Sa fille diagnostiquée autiste, elle ouvre une école pour accueillir des enfants ayant des troubles d’apprentissage

Par Nathalie Dieul
9 avril 2022 10:51 Mis à jour: 9 avril 2022 10:51

Après le diagnostic d’autisme de sa fille Brune et le constat que cette dernière n’était pas à sa place à l’école, Félicie Petit a décidé de créer un établissement adapté pour elle. « Mon école extra‑ordinaire » est née il y a 7 ans à Annecy (Haute‑Savoie) et accueille des enfants de 6 à 16 ans ayant différentes difficultés d’apprentissage.

Mère de quatre enfants, Félicie Petit est aussi directrice de l’école Meeo (« Mon école extra‑ordinaire »). Son aînée, Brune, a été diagnostiquée du syndrome d’asperger lorsqu’elle avait 6 ans et demi. Dès sa naissance, Félicie a compris qu’elle était différente, raconte‑t‑elle à France 3.

Comme bien des parents d’enfants autistes, la mère de famille a été démunie. Sa fille est d’abord allée « dans une école classique où les personnels ne savaient pas comment s’y prendre pour l’accompagner« . Puis ça a été l’école à la maison. « Et un matin, elle se lève, voit ses frères et sœurs partir à « leur » école, et me dit : j’aimerais tellement redevenir une petite fille. Cela a été un cataclysme dans ma vie », confie Félicie.

Une école « parenthèse »

C’est ce cataclysme qui a mené la mère de Brune à créer une école différente, avec de très petits effectifs (huit à dix élèves encadrés par deux ou trois adultes), des professionnels attentifs aux besoins des enfants. L’école Meeo se veut une école « parenthèse », où l’enfant n’est là que pour un moment, le temps nécessaire pour qu’il puisse retourner dans une école classique avec les bagages nécessaires.

Les élèves ont différentes difficultés. Il peut s’agir d’autisme, de troubles d’apprentissage ou de coordination, mais aussi de précocité intellectuelle. Il y a également « des enfants qui ont un parcours douloureux : phobie, harcèlement, décrochage », explique la créatrice de l’école au Dauphiné. Bref, tous ceux qui n’entrent pas dans le moule et qui en souffrent.

Une prise en charge pluridisciplinaire

Sept ans plus tard, 50 élèves sont inscrits à Meeo. « La prise en charge est pluridisciplinaire, avec des enseignants, des éducateurs et des professionnels de santé, expert en ergothérapie, psychologie, pédiatrie, etc. », précise la directrice, qui est bien placée pour savoir ce que vivent les parents qui doivent courir partout pour obtenir ces services.

Reportage 8 Mont-Blanc from Oeil Neuf on Vimeo.

« L’objectif est de leur permettre de reprendre le fil de leur scolarité sereinement, de leur apprendre à apprendre, mais aussi de les aider à découvrir comment ils fonctionnent, car mieux se connaître, c’est mieux s’aimer et mieux s’ouvrir aux autres », résume Félicie Petit à AnnecyMag.

Dès la gestation de ce projet d’école, la mère de famille a rencontré des gens formidables qui l’ont aidée à la créer. Vu qu’il y a un réel besoin, « les familles et les professionnels sont arrivés tout seuls ». Un total de 16 familles ont participé au lancement. Aujourd’hui, la demande est là pour des places supplémentaires, mais la directrice de Meeo ne veut pas faire de cette école extraordinaire « une très grosse école ». Elle préfère inspirer la création d’autres initiatives de ce type.

***
Chers lecteurs,
Abonnez‑vous à nos newsletters pour recevoir notre sélection d’articles sur l’actualité.
https://www.epochtimes.fr/newsletter

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.