Ils reçoivent une facture téléphonique de 12.500 euros après des vacances en Turquie

Par Léonard Plantain
29 septembre 2022 07:33 Mis à jour: 29 septembre 2022 07:33

Dans l’Oise, Virginie et Djamel, en couple, ont reçu une très mauvaise surprise en découvrant leur facture téléphonique après un retour de vacances en Turquie. En effet, l’opérateur Bouygues Telecom leur réclame désormais la coquette somme de 12.516,69 euros.

C’est un retour de vacances qui passe mal. Après un voyage en Turquie, Virginie et Djamel sont revenus dans l’Oise à Rantigny. Problème, dans leur boîte aux lettres se trouvait une facture exorbitante correspondant à leurs deux lignes, pour un total de 12.516,69 euros, a rapporté Le Courrier Picard.

« Je lui ai demandé s’il n’avait pas remis les données cellulaires, que nous avions désactivées à l’aéroport avant de partir. Il me certifie que non. Mais quand bien même, je ne comprends pas comment il est possible d’atteindre une telle somme sans que le forfait soit bloqué. Pourquoi n’avons-nous pas été appelés plus tôt avant qu’on atteigne des milliers d’euros ? » déplore Virginie.

De son côté pourtant, Bouygues Telecom nie toute erreur, a rapporté Capital. L’opérateur affirme également que « la facture correspond à la tarification des communications effectuées conformément aux forfaits et options souscrits » et que « l’utilisateur de la ligne a été alerté par pas moins de 10 SMS : un premier lors de sa connexion au réseau local à l’étranger, puis 9 SMS d’alerte à chaque franchissement de seuil de communications, de 50 Mo à 5 Go ».

Désormais, Virginie et Djamel contestent la somme qui leur est réclamée en démontrant leur bonne foi. Le couple souhaite par ailleurs « conserver nos numéros, car ce sont ceux de l’entreprise, on ne peut pas se permettre de les perdre ». Quant à Bouygues Telecom, l’opérateur a indiqué que la réclamation était « prise en charge » par ses services.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.