L’artiste de plein air peint des scènes qui correspondent parfaitement à son environnement en plein air: vagues, prairies, montagnes, etc.

Par Michael Wing
1 août 2022 21:44 Mis à jour: 1 août 2022 21:44

Richard J. Oliver, peintre de plein air de SoCal, sait que plus l’artiste peut exprimer en un seul coup de pinceau, plus il est satisfait. Il applique la maxime de l’artiste avisé : « moins, c’est plus ».

C’est tout le contraire de la façon dont il peignait autrefois dans l’atelier qu’il occupe depuis 30 ans. « J’explique souvent ce processus de manière métaphorique en disant qu’il s’agit de faire des tableaux comme des poèmes haïku plutôt que de longs essais descriptifs », a expliqué Richard à Epoch Times. Installé à Los Angeles, il a rejoint la tradition du plein air du 20e siècle pour changer de rythme après avoir suivi les anciens maîtres pendant deux décennies.

Ce style est né de l’apparition des couleurs à l’huile en tube, prêtes à l’emploi. La tâche de l’artiste est ainsi facilitée pour le transport, l’installation des chevalets et peindre de front des jardins ombragés, des cafés et des paysages ouverts.

Des peintres à l’huile célèbres sont nés de ce genre nouveau et inédit, notamment John Singer Sargent avec les réalistes et Cézanne avec les impressionnistes. « J’étais très attiré par l’art de Manet et des réalistes et apprendre à peindre est devenu ma passion », a partagé Richard.

Voici quelques-unes des œuvres de Richard J. Oliver :

(Avec l’aimable autorisation de Richard Oliver)
(Avec l’aimable autorisation de Richard Oliver)
(Avec l’aimable autorisation de Richard Oliver)

(Avec l’aimable autorisation de Richard Oliver)

Voyager dans des endroits tels que la Provence, en France, le versant oriental de la Sierra et la côte californienne est devenu le plus gratifiant des sabbats artistiques pour Richard, originaire du Pays de Galles, au Royaume-Uni.

Richard adopte un équipement léger pour ses excursions. Le transport du matériel de peinture s’accumule, mais il aime néanmoins partir avec un sac à dos dans des endroits reculés et enchanteurs situés hors des sentiers battus. « La lumière en Provence est si chaleureuse, les bâtiments et les vignobles donnent une inspiration sans fin », dit-il. « J’ai visité et peint la chaîne de montagnes des Sierras à plusieurs reprises et elle m’inspire toujours à revenir. »

À propos de son objectif ultime, il a partagé : « J’essaie d’exprimer la première impression que la scène ou le motif particulier a invoquée en moi. Je souhaite que mon travail soit moins descriptif et plus suggestif, en utilisant la forme, la texture, la valeur, la teinte, la saturation, les masses et la variété comme principaux outils. »

Conformément à la tendance actuelle, les tableaux de Richard deviennent effectivement viraux sur Instagram. Sur place, il peint des toiles de plein air réalistes, encore humides, afin qu’elles se fondent comme par magie dans leur environnement. En les capturant et en les affichant, il laisse les internautes s’émerveiller sur les médias sociaux.

Richard n’a cependant pas toujours peint de cette façon.

(Avec l’aimable autorisation de Richard Oliver)
(Avec l’aimable autorisation de Richard Oliver)
(Avec l’aimable autorisation de Richard Oliver)
(Avec l’aimable autorisation de Richard Oliver)

Pendant 20 ans, il a suivi une voie plus traditionnelle : la peinture en atelier, à l’instar des maîtres de la Renaissance, jusqu’à ce qu’une maladie menaçant sa vie le pousse à sortir et à tenter l’expérience en plein air pour la première fois. C’est devenu une profession.

En fait, les artistes d’avant le 19e siècle procédaient également ainsi. John Constable s’est aventuré à l’extérieur, Turner l’a suivi pour réaliser des croquis à l’huile directement dans la nature. Cette méthode contrastait avec les pratiques laborieuses de la peinture en studio, qui consiste à peindre en couches, à attendre que chacune sèche avant de la recouvrir, ce qui prend des semaines, des mois ou des années. Ces esquisses directes étaient utilisées comme référence en studio, pour être ensuite mises à l’échelle et transformées en œuvres « finies » plus grandes.

C’est dans cette veine que s’inscrit l’activité de Richard aujourd’hui.

(Avec l’aimable autorisation de Richard Oliver)
(Avec l’aimable autorisation de Richard Oliver)
(Avec l’aimable autorisation de Richard Oliver)
(Avec l’aimable autorisation de Richard Oliver)
(Avec l’aimable autorisation de Richard Oliver)

« Alors qu’à l’extérieur, l’accent est mis à enregistrer, à réagir à la scène et à capturer un maximum d’informations aussi rapidement que possible alors que tout change autour de moi », a-t-il souligné. « J’essaie d’enregistrer les couleurs et la lumière pour qu’elles guident mes peintures en studio où j’ai plus de temps pour contempler et infuser un style dans l’environnement contrôlé du studio. »

Évoquant le peintre John Constable, il explique : « J’aborde mes peintures en plein air davantage comme une note d’étude de terrain. J’utilise généralement un fond neutre de couleurs chaudes et je réalise une ébauche de tons neutres avant d’ajouter la couleur. J’emporte avec moi une palette de couleurs primaires à température variable, que j’ai développée au fil des ans et qui convient à tous les environnements où je vais tout en gardant les peintures harmonieuses. »

Richard trouve que peindre en plein air est « extrêmement difficile », mais « profondément gratifiant une fois que vous avez développé un système de techniques de travail rapide ».

Il rêve d’avoir un jour une galerie Richard J. Oliver. Mais, pour l’instant, les foires d’art font très bien l’affaire, permettant à Richard de partager sa passion avec le monde extérieur.

L’artiste peignant sur place (Avec l’aimable autorisation de Richard Oliver)
L’artiste sur le site (Avec l’aimable autorisation de Richard Oliver)
L’artiste montrant ses œuvres (Avec l’aimable autorisation de Richard Oliver)

***

Chers lecteurs,
Abonnez-vous à nos newsletters pour recevoir notre sélection d’articles sur l’actualité.
https://www.epochtimes.fr/newsletter

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.