Une étude démontre que l’homme est luminescent, bien que cela soit invisible à l’œil nu

Lorsque vous entendez parler de la bioluminescence, vous vous imaginez peut-être des créatures des profondeurs comme le poisson utilisant des millions de bactéries pour faire apparaître de la lumière afin d’illuminer et d’attirer ses proies – un vrai cauchemar. Mais qu’en est-il de l’homme ?

Selon une étude conduite par des chercheurs japonais en 2009, les hommes émettent également une lumière visible par bioluminescence, mais trop faible pour être vue directement à l’œil nu.

« Le corps humain brille littéralement », constate l’équipe de l’université Northeastern qui a publié sa découverte dans un magazine édité par la Public Library of Science. « L’intensité de la lumière émise par le corps est 1 000 moins importante que celle perceptible par nos yeux. »

L’équipe a suivi cinq participants mâles en utilisant une caméra ultra-sensitive dans une pièce faiblement éclairée, durant 20 minutes chaque trois heures et pendant trois jours (en les suivant également durant leur sommeil).

Ils ont découvert que les participants émettaient une « lumière » durant la journée, atteignant son apogée dans l’après-midi et se concentrant essentiellement sur le front, la nuque et les joues.

Ce ne sont pas des radiations infrarouges causées par la chaleur, contrairement à ce que peut faire penser les images. Ces signaux viennent des photons (particules de lumière) et non de la chaleur.

La bioluminescence à différents moments de la journée. C: 10h10. D: 13h10. E: 16h10. F: 19h10. G: 22h10. H: Changements dans l’intensité des photons chez les cinq sujets au cours du temps. I: Image thermique du sujet. (PLoS ONE)

Comment cette lumière peut-elle se produire ? Il s’agit d’un effet secondaire très intéressant de notre métabolisme.

LIRE AUSSI : Les biophotons

Comme Elliot Bentley conclut dans The Guardian, la bioluminescence humaine est le résultat de la réaction de radicaux libres hautement réactifs produits par la respiration cellulaire interagissant avec les acide gras libres et les protéines. Les molécules excitées qui en résultent réagissent alors avec des substances chimiques appelées fluorochromes, pour émettre des photons et vous faisant briller.

Les chercheurs pensent que la tête est la partie la plus brillante car cette partie du corps reçoit généralement plus de lumière du soleil et cela affecte la mélanine de la peau, la rendant plus sensible à la lumière que les autres parties du corps.

Cette théorie soutient l’hypothèse selon laquelle la bioluminescence animale est corrélée au métabolisme, et les chercheurs suggèrent que cette luminescence pourrait être liée à l’horloge biologique du corps.

L’après-midi lorsque nous brûlons le plus d’énergie est donc également le moment où nous émettons la lumière la plus vive.

L’équipe de chercheurs espère que des dispositifs médicaux à venir nous permettrons de scanner la surface du corps d’une personne, afin de mesurer le niveau de luminosité d’une personne de façon à suivre ses changements métaboliques.

« Si vous pouvez voir la lumière émanant du corps, vous pourrez connaître son état de santé tout entier », a déclaré le membre de l’équipe Masaki Kobayashi à Scientist News.

La prochaine fois que quelqu’un vous dira que vous brillez, vous saurez que c’est vrai.

 
VOIR AUSSI