Shen Yun : « Ce pied de nez au totalitarisme chinois, il fallait l’oser »

Shen Yun : « Ce pied de nez au totalitarisme chinois, il fallait l’oser »

Jean-Paul Nowak, ancien responsable développement, était venu découvrir Shen Yun à Roubaix avec son épouse, Martine Nowak, le 16 avril. (NTD)

17 avril 2022

ROUBAIX – Samedi 16 avril, Jean-Paul et Martine Nowak étaient venus découvrir les 5000 ans de culture traditionnelle chinoise avec la compagnie Shen Yun Performing Arts. Ces Pas-de-Calaisiens attendaient cette expérience depuis deux ans.

Jean-Paul Nowak est un ancien responsable développement pour une entreprise d’insertion professionnelle. « Féérique ! Moi, j’ai beaucoup aimé. C’est féérique ! J’avais eu le coup de foudre parce que j’avais vu un extrait dans une publicité à la télévision et j’avais promis à mon épouse d’aller voir cela, et pas déçu du tout. »

« On a envie de les connaître… Chaque danseur, chaque danseuse… »

Pour Martine Nowak, « c’est la synchronisation des gestes. Et je me suis dit : mon Dieu, mais quel travail il a dû y avoir derrière ! »

Un élément présent chez les danseuses de Shen Yun l’a particulièrement marquée : « Elles sont minces, elles sont magnifiques ! Et une chose que j’ai remarquée… Pour moi, c’est une forme de respect, ce sont les pantalons en dessous de leurs jupes… Moi j’ai trouvé ça très sain, je n’ai jamais vu ça nulle part ailleurs. »

Monsieur Nowak exprime son ressenti par rapport aux artistes de Shen Yun : « On le sentait, je vous le dis, pour chacune d’elles, chacun d’eux, on ressentait leur cœur. »

Aussi a-t-il souhaité en savoir un peu plus sur les artistes de Shen Yun : « J’ai d’ailleurs parcouru les différentes présentations qui sont faites dans le programme et chacun des artistes, dont les premiers danseurs, premières danseuses… sont d’un très haut niveau physique, mais également je pense, intellectuel. »

« On ne peut pas dire mieux, et c’est d’autant plus spectaculaire que la compagnie voyage dans le monde, sauf en Chine, je présume… La compagnie ne peut pas faire ce spectacle en Chine, et justement, ce pied de nez à ce totalitarisme chinois, il fallait aussi l’oser avec ce papa qui est médecin chirurgien… Donc, c’était vraiment bien… et tout en finesse… et ça, la compagnie sait le faire. Cette beauté, cette finesse, cette douceur… ils sont des exemples ! »

« On a envie de les connaître… Chaque danseur, chaque danseuse… on a envie de les connaître, justement de par cet aspect-là, d’ailleurs, ce ne sont pas des danseurs de French cancan ou … non pas du tout, c’est… C’est chouette ! Ils sont beaux et elles sont belles ! »

« C’est bon pour notre cœur et c’est bon pour ce qu’on pense »

Le couple a été sensible à la spiritualité présente dans les tableaux de Shen Yun. « Nous sommes très croyants et on voyait bien la guerre, si je puis dire… entre le bien et le mal… Et cela, dans chacune de ces chorégraphies, je crois qu’on l’a mis en avant. »

Le dernier tableau dansé les aura particulièrement touchés. « Ce qui était assez spectaculaire d’ailleurs, dans l’une des dernières scènes, c’est quand vous voyez ce tsunami-là qui vient et qui détruit… Vous êtes scotché… Vous êtes vraiment scotché à votre fauteuil, et c’est le bien qui va l’emporter ! » « On est croyants tous les deux », confie Mme Nowak, « donc la fin des temps… on y croit aussi un peu… pas la fin des temps, mais nous croyons surtout à la fin d’une société mauvaise… nous croyons à… moi, je crois que la mauvaise gestion, la mauvaise gestion de la terre par l’être humain va être éliminée par le divin justement. »

Jean-Paul Nowak estime que Shen Yun n’est « pas seulement un plaisir, parce que, avoir un plaisir, c’est super… on passe un bon moment, mais ça ne vous apporte rien ! Alors que là, de façon très, très douce, on passe un message… donc c’est beau… c’est bien et c’est bon… c’est bon pour notre cœur et c’est bon pour ce qu’on pense ».

Le couple Nowak explique que Shen Yun véhicule un « message de compassion et de foi. Ayons la foi, ayons la foi, cela va nous sauver. Et alors, peut-être que la statue de Bouddha, de Krishna, ou peu importe… C’est différent dans chacun des pays, mais il y a une chose qui va nous sauver, c’est l’Amour ! C’est cet Amour qu’on peut avoir entre nous, entre gens de différentes couleurs, entre gens de différents pays ! Et des spectacles comme celui-ci, le fait de faire prendre un peu conscience, je pense que c’est assez intéressant. »

Pour en savoir plus : https://fr.shenyunperformingarts.org/