« Il y a quelque chose de pourri dans le fait que les NIH financent des laboratoires contrôlés par le PCC », affirme la journaliste Natalie Winters

Par Masooma Haq
19 mai 2022 09:28 Mis à jour: 19 mai 2022 09:28

Le fait que les National Institutes of Health (NIH) concluent des accords avec des laboratoires chinois témoigne d’un certain degré de corruption, car ces laboratoires sont certainement affiliés au Parti communiste chinois (PCC), explique Natalie Winters, journaliste d’investigation pour The National Pulse.

« Je pense que cela montre à quel point la corruption est profonde, n’est‑ce pas ? Il y a quelque chose de très pourri aux NIH puisqu’ils soutiennent le transfert de fonds publics pour financer la recherche du Parti communiste chinois », déclare Mme Winters durant l’émission American Thought Leaders [Maîtres à penser américains] d’Epoch Times.

« Et vous pouvez le voir, un grand nombre des groupes qu’ils financent sont des branches de l’Armée populaire de libération. Je ne parle pas simplement d’entités liées à l’armée, mais d’entités explicitement militaires. »

Mme Winters s’est penchée sur les liens entre les NIH et les laboratoires liés au PCC, tel que l’Institut de virologie de Wuhan (WIV). Selon elle, un des liens les plus inquiétants est le contrat entre le laboratoire chinois et l’Université du Texas‑Galveston, qui a été rendu possible grâce au financement des NIH.

Le laboratoire P4 sur le site de l’Institut de virologie de Wuhan à Wuhan, dans la province de Hubei, en Chine, le 13 mai 2020. (Hector Retamal/AFP via Getty Images)

Il y a bien eu une certaine opposition, mais « le fait que le contrat de [l’Université du Texas]Galveston ait été conclu avec cette clause de confidentialité et que pas une seule personne dans toute l’agence n’ait émis de mise en garde à ce sujet (…) nous amène à croire qu’il s’agit à la fois d’un problème de personnel et d’un problème politique », explique‑t‑elle à propos des protocoles d’accord et des ententes avec la Chine.

Le Galveston National Laboratory, (GNL) de l’University of Texas Medical Branch (UTMB), a conclu un protocole d’accord avec le WIV, qui oblige chacun des deux laboratoires à supprimer les « fichiers confidentiels » ou les matériaux à la demande de l’autre partenaire.

« Chaque partenaire est autorisé à exiger de son homologue la destruction et/ou la restitution de fichiers, de matériaux et d’équipements classés confidentiels sans aucune sauvegarde », indique le protocole d’accord obtenu en vertu de la Loi d’accès à l’information (FOIA) par l’organisation U.S. Right to Know, un groupe de recherche à but non lucratif spécialisé dans la santé publique.

Tout comme le WIV, le laboratoire de Galveston (GNL) est un laboratoire P4. C’est un des deux laboratoires universitaires de niveau de biosécurité maximale financés par le gouvernement des États‑Unis. Il a été construit grâce à des subventions accordées par l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses (NIAID) dirigé par le Dr Anthony Fauci. Le NIAID est un des 27 instituts rattachés aux NIH.

Cinq ans après la signature de l’accord entre le GNL et le WIV chinois, le directeur adjoint du NIAID a élargi les clauses du partenariat, il était désormais permis au WIV de demander au GNL de supprimer les fichiers, les agents pathogènes, les matériaux et les sauvegardes des recherches menées en collaboration, explique Mme Winters : « [Ce qui ]donnait donc [au PCC] une totale liberté d’action et lui permettait de dicter ce qui se passe dans les laboratoires américains. »

En réponse à une demande de commentaires de la part d’Epoch Times, envoyée par courriel, l’UTMB a répondu : « Bien que les protocoles d’accord ne soient pas contraignants et ne servent en aucun cas d’accords contractuels, dès qu’il a été informé de l’erreur, le University of Texas System a immédiatement demandé à l’UTMB de résilier tout protocole d’accord contenant un langage contraire à la loi et au règlement. »

« Le University of Texas System a récemment lancé un examen des protocoles et pratiques de l’UTMB et est en train de mettre en place de nouveaux seuils de surveillance des protocoles. L’UTMB confirme qu’aucun document ou information confidentielle n’ont été détruits, et qu’il n’a jamais reçu aucune demande pour le faire. »

Le Dr Francis Collins à Washington le 9 septembre 2020. (Michael Reynolds/Pool/Getty Images)

Outre le partenariat des NIH avec le WIV, le Dr Francis Collins, directeur des NIH récemment retraité, faisait partie du comité consultatif de l’International Conference on Genomics, parrainée par la société BGI Genomics, basée en Chine.

Mme Winters a relevé que le FBI a émis une mise en garde à l’endroit de BGI Genomics, signalant que la société « essaye de voler les informations génétiques des Américains et de récolter leur ADN ». Le FBI a recommandé aux gouvernements locaux de ne pas utiliser les produits de BGI pour les tests de dépistage du Covid‑19. Malgré cela, le gouvernement fédéral n’a pas tenu compte de ce risque de sécurité national étant donné que le Dr Collins avait un rôle « fondamental dans l’équipe consultative [de la Maison Blanche] ».

Ainsi, Mme Winters questionne : ces partenariats avec des organisations scientifiques soutenues par le PCC résultent‑elles de l’ignorance des NIH ou « y a‑t‑il quelque chose de plus dangereux en jeu ? »

« Sommes nous entré dans le domaine du compromis et de la collusion [avec] des groupes d’influence étrangers qui viennent de Chine et qui ciblent certaines des voix les plus puissantes des États‑Unis ? »

Les organisations scientifiques alignées sur le PCC

En février 2020, une des plus grandes revues médicales du monde, The Lancet, publiait une déclaration officielle sur l’origine du virus responsable du Covid‑19, dont le contenu s’alignait complètement sur les déclarations du PCC. Cette déclaration a eu une « influence maximale » pour étouffer le débat sur l’origine du virus, selon Mme Winters.

La déclaration du Lancet « rejetait catégoriquement [la théorie de la fuite du laboratoire] (…) si vous osiez prononcer le mot ‘laboratoire’, vous [étiez] catalogué complotiste », rappelle Mme Winters.

Parmi les signataires de la déclaration du Lancet du 19 février : Charles Calisher, Dennis Carroll, Rita Colwell, Ronald B. Corley, Peter Daszak et Christian Drosten. Un certain nombre avait des relations professionnelles avec le PCC. Peter Daszak a d’abord déclaré qu’il n’avait pas de conflit d’intérêts, puis il a corrigé sa déclaration pour dire qu’il avait des liens avec le laboratoire de Wuhan. Il a ensuite été retiré du comité d’enquête sur les origines du Covid‑19 menée par l’Organisation mondiale de la santé.

Le Dr Daszak dirige EcoHealth Alliance, une société à but non lucratif basée à New York qui a travaillé avec le WIV et a largement été financée par les NIH.

Peter Daszak et d’autres membres de l’équipe de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) chargée d’étudier les origines du Covid‑19, arrivent à l’Institut de virologie de Wuhan le 3 février 2021. (Hector Retamal/AFP via Getty Images)

L’article du Lancet aurait dû être impartial, soutient Mme Winters.

« Mais au lieu de cela, c’était un jugement prématuré, un rejet prématuré de la théorie de la fuite de laboratoire. »

« Tous les grands médias ont en quelque sorte repris ce texte. Ils l’ont utilisé pour leur couverture du Covid‑19, ils l’ont utilisé comme excuse pour censurer les personnes qui soutenaient la théorie de la fuite d’un laboratoire »

« Donc selon moi, c’est vraiment intriguant quand on voit toutes ces Big Tech qui ont des liens avec tellement de personnes ayant signé cette déclaration, mais aussi [quand on examine] les liens de tous ces personnes avec le PCC. »

Selon Mme Winters, il est important de se demander pourquoi les organisations américaines déploient tant d’efforts pour étouffer le débat sur les origines du virus et valider le narratif du PCC. « Si ces idées n’avaient aucun bien‑fondé, si elles étaient si tirées par les cheveux, si ridicules (…) pourquoi y a‑t‑il eu autant d’efforts pour les supprimer ? »

Les médias grand public influencés par le PCC

Selon Mme Winters, la plupart des preuves montrent que la pandémie a été causée par une fuite de laboratoire mais les médias grand public ont globalement étouffé le débat sur les origines du virus.

« Ca fait réfléchir, il est plus probable qu’un agent pathogène se soit échappé [d’un laboratoire] intentionnellement ou par accident, [plutôt que] [d’un] marché où on ne vendait même pas ces prétendus pangolins, chauves‑souris ou je ne sais quel autre animal mis en avant par le Parti communiste chinois. »

Selon Mme Winter, cette théorie d’un coronavirus provenant du marché de Huanan est absurde. Le PCC a émis cette théorie sans aucune véritable preuve, et au lieu d’essayer de rechercher la vérité sur l’origine du virus, les médias grand public l’ont relayée et qualifié de complotiste quiconque soupçonnait une fuite de laboratoire, ajoute‑t‑elle.

Le narratif du régime a été étayé par des organisations scientifiques qui fonctionnaient pour le compte du PCC, puis « les médias grand public occidentaux l’ont repris, sans le remettre en question, et l’ont diffusé ».

Selon la journaliste, au lieu d’aider la population chinoise à connaître la vérité, les médias grand public occidentaux leurs ont porté un coup fatal en reprenant le narratif mensonger du PCC.

« Vous savez, le fait que ces médias grand public aient simplement suivi la ligne du Parti communiste chinois, et ce, de manière indéfectible, et que concrètement, ils ont traité les personnes qui les critiquaient de complotistes, ça nous amène vraiment, selon moi, à devoir nous demander pour qui travaillent ces médias. »

Conflits d’intérêts des fact‑checkers

Pour la grande majorité, ni les organisations, ni fact‑checkers n’ont rectifié le biais pro‑PCC évident dès les premiers reportages couvrant les origines du virus. Selon Mme Winters, ces entités se sont révélées très partisanes et il s’avère qu’elles ont souvent des liens avec les Big Tech ou le PCC.

« Je pense que les fact‑checkers des médias sociaux sont vraiment au premier rang dans la guerre de l’information à laquelle nous assistons en ce moment même dans ce pays et, soyons franc, dans le monde entier. »

Durant ses investigations indépendantes, Mme Winters a découvert que la société pharmaceutique Pfizer finançait l’associé de Facebook chargé de fact‑checking, ce qui constitue un conflit d’intérêts évident. Par ailleurs, parmis les société de Fact‑cheking elle a repéré le groupe Lead Stories, dirigé par un ancien employé de CNN et financé par des sociétés telles que Facebook, Google et la plateforme chinoise TikTok.

« Aucune entreprise recevant des fonds de TikTok ne peut être un arbitre neutre en ce qui concerne les origines du Covid‑19. (…) Je pense donc que les gens doivent vraiment comprendre que ces fact‑checkers ne vérifient en aucun cas les faits – ils se tiennent exactement à l’opposé [de ceux qui le font]. Ils sont là pour renforcer un narratif. Ce qu’ils ont fait concernant les origines du Covid constitue selon moi l’exemple le plus flagrant, avec leur prétendues preuves pour supprimer un maximum de publications. »

Les représentants de Lead Stories n’ont pas répondu à une demande de commentaires d’Epoch Time au moment de la mise sous presse.

***
Chers lecteurs,
Abonnez-vous à nos newsletters pour recevoir notre sélection d’articles sur l’actualité.
https://www.epochtimes.fr/newsletter

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.