Élections présidentielles brésiliennes: la réélection de Lula serait une récompense pour la corruption

Par Augusto Zimmermann
22 juin 2022 18:51 Mis à jour: 22 juin 2022 18:51

Lors de sa campagne de candidat à la présidence brésilienne de 2002, l’ancien président du Brésil et actuel candidat à la présidence, Luiz Inácio Lula da Silva, communément appelé « Lula », s’est engagé à tout faire pour combattre la corruption. En 2002, il a même signé un « Engagement anti-corruption » préparé par l’ONG Transparency International.

Ironiquement, la corruption a fini par atteindre des niveaux sans précédent sous l’administration Lula, de 2002 à 2010. Nombre de ses plus proches conseillers, de ses leaders du Congrès et de ses chefs de parti ont été profondément impliqués dans des transferts massifs de fonds publics vers des campagnes électorales, pour l’enrichissement personnel et pour le financement de fonctionnaires à plein temps.

Le premier d’une série ininterrompue de schémas de corruption a été dévoilé en février 2004, à la suite de l’enregistrement vidéo de Waldomiro Diniz, chef adjoint des affaires parlementaires, percevant des pots-de-vin d’un magnat du jeu d’argent pour financer la campagne électorale de politiciens du Parti des travailleurs (PT) de Lula. Comme cela avait été à la fois filmé et enregistré, Lula n’a eu d’autre choix que d’exclure Diniz du Parti.

Dans un autre scandale de corruption, il a été découvert que le PT versait des pots-de-vin à des membres du Congrès en échange de leurs votes en août 2005. L’affaire a commencé à être mise à jour lorsqu’une personne nommée à des fonctions politiques a été filmée en train de dire à deux faux hommes d’affaires qu’ils pouvaient obtenir des contrats publics en versant des pots-de-vin à Roberto Jefferson, le leader parlementaire du Parti travailliste brésilien (PTB) qui appuyait le gouvernement Lula.

Dans une tentative de détourner l’attention des médias de lui-même, Jefferson a révélé un autre scandale bien plus grave. Le 15 juin 2005, il a déclaré à une commission d’éthique du Congrès brésilien que le PT au pouvoir versait une allocation mensuelle de 12.000 dollars américains aux membres du Congrès en échange de leur soutien aux projets de loi du gouvernement, permettant ainsi à l’administration Lula d’obtenir une majorité « de facto » par le biais de pots-de-vin. Il a désigné le chef de cabinet de l’époque, le ministre José Dirceu, comme créateur de ce système.

Des manifestants tiennent des images des politiciens brésiliens José Dirceu (au centre), de Joao Paulo Cunha (à d.) et du publiciste Marcos Valerio (à g.), accusés du procès connu sous le nom de « mensalão – mensualité », devant le siège de la Cour suprême à Brasilia, capitale du Brésil, le 3 août 2012 (Pedro Ladeira/AFP/GettyImages)

Les politiques communistes ont poussé la corruption plus loin

Arthur Ituassú, professeur de relations étrangères, explique : « Dirceu est un personnage très en vue dans la vie politique brésilienne, bien connu de la classe politique et des médias du pays depuis de nombreuses années (…) Il a été formé comme guérillero à Cuba et est revenu [au Brésil] caché sous une nouvelle identité. Pendant des années, il n’a même pas révélé son vrai nom à sa propre femme. Il a réussi dans ses études et en politique, où son savoir-faire stalinien a grandement contribué à son ascension pour devenir le conseiller le plus écouté de Lula. Le mantra de Dirceu était clair pour tout le monde : peu importe comment on le fait, ce qui compte c’est qu’on le fait. En agissant selon ce principe, il était à la fois craint et puissant au sein du PT et du gouvernement (après 2002) ; et c’est aussi de la même manière qu’il prévoyait d’accéder à la présidence après l’expiration du second mandat de Lula en 2010. »

Lorsqu’un groupe des membres du Congrès a voulu créer une commission d’enquête parlementaire pour enquêter sur ces scandales notoires, le coordinateur politique du gouvernement de l’époque, Aldo Rebello, membre du Parti communiste du Brésil, a proclamé que toute enquête parlementaire de ce genre équivaudrait à un plan des « forces réactionnaires » visant à déstabiliser l’administration « progressiste » de Lula.

Heureusement, un autre membre du Congrès, Valdemar da Costa Neto, a avoué à un comité d’éthique qu’il avait personnellement reçu des pots-de-vin du parti de Lula. Contraint de démissionner de son siège parlementaire en août 2005, il a ensuite révélé l’implication du gouvernement dans un autre stratagème de corruption : lui et d’autres dirigeants politiques recevaient des pots-de-vin pour soutenir la candidature de Lula lors des élections présidentielles de 2006.

Même le propre frère de Lula ne le croyait pas

En raison du poids des preuves contre Lula, même son propre frère, Jackson da Silva, a jugé « impossible » que Lula n’ait pas su que la plupart de ses amis les plus proches, dont Dirceu (qui a démissionné du ministère en 2005) et Delúbio Soares, le trésorier du PT, soudoyaient des parlementaires.

« Ils sont à côté de mon frère depuis des années. Ma femme peut me tromper pendant un mois, mais pas pendant des années. Si notre père était vivant, il lui aurait tiré les oreilles pour ne pas avoir dit la vérité », a déclaré le frère de Lula.

Des partisans du président brésilien de l’époque Luiz Inacio Lula da Silva tiennent un drapeau du Parti des travailleurs et un portrait de Lula lors d’un rassemblement le 1er septembre 2006, à Juiz de Fora, au Brésil. (Antonio Scorza/AFP via Getty Images)

Intéressant de noter que Nelson Jobim, président de la Cour suprême brésilienne à l’époque, s’est opposé à la mise en accusation de Lula, affirmant que cela pourrait déclencher « un climat de confrontation intenable, étant donné sa popularité continue et sa forte base de soutien, ce qui rendrait le pays ingouvernable pour les années à venir ». Ainsi, la plus haute autorité judiciaire du pays a considéré que la popularité de Lula comptait plus que le respect de l’État de droit.

La corruption – un problème endémique sous l’administration « progressiste » de Lula

Il est également important de noter que, pendant l’administration Lula, le gouvernement fédéral a employé plus de 40.000 partisans du président pour travailler dans l’administration publique. Cela a amené le président de la Cour suprême à la retraite, Maurício Corrêa, à noter que même les emplois gouvernementaux les plus techniques étaient attribués à des membres non qualifiés du Parti, qui devaient verser une taxe pouvant atteindre 20% de leurs revenus au PT au pouvoir. En étant indirectement financé par les contribuables brésiliens, le PT est devenu, sans surprise, beaucoup plus riche et puissant que tous les autres partis du Brésil réunis.

Comme on peut le constater, la corruption était un problème endémique pendant l’administration « progressiste » de Lula. À cette époque, les médias brésiliens rapportaient, jour après jour, de nombreux cas de corruption généralisée.

Heureusement, ces nombreux scandales de corruption ont secoué l’administration Lula et ont eu pour effet bénéfique à discréditer le gouvernement – un gouvernement qui voulait établir un régime populiste durable fondé sur une forme déguisée de dictature socialiste.

Bien sûr, il serait incroyablement imprudent pour les Brésiliens de reconduire Lula, ce candidat d’extrême gauche, à la présidence, car Lula pourrait enfin terminer le travail qu’il a commencé, à savoir transformer le Brésil en un autre Cuba ou Venezuela. Personnellement, je ne crois pas que les Brésiliens seraient aussi imprudents. Dans le cadre d’élections honnêtes et transparentes, il est tout simplement impossible de concevoir que Lula da Silva puisse un jour être réélu à la présidence du Brésil.

Augusto Zimmermann est professeur et responsable du droit à l’Institut d’enseignement supérieur Sheridan à Perth, Australie. Il est également président de la Western Australian (WA) Legal Theory Association et a été membre de la commission de réforme du droit de WA de 2012 à 2017. M. Zimmermann est également professeur auxiliaire à l’université de Notre Dame d’Australie et a coécrit plusieurs ouvrages, dont Direito Constitucional Brasileiro, Western Legal Theory et Christian Foundations of the Common Law.

***
Chers lecteurs,
Abonnez‑vous à nos newsletters pour recevoir notre sélection d’articles sur l’actualité.
https://www.epochtimes.fr/newsletter

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles d’Epoch Times.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.