la foulée de la republication des caricatures du prophète de l’islam par l’hebdomadaire Charlie Hebdo.

Six policiers avaient été tués en avril lors de manifestations organisées par le TLP.


Rejoignez-nous sur Télégram pour des informations libres et non censurées :
👉 t.me/Epochtimesfrance

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.