La contre-offensive très attendue de l’Ukraine se heurte à une triste réalité

Quatre mois après le début de la contre-offensive tant attendue, la progression est ralentie, et l’inquiétude grandit en Occident

Par Andrew Thornebrooke
10 octobre 2023 17:43 Mis à jour: 10 octobre 2023 19:41

Chaque jour, les soldats ukrainiens avancent péniblement dans un marécage de boue séchée. Ils s’arrêtent fréquemment, restant au ras du sol. Pendant une bonne partie de la journée, ils se terrent dans des fossés et creusent de petites tranchées en attendant que leurs véhicules de déminage de l’ère soviétique accomplissent leur tâche laborieuse.

Ils savent qu’une unité russe se trouve à proximité. Peut-être juste derrière la limite des arbres.

La Russie a amassé 100.000 soldats et plus de 500 chars de combat juste à l’est d’ici, après Bakhmut. Aucun des soldats ne sait où ces troupes russes vont se déployer, mais tout le monde sait qu’elles vont le faire. Peut-être est-ce déjà fait. Un jour sans affrontement est extrêmement rare.

Ils ne peuvent qu’espérer que l’unité n’attaque pas à nouveau. Ils ont déjà perdu des hommes et ne peuvent pas se permettre de perdre leur capacité de déminage.

Si ces Ukrainiens ont de la chance, ils avanceront aujourd’hui sur la longueur de deux terrains de football.

Le Trident

C’est ainsi que se présentent la plupart des lignes de front, qui s’étendent désormais sur près de 1000 kilomètres, coupant le pays en deux.

Quatre mois seulement après le début de la contre-offensive ukrainienne, les combats sont une boucherie où les gains se mesurent en mètres et jamais en kilomètres. Pourtant, l’Ukraine poursuit sa route, avançant lentement et sans relâche vers le sud et l’est, dans les territoires occupés.

L’Ukraine est en train d’effectuer trois avancées clés contre les Russes, comme les pointes du trident qui définit ses armoiries.

Dans le sud, les forces ukrainiennes organisent des assauts amphibies sur le fleuve Dnipro, près de Kherson. Certaines de leurs plus grandes avancées ont été réalisées le long de ce tronçon du fleuve. Si elles parviennent à aller plus loin, elles pourraient se frayer un chemin vers la Crimée d’ici la fin de l’année prochaine.

Illustration des forces ukrainiennes lançant des assauts sur le Dniepr, en direction de la Crimée, près de Kherson. (Illustration par Epoch Times, Shutterstock)

À l’est, elles marchent autour de la ruine de Bakhmut, tombée au combat, et s’efforcent de renforcer leurs défenses contre une masse toujours croissante de réservistes russes.

Entre ces deux points, à la pointe du trident, se trouve une zone clé.

C’est là que les forces ukrainiennes ont franchi la première et la plus solide ligne de fortifications de la Russie et libéré la ville de Robotyne au début du mois de septembre.

Certains responsables militaires ukrainiens pensent que l’Ukraine a désormais percé le plus difficile des réseaux de défense de la Russie dans le sud de l’Ukraine.

Une illustration montre que si les forces ukrainiennes parviennent à pousser de Robotyne à Tokmak, elles pourraient continuer à pousser vers le sud en direction de la mer d'Azov, et éventuellement prendre l'une des villes occupées par la Russie, Mariupol ou Melitopol. (Illustration par The Epoch Times, Shutterstock)
Illustration des forces ukrainiennes progressant de Robotyne à Tokmak, elles pourraient continuer à avancer en direction de la mer d’Azov, et éventuellement prendre l’une des villes occupées par la Russie, Marioupol ou Melitopol. (Illustration par Epoch Times, Shutterstock)

Robotyne, située dans la région de Zaporizhzhia, se trouve sur la route entre la ville d’Orikhiv, sur la ligne de front, et le centre ferroviaire de Tokmak, occupé par les Russes. Sa position stratégique pourrait permettre à l’Ukraine d’attaquer les principales lignes de ravitaillement russes.

Si les forces ukrainiennes parviennent à avancer de Robotyne à Tokmak, à une trentaine de kilomètres au sud, elles pourraient effectivement diviser les forces russes qui occupent la région au nord de la mer d’Azov, coupant ainsi les approvisionnements de celles situées à Kherson et à l’ouest de Zaporizhzhia.

En outre, cela donnerait à l’Ukraine un point d’appui pour pousser vers le sud à travers la province de Zaporizhzhia, vers la mer d’Azov, et pour prendre soit la ville portuaire occupée de Mariupol, soit Melitopol plus à l’ouest.

Mais une trentaine de kilomètres est une longue distance pour une armée qui se déplace sur une distance de deux terrains de football par jour. D’autant plus que l’hiver brutal de l’Europe de l’Est se profile à l’horizon.

S’emparer de Marioupol ou de Melitopol coûterait cher, sans aucun doute, mais cela couperait des milliers de soldats russes de leurs lignes de ravitaillement, et priverait la Russie de son seul pont terrestre vers la Crimée.

Les dirigeants ukrainiens restent très discrets sur leurs intentions, et personne en dehors du commandement ne sait avec certitude dans quelle direction s’orientera la prochaine offensive. Mais il est assez clair qu’ils ont l’intention de récupérer chaque mètre de terrain perdu lors de la tentative de conquête de la Russie.

Il est également clair que la paix n’est pas imminente et qu’elle n’est pas non plus recherchée actuellement.

La victoire – c’est entendu – sera atteinte dans des années plutôt que dans des mois.

Une illustration montre les territoires libérés et ceux occupés par la Russie le long de la ligne de front au sud et à l'est de l'Ukraine. (Illustration par The Epoch Times, Shutterstock)
Les territoires libérés par les Ukrainiens et ceux occupés par la Russie le long de la ligne de front au sud et à l’est de l’Ukraine. (Illustration par Epoch Times, Shutterstock)

La montée en puissance qui a échoué

Comment la contre-offensive ukrainienne, tant annoncée, a abouti à cette impasse vicieuse reste un sujet de controverse.

Lorsque les dirigeants militaires ukrainiens ont annoncé leur contre-offensive le 4 juin, les conseillers occidentaux ont insisté sur la nécessité de reprendre rapidement les positions clés. Les militaires ukrainiens, impatients de recevoir des armes et des équipements de meilleure qualité de la part de leurs partenaires occidentaux, ont obtempéré – du moins, dans un premier temps.

Les troupes se sont lancées à la tâche de briser les lignes russes, mais se sont immédiatement enlisées dans la boue et les champs de mines, devenant des proies parfaites pour les équipes de chasseurs-tueurs russes en embuscade.

En juillet, l’avancée s’est ralentie à un rythme d’escargot, amenant les analystes occidentaux à se demander si la guerre pouvait encore être gagnée. Les forces russes ont profité de cette accalmie pour quadrupler la taille de leurs champs de mines entre juin et septembre, augmentant ainsi la profondeur et la densité des mines sur l’ensemble du front.

Les véhicules de déminage ukrainiens, équipés pour déminer environ 90 mètres, ont dû faire face à des champs de mines cinq fois plus longs.

Cependant, alors que de nombreux conseillers occidentaux étaient frustrés par l’absence de gains notables sur les cartes, les officiers ukrainiens commençaient à s’adapter à la réalité du champ de bataille. Ils ont décidé que l’Ukraine adopterait la forme de guerre lente, pénible, mais gagnable qui domine aujourd’hui les lignes de front.

L’OTAN commence aujourd’hui à récolter les fruits de ce travail lent et pénible. Lors d’une visite à Kiev le 28 septembre, le secrétaire général Jens Stoltenberg a reconnu que l’Ukraine « gagnait progressivement du terrain ».

Les Alliés, a-t-il dit, doivent accepter les coûts à venir afin d’éviter un coût plus important qui serait inévitablement engendré par une capitulation face à la Russie, ouvrant ainsi une nouvelle ère de conquête.

« Plus l’Ukraine se renforce, plus nous nous rapprochons de la fin de l’agression russe », a déclaré M. Stoltenberg.

« La Russie pourrait déposer les armes et mettre fin à sa guerre aujourd’hui. L’Ukraine n’a pas cette possibilité. La capitulation de l’Ukraine ne signifierait pas la paix. Elle signifierait une occupation russe brutale. Une paix à n’importe quel prix ne serait pas une paix du tout. »

Accepter la boucherie

En s’éloignant des conseils des analystes étrangers et en se concentrant sur une forme plus lente de guerre de manœuvre, l’Ukraine a repris plus d’une douzaine de villages fortifiés en un peu plus de deux mois.

Cette stratégie, qui repose principalement sur l’assaut de petites unités d’infanterie complété par des tirs d’artillerie de précision, est fructueuse mais lente. Chaque pas est un combat acharné.

Des pompiers éteignent un incendie provoqué par une frappe russe à Zaporizhzhia, en Ukraine, le 6 octobre 2022. (Marina Moiseyenko/AFP via Getty Images)
Des pompiers éteignent un incendie provoqué par une frappe russe à Zaporizhzhia, en Ukraine, le 6 octobre 2022. (Marina Moiseyenko/AFP via Getty Images)

Selon un rapport (pdf) compilé par le Royal United Services Institute (RUSI), un groupe de réflexion basé au Royaume-Uni, les forces ukrainiennes avancent en moyenne de 140 à 240 mètres par jour.

Aussi pénible que cela puisse être, ce rythme permet à l’Ukraine de préserver une plus grande partie de ses troupes et de son équipement, alors que ses précédentes tentatives de percée rapide ont causé des ravages dans ses réserves déjà précieuses.

Ces premières défaites ukrainiennes pourraient donc indiquer un échec des conseillers occidentaux plutôt que des officiers ukrainiens, a écrit Nataliya Bugayova, membre du groupe de réflexion Institute for the Study of War, dans un rapport daté du 25 septembre.

« L’Ukraine a reconnu les réalités des défenses russes beaucoup plus rapidement que les décideurs politiques occidentaux, qui s’attendaient à une percée rapide de l’Ukraine », explique Mme Bugayova dans le rapport.

« Les forces ukrainiennes ont fait ce que font les armées qui réussissent. Elles se sont adaptées, et elles avancent à nouveau. »

Les responsables occidentaux voulaient une guerre éclair mais, en termes très simples, l’Ukraine ne peut pas tenir le territoire qu’elle gagne si elle va plus vite.

En retardant le point culminant de la contre-offensive, l’Ukraine peut s’assurer qu’elle libère le plus de territoire possible et qu’elle dégrade un maximum de capacités russes en cours de route.

Toutefois, la lenteur de l’opération donne aux forces russes le temps de s’adapter, et c’est ce qu’elles font.

Bien qu’elles perdent du terrain, les forces russes se sont solidifiées et effectuent désormais des retraits ordonnés, entravant avec succès les avancées ukrainiennes, même lorsqu’elles battent en retraite.

Ces actions d’arrière-garde, outre le fait qu’elles ralentissent l’avancée de l’Ukraine, pèsent également sur le matériel ukrainien.

Un soldat ukrainien lance un obus vide alors que son unité d'artillerie tire en direction des positions russes à la périphérie de Bakhmut, en Ukraine, le 30 décembre 2022. (Sameer Al-doumy/AFP via Getty Images)
Un soldat ukrainien lance un obus vide alors que son unité d’artillerie tire en direction des positions russes à la périphérie de Bakhmut, en Ukraine, le 30 décembre 2022. (Sameer Al-doumy/AFP via Getty Images)

Ainsi, pour maintenir l’élan qu’elle a durement acquis face à un ennemi aussi imposant, l’Ukraine a besoin d’une aide extérieure. Cela signifie que les alliés occidentaux doivent continuer à lui fournir une aide en matière de sécurité, non seulement à court terme, mais peut-être aussi pour les années à venir.

À cette fin, Mme Bugayova estime que les conseillers occidentaux doivent adhérer au mode de guerre de l’Ukraine, non seulement pour cette contre-offensive, mais aussi pour l’hiver et la prochaine contre-offensive.

« Les opérations ukrainiennes peuvent se poursuivre, et se poursuivront probablement, malgré la pluie et la boue – même si elles se déroulent à un rythme plus lent », a-t-elle déclaré.

« L’Ukraine peut gagner cette guerre militairement, mais il faudra plus d’une contre-offensive. »

La pénurie de munitions modifie les stratégies

Cette dépendance à l’égard des États-Unis et de leurs partenaires européens soulève une question essentielle.

Il ne fait aucun doute pour les Ukrainiens qu’ils sont en guerre pour le long terme.

Mais la question de savoir si l’Ukraine peut ou non obtenir les ressources nécessaires pour soutenir cette action à long terme est différente.

D’ores et déjà, les pénuries d’approvisionnement ont, à plusieurs reprises, gravement affecté les opérations tant russes qu’ukrainiennes. Les dirigeants de Moscou et de Kiev ont dû s’adapter à la réalité, à savoir que les munitions indispensables allaient manquer dans un avenir prévisible.

Moscou, comme Kiev, a commencé la guerre en s’appuyant essentiellement sur les tirs d’artillerie.

Une unité d'artillerie tire en direction des positions russes dans l'est de l'Ukraine le 28 décembre 2022. (Sameer Al-doumy/AFP via Getty Images)
Une unité d’artillerie tire en direction des positions russes dans l’est de l’Ukraine, le 28 décembre 2022. (Sameer Al-doumy/AFP via Getty Images)

Selon le rapport du RUSI, les forces russes ont d’abord suivi des prévisions concernant le nombre d’obus nécessaires pour différents types de combats, en se basant sur les doctrines stratégiques de la Seconde Guerre mondiale. Aujourd’hui, dans la deuxième année de guerre, Moscou s’est adaptée au fait qu’elle ne dispose tout simplement pas des munitions ou ne contrôle pas les itinéraires logistiques nécessaires pour soutenir de telles cadences de tir pendant très longtemps.

Sur ce point, l’Ukraine a pris l’avantage dans l’est du pays. Selon le rapport du RUSI, la capacité des forces ukrainiennes à progresser dépend largement de leur capacité à acquérir une supériorité en matière de tirs d’artillerie.

« Le fait de distancer les Russes et de disposer de meilleurs moyens pour détecter l’artillerie ennemie et effectuer des tirs de contre-batterie constitue un avantage ukrainien essentiel », indique le rapport.

Cet avantage est limité dans le temps par la capacité d’entretien des pièces d’artillerie ukrainiennes, la disponibilité de canons de remplacement et l’approvisionnement continu en munitions de 155 mm.

C’est un problème, car de nombreux pays de l’OTAN sont eux-mêmes confrontés à des pénuries de munitions de 155 mm. Les États-Unis, la première puissance occidentale, sont les premiers concernés.

Depuis août 2022, les craintes d’une baisse inconfortable des stocks d’artillerie se sont accrues.

Un ouvrier vérifie la production d'obus d'artillerie de 155 mm à l'usine de munitions de l'armée de Scranton (Pennsylvanie), le 12 avril 2023. Les États-Unis, parmi de nombreux pays de l'OTAN, sont maintenant confrontés à des pénuries de munitions de 155 mm, car le pays continue de les fournir à l'Ukraine. (Hannah Beier/Getty Images)
Un ouvrier vérifie la production d’obus de 155 mm à l’usine de munitions de l’armée de Scranton (Pennsylvanie), le 12 avril 2023. (Hannah Beier/Getty Images)

Depuis lors, la secrétaire d’État à l’armée, Christine Wormuth, a déclaré que la capacité de production de munitions des États-Unis était poussée à la « limite absolue ». Mark Milley, alors chef d’état-major interarmées, avait déclaré que le pays avait « un long chemin à parcourir » pour reconstituer ses stocks qui s’amenuisent cruellement.

Les États-Unis prévoient actuellement d’augmenter leur production de munitions de 500 % d’ici à 2027, mais ce chiffre ne permettrait toujours pas d’atteindre les niveaux actuels requis de moitié.

La question de savoir combien de temps l’équilibre actuel pourra être maintenu reste toutefois ouverte. Les stocks des Alliés ne sont pas non plus infinis et certains partenaires réfléchissent déjà à leurs propres préoccupations en matière de sécurité.

La Corée du Sud, par exemple, a refusé les demandes de vente de munitions, invoquant la crainte d’une agression nord-coréenne.

Il est clair que si l’Ukraine espère maintenir son avantage, elle devra trouver autre chose que l’artillerie pour y parvenir.

Avions, chars et automobiles

Pour sa part, l’Ukraine cherche à renforcer sa contre-offensive avec de nouvelles capacités, en améliorant la position de son infanterie avec des blindés, des drones à longue portée et des avions de chasse avancés.

Les premières livraisons de chars de combat Abrams américains sont arrivées en Ukraine à la fin du mois de septembre. Ils sont accompagnés d’obus à l’uranium appauvri de 120 mm. Ces munitions, fabriquées à partir d’un métal extrêmement dense, donneront à l’Ukraine la capacité tant recherchée de percer les chars d’assaut russes.

De même, les dirigeants néerlandais et danois ont accepté en août de donner des avions de combat F-16 à l’Ukraine. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a déclaré que cette technologie aiderait l’Ukraine à étendre sa contre-offensive et à introduire une nouvelle méthode de guerre le long du front.

« Le F-16 donnera certainement une nouvelle énergie, une nouvelle confiance et une nouvelle motivation aux combattants et aux civils », a déclaré M. Zelensky dans un message adressé aux forces armées ukrainiennes. « Je suis certain qu’il apportera de nouveaux résultats à l’Ukraine et à l’ensemble de la [région européenne]. »

De nombreux aspects de l’accord restent flous, notamment le nombre exact d’avions de combat que l’Ukraine recevra et le temps qui s’écoulera avant que ses pilotes ne fassent voler les F-16 dans le ciel ukrainien et, éventuellement, dans le ciel russe.

De même, on ne sait pas si l’Ukraine est prête à respecter sa promesse de ne pas utiliser les avions pour porter le combat sur le territoire russe, ce qui risquerait d’envenimer un conflit déjà tendu par des menaces d’anéantissement nucléaire.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky (à gauche) et la première ministre danoise Mette Frederiksen sont assis dans un avion de chasse F-16 à la base aérienne de Skrydstrup, au Danemark, le 20 août 2023. Les dirigeants néerlandais et danois ont accepté de donner à l’Ukraine des avions de combat F-16, ce qui, selon Zelensky, aiderait l’Ukraine à étendre sa contre-offensive. (Mads Claus Rasmussen/Ritzau Scanpix/AFP via Getty Images)
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky et la Première ministre danoise Mette Frederiksen sont assis dans un avion de chasse F-16 à la base aérienne de Skrydstrup, au Danemark, le 20 août 2023. Les dirigeants néerlandais et danois ont accepté de donner à l’Ukraine des avions de combat F-16, ce qui, selon Zelensky, aiderait l’Ukraine à étendre sa contre-offensive. (Mads Claus Rasmussen/Ritzau Scanpix/AFP via Getty Images)

Des hivers sanglants à venir

Pour sa part, le commandement militaire ukrainien n’attendra pas l’occasion de lancer une nouvelle contre-offensive. Il semble déterminé à tirer le meilleur parti du soutien dont il dispose, et à se battre même si l’hiver s’annonce rude.

« Les actions de combat se poursuivront d’une manière ou d’une autre », a déclaré le chef des services de renseignement de Kiev, Kyrylo Budanov, lors d’une conférence au début du mois de septembre.

« Dans le froid, l’humidité et la boue, il est plus difficile de se battre. [Mais] les combats se poursuivront. La contre-offensive se poursuivra. »

Il est probable que la Russie espère bloquer l’Ukraine pendant les mois les plus froids en multipliant les attaques contre les infrastructures alimentaires et énergétiques, comme elle l’a fait l’année dernière.

À cette fin, maintenir la pression sur la Russie, en limitant sa capacité à frapper les infrastructures et constituer des réserves, sera un objectif clé pour l’Ukraine tout au long de la saison.

« Les opérations offensives actuelles de l’Ukraine se poursuivront probablement jusqu’à l’automne, mais il convient de se demander si des mesures peuvent être prises dès maintenant pour maintenir la pression tout au long de l’hiver », indique le rapport du RUSI.

Même si l’Ukraine se bat, et se bat bien, pendant l’hiver, il reste le problème de l’étendue du territoire à libérer.

À ce jour, l’Ukraine a libéré environ 27.500 km² de territoire dans l’est et le sud occupés, selon DeepState UA, un groupe de renseignements open-source reconnu et approuvé par l’armée ukrainienne.

Il reste cependant plus de 160.000 km² de territoire occupé par la Russie dans l’est et le sud de l’Ukraine. Il est important de noter que ce chiffre ne comprend pas les territoires illégalement annexés de Crimée, de Donetsk et de Lougansk, qui sont aujourd’hui dirigés par des gouvernements fantoches russes.

Si ces territoires sont inclus dans l’Ukraine occupée par la Russie, la superficie totale restant à libérer est d’environ 274.500 km².

L’Ukraine n’a donc libéré qu’un dixième environ du territoire occupé à l’est et au sud.

Indépendamment des progrès réalisés au cours de la contre-offensive ukrainienne, indique le rapport du RUSI, des offensives ultérieures seront nécessaires pour parvenir à la libération du territoire ukrainien.

Si l’avancée de l’Ukraine doit se poursuivre, le pays devra donc se battre et recevoir des ressources financières et matérielles substantielles de la part de ses alliés pendant les années à venir.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.