À la veille des Jeux olympiques de Rio, le système sportif chinois accuse une pénurie de talents

Depuis le début de la participation de la République populaire de Chine aux Jeux olympiques dans les années 1980, le système d’entraînement exténuant des athlètes de l’empire du milieu est devenu célèbre pour sa moisson de médailles. Mais le régime d’entraînement spartiate finirait par plomber les performances du pays aux Jeux de cette année à Rio de Janeiro au Brésil.

Dans la mesure où les options de carrière s’avèrent très limitées pour ceux qui échouent à se hisser au sommet de leur sport, de plus en plus de parents chinois se montrent réticents à laisser leur progéniture consacrer sa vie au sport. Selon un rapport publié par Reuters, ce serait la raison principale de la pénurie qui frappe actuellement le bassin sportif chinois. Le China Sports Daily rapportait ainsi en avril dernier que le tennis de table n’avait enregistré qu’environ 23 000 adhérents, contrairement à des chiffres près de quatre fois plus élevés à la fin des années 1980.

Selon les statistiques officielles de l’État chinois, le nombre d’ouverture d’écoles de formation sportive est passé dans le pays de près de 3 700 en 1990 à seulement 2 183 actuellement.

Huang Qin, un responsable du Parti communiste en charge d’une école de sport à Shanghai, a confié à Reuters : « Dans les années 1980 et 1990, les écoles comme la nôtre étaient extrêmement attrayantes. »

A cette époque, pour toutes les familles pauvres chinoises, mettre sa progéniture dans le monde du sport était considéré comme une opportunité de gagner à la fois notoriété et prospérité.

Mais les critères de sélection et de formation étaient extrêmement durs et l’échec – le résultat pour la majorité des jeunes athlètes – était inenvisageable. N’ayant pas suivi d’enseignement traditionnel et sans diplôme universitaire, il devenait presque impossible pour ces jeunes sportifs de trouver un emploi normal par la suite.

Puisque les parents chinois ne veulent plus jouer le tout pour le tout en envoyant leur enfant dans les établissements sportifs, Reuters rapporte que les écoles sont en train de modifier leurs méthodes de formation.

Il y a trois ans, l’école de Huang, l’école No.1 de sport pour enfant (Children’s Sports School Pudong New Area), a rendu caduque une règle vieille de quarante ans, qui imposait aux élèves l’obligation d’étudier, de s’entraîner et de vivre exclusivement sur le campus de l’établissement.

Plus de la moitié des élèves de l’école effectuent à présent leur scolarité dans d’autres établissements. À Pékin, une école, qui a produit sa part de champions olympiques, se concentre maintenant sur les moyens de fournir aux athlètes des compétences indispensables à la vie « normale », ainsi que le soutien nécessaires à leur vie après leur carrière sportive.

Pour Wang Linwen de la province du Shanxi, ancienne professionnelle d’arts martiaux, il était urgent de réformer le système.

Wang, qui a aujourd’hui 25 ans, a pris sa retraite en 2009. Son emploi du temps de travail s’étalait sur sept jours, le weekend étant réservé aux études universitaires, raconte-t-elle à Reuters.

« J’ai perdu énormément au change, parce que je n’ai pas connu l’expérience du système d’éducation, » regrette-t-elle.

Version anglaise : Ahead of Rio Olympics, Chinese Sports System Faces Talent Drain

 
VOIR AUSSI