Nicolas Noguier, fondateur de l’association LGBT Le Refuge, mis en examen pour viol et agression sexuelle

Par Léonard Plantain
27 janvier 2022 09:09 Mis à jour: 27 janvier 2022 09:09

Après plusieurs plaintes et signalements, Nicolas Noguier, le fondateur de l’association LGBT Le Refuge, a été mis en examen pour viol, agression sexuelle, travail dissimulé et harcèlement moral.

Actuellement en liberté mais placé sous contrôle judiciaire, Nicolas Noguier, le fondateur de l’association LGBT Le Refuge, a été mise en examen pour « viol » et « agressions sexuelles », à la suite de plusieurs plaintes et signalements déposés au parquet de Montpellier en février 2021, a rapporté BFMTV.

Ce dernier est également poursuivi pour « travail dissimulé » et « harcèlement moral » sur plusieurs membres de l’association LGBT. À noter que l’ancien directeur de l’association, Frédéric Gal, qui héberge des personnes LGBT rejetées par leur famille, a également été mis en examen pour « harcèlement sexuel ».

Pour l’heure, 5 personnes interrogées ont affirmé avoir été victimes de faits de nature sexuelle, a rapporté Valeurs Actuelles. Quant aux accusés Nicolas Noguier et Frédéric Gal, ils contestent les faits. D’après leurs avocats : « Les charges en l’état sont toujours insuffisantes pour penser que les infractions pourraient être constituées. Nous sommes confiants pour la suite du dossier », ont-ils déclaré.

Concernant les autres plaintes, plusieurs employés et bénévoles accusent les deux dirigeants d’avoir eu un large recours au bénévolat pour des tâches censées être destinées aux salariés, en plus d’avoir subi du harcèlement moral.

 


Rejoignez Epoch Times sur Telegram
👉 t.me/Epochtimesfrance

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.