Amoureuse des années 1940, cette femme a confectionné plus de 300 modèles de vêtements et les porte tous les jours

Par Giovanni
6 novembre 2021 18:26 Mis à jour: 6 novembre 2021 18:26

Sarah se souvient qu’elle a toujours aimé la mode vintage d’aussi loin qu’elle se souvienne. Elle a donc décidé, pour faire honneur à ce style, de composer toute sa garde-robe en vêtements des années 1940.

Sarah Goodlad, 45 ans, réside à Leicestershire, en Angleterre, au Royaume-Uni. Comme tout goût dont on ne sait pas toujours d’où il vient, elle est fascinée par la mode vintage depuis son plus jeune âge.

« J’ai toujours aimé l’histoire et la mode vintage d’aussi loin que je me souvienne, en particulier l’époque de la guerre », a déclaré Mme Goodland, selon Metro.

L’anglaise trouve les vêtements des années 1940 beaucoup plus raffinés que les vêtements modernes. Il y a dix ans, elle a entrepris de s’habiller comme les femmes de cette époque dans son quotidien. Elle a fait appel à sa créativité pour fabriquer les vêtements qu’elle affectionne tant.

Mais les normes de qualité de Sarah sont élevées, et pour trouver les tissus les plus adaptés, elle doit se rendre aux États-Unis et les chercher. En outre, elle sait que sur le marché britannique, elle devrait payer le matériel dont elle a besoin pour réaliser ses modèles cinq fois plus cher.

Le tissu le plus cher que Sarah a acheté est une toile hawaïenne tropicale imprimée des années 1930, qu’elle a payé plus de 300 dollars pour une longueur de sept mètres. En raison de la particularité du tissu, elle l’a conservé pendant deux ans et demi, attendant de trouver l’inspiration pour créer le vêtement parfait, selon le Daily Mail.

Au cours des dix dernières années, Mme Goodlad a réalisé plus de 300 pièces, et a investi plus de 7 000 dollars. Chacune d’entre elles est soumise à un processus créatif. Pour commencer, l’esprit créatif de la jeune femme la visualise, puis vient la recherche du tissu adéquat. Il faut ensuite trouver le bon patron, pour aboutir à la création du vêtement proprement dit.

« Quelque soit l’endroit où nous allons les gens me parlent et me font des compliments sympathiques, mais je suis toujours surprise, car ce sont les vêtements que je porte tous les jours », a déclaré Mme Goodland.

James, 50 ans, le mari de Sarah, et son associé dans une entreprise de combustibles solides, lui apporte tout son soutien, mais il préfère s’habiller dans un style contemporain.

Le confinement de la population lors de la pandémie mondiale a été particulièrement difficile pour Mme Goodland. Elle a dû lutter contre l’anxiété provoquée par l’isolement social. Pour sortir de cet état, elle n’a trouvé qu’une seule issue… partager ses superbes tenues vintage sur les médias sociaux.

Ce fut un succès, ce à quoi Sarah ne s’attendait pas du tout. Au cours de cette année 2020, Sarah a participé à un défi qui consistait à créer une robe par mois. Au final, elle en a créé 23, une année record pour elle, a-t-elle expliqué sur Instagram.

« Je ne pensais pas que le projet prendrait autant d’ampleur, mais j’aime que les gens s’intéressent à mon travail », a déclaré Mme Goodland au Daily Mail.

« J’essaie de répondre à autant de followers que possible, car je trouve agréable que les gens prennent le temps de communiquer leur optimisme », a-t-elle ajouté.

Même si elle admire les années 1940 pour leur « sens de la communauté » et leur ténacité, Mme Goodland est convaincue qu’elle ne pourrait pas renoncer à vivre à cette époque.

« Chaque jour est un jour d’école lorsqu’il s’agit de couture. J’apprends sans cesse de nouvelles choses. Cette activité permet à mon esprit de trouver un havre de paix. Au milieu de ce monde insensé, ce travail créatif me permet de rester saine d’esprit », a-t-elle déclaré.


Rejoignez-nous sur Télégram :
👉 t.me/Epochtimesfrance

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.