Angelia Wang exprime la beauté de la culture chinoise par la danse

Chaque mouvement a une signification dans la danse classique chinoise
Par Maria Han
22 novembre 2022 17:27 Mis à jour: 22 novembre 2022 17:27

Pour un œil d’expert, la danse classique chinoise et le ballet sont aussi différents que le jour et la nuit. Il peut être facile de confondre la danse classique chinoise et le ballet pour le spectateur de théâtre moyen, d’autant plus que même les écoles et les compagnies de danse en Chine utilisent une combinaison de ballet et de danse classique chinoise.

Dans une vidéo de Shen Yun Zuo Pin, Angelia Wang, première danseuse de la compagnie Shen Yun Performing Arts basée à New York, clarifie cette confusion en mettant en évidence les six différences entre la danse classique chinoise et le ballet.

La danse classique chinoise est étroitement liée aux 5000 ans de civilisation de la Chine, dynastie après dynastie enrichissant la forme d’art. Un danseur qui a cette culture et cette histoire bien ancrées en lui est capable d’exprimer une telle beauté.

Les postures et les lignes

Dans la danse classique chinoise, le cercle est la forme la plus importante. Les mouvements de la danse sont toujours fluides et arrondis.

En revanche, dans le ballet, ce sont les lignes qui rendent les danseurs si élégants et posés. Les bras et les jambes des danseurs de ballet sont généralement droits et les angles que forment la tête, le torse et les membres sont particulièrement stricts.

Angelia souligne que les différences entre les deux styles de danse sont profondément ancrées dans chaque culture respective. « La culture occidentale valorise la représentation réaliste. Les peintures occidentales mettent l’accent sur les lignes, les angles, la perspective et les couleurs – la forme est très importante. »  Alors qu’en Chine, les peintures n’étaient pas aussi précises, mais leur valeur se trouvait dans la signification de chaque trait. « Le ballet met l’accent sur la beauté des lignes. Chaque mouvement doit être parfait […] La danse classique chinoise, en revanche, se concentre sur le sentiment intérieur du danseur. »

Footwork/Jeu de jambes

Comme le décrit Angelia, la différence du footwork entre les deux styles de danse est plus évidente chez les danseuses. On voit souvent les ballerines en pointe ou avec leurs pieds dans l’une des cinq positions dans lesquelles leurs orteils pointent vers l’extérieur, ce qui donne un air de raffinement.

Les danseuses de la danse classique chinoise doivent maîtriser la technique consistant à déplacer rapidement leurs pieds du talon aux orteils, et ce, à chaque pas. Le pied touche le sol à partir du talon, puis de la voûte plantaire, de la plante des pieds et enfin des orteils. Ce type de mouvement, appelé yuan chang en chinois, donne l’impression que les danseuses flottent sur la scène.

Les types de mouvements 

Dans la danse classique chinoise, les mouvements des bras et des jambes commencent par la poitrine et la hanche. Le flux des mouvements commence par un léger mouvement vers la gauche avant d’aller vers la droite et commence par un léger mouvement vers la droite avant d’aller vers la gauche. Dans le ballet, la majorité des mouvements se produisent dans les jambes tandis que les mouvements des bras sont plus limités.

Les pirouettes sont très différentes entre le ballet et la danse classique chinoise. Dans le ballet, les pirouettes et les tours sont effectués sur un plan horizontal. Alors que dans la danse chinoise classique, on utilise couramment un « moulin à vent », c’est-à-dire une pirouette sur un plan vertical. Cette rotation peut être effectuée sur place ou en mouvement.

L’histoire des danses

Selon l’Atlanta Ballet, cette forme de danse est née au cours de la Renaissance italienne du XVe siècle et a atteint son apogée sous le règne du roi français Louis XIV. Ce dernier a codifié les normes du ballet, qui sont toujours valables aujourd’hui. Le ballet a commencé par des danses à la cour et suivait donc l’étiquette de la cour.

La danse classique chinoise, quant à elle, n’a été normalisée que récemment. La forme de danse elle-même a incorporé la danse de la cour chinoise, les arts martiaux, le théâtre chinois et l’essence de chaque dynastie tout au long des 5000 ans de civilisation de la Chine.

La respiration et la coordination du souffle

La danse classique chinoise utilise la respiration consciente dans tous les aspects de la danse. En fait, Angelia nous dit que la respiration est « l’âme de la danse classique chinoise. Elle détermine essentiellement l’efficacité de l’expression dansée d’un interprète. »

La respiration n’est pas un élément essentiel du ballet. Lorsqu’ils dansent le ballet, les artistes essaient de faire en sorte que les mouvements semblent sans effort. Ils essaient de donner l’impression de ne pas avoir besoin de respirer.

L’entraînement musculaire

Les muscles utilisés dans la danse classique chinoise sont les mêmes que ceux utilisés dans les activités quotidiennes telles que la course ou le sport. Ainsi, pendant que les danseurs vaquent à leurs occupations, ils renforcent les muscles qu’ils utiliseront sur scène.

Dans le ballet, les danseurs doivent tourner leurs orteils vers l’extérieur, ce qui active un groupe spécial de muscles. Les muscles des jambes des danseurs de ballet sont sensiblement différents des muscles des jambes des danseurs chinois classiques.

La prochaine fois que Shen Yun Performing Arts se produira chez vous, essayez d’identifier tous les éléments dont Angelia a parlé et voyez par vous-même ce qui rend la danse classique chinoise unique.

Pour en savoir plus sur les différences entre la danse classique chinoise et le ballet, consultez la vidéo d’Angelia Wang.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.