Ce « club hors ligne » confine les téléphones portables de ses clients, leur offrant ainsi une pause dans leur vie trépidante

Par Deborah George
30 mai 2024 16:33 Mis à jour: 7 juin 2024 18:24

« Échangez le temps passé devant l’écran contre du temps réel. »

Tel est le slogan du Offline Club, une entreprise basée aux Pays-Bas qui fait la promotion des contacts humains hors ligne. Les fondateurs du club sont trois amis de la génération Z : Ilya Kneppelhout, 27 ans, Valentijn Klok, 27 ans, et Jordy van Bennekom, 28 ans.

Ilya Kneppelhout, originaire d’Amsterdam, a étudié la gestion des entreprises et le journalisme au Wagner College de New York avant de retourner aux Pays-Bas, tandis que Valentijn Klok est un ancien chef cuisinier diplômé en commerce et en économie. Avec Jordy van Bennekom, ils changent la façon dont les gens perçoivent la technologie.

« Nous pensons que la vie réelle a beaucoup plus de valeur que la vie virtuelle », a confié Ilya à Epoch Times. « Nous pensons que le temps que nous passons sur cette planète est très limité. Que nous ne devrions pas le passer derrière un écran, mais dans le monde réel, parce que les souvenirs que nous aurons à la fin de notre vie ne seront pas des textes ou des posts Instagram – ce seront de vraies interactions avec de vraies personnes. »

Le Offline Club organise des événements hors ligne dans des cafés locaux. (Avec l’aimable autorisation de The Offline Club)
Les téléphones portables des participants sont mis à l’écart pendant les événements de The Offline Club. (Avec l’aimable autorisation de The Offline Club)
Les participants s’inscrivent aux événements du Offline Club pour se débrancher des distractions des médias sociaux et pour se reposer, refaire le plein d’énergie et se recentrer. (Avec l’aimable autorisation de The Offline Club)
Les gens passent du temps de qualité au Offline Club à faire ce qu’ils aiment le plus, que ce soit dessiner, lire un livre, crocheter ou tenir un journal. (Avec l’aimable autorisation de The Offline Club)
Les trois fondateurs du Offline Club (Avec l’aimable autorisation de The Offline Club)

L’inspiration

Mi-2021, inspiré par la « semaine de réflexion » de Bill Gates, qui se débranche d’Internet pour stimuler sa créativité, Jordy a annoncé à Ilya qu’il prévoyait de se débrancher pendant quelques jours. Le temps qu’il a passé loin de la technologie a donné de merveilleux résultats. L’impact positif a incité Ilya, qui passait beaucoup de temps en ligne, à tenter une désintoxication numérique à son tour ; il savait que quelque chose devait changer dans sa propre relation avec la technologie.

« Je me sentais pressé. Je me sentais distrait », a avoué Ilya. « J’avais l’impression de ne pas avoir de temps pour les choses auxquelles je voulais consacrer du temps. »

Le résultat de sa cure de désintoxication, qui a duré quatre jours, a été aussi étonnant que celui de son ami.

« Je me suis senti très reposé. Je me suis senti très calme. J’avais tellement d’inspiration et d’espace pour la créativité et de nouvelles idées. Je n’avais pas ressenti cela depuis dix ans », a-t-il dit.

Les téléphones portables ne sont pas autorisés lors de ces événements. (Avec l’aimable autorisation de The Offline Club)

Inspirés par le succès de leurs désintoxications numériques, Ilya et Jordy ont lancé Offline Getaway : une expérience hors ligne qui réunit 10 à 12 personnes dans la nature. Le premier Offline Getaway a eu lieu en octobre 2022. Ils ont organisé plusieurs autres escapades en 2023.

Chaque groupe d’invités a profité d’un week-end paisible dans la nature, à l’abri des distractions numériques. Valentijn, avec son expérience de chef cuisinier, préparait des repas sains et délicieux pour tous.

Bien que les escapades hors ligne aient été couronnées de succès, l’organisation de ces événements a nécessité un investissement en temps et en argent considérable. Rapidement, Ilya et Jordy ont commencé à rêver d’étendre leur mission au reste des Pays-Bas. C’est ainsi qu’est née l’idée du Offline Club.

« Nous voulions le rendre accessible à un public plus large », a expliqué Ilya, « principalement dans les villes où nous vivons à un rythme très rapide et où les gens prennent à peine le temps de s’arrêter ou de ralentir. »

Ces événements offrent aux gens un moment de tranquillité pour leur travail créatif. (Avec l’aimable autorisation de The Offline Club)
Les gens participent aux événements du Offline Club pour ralentir et se détendre loin de la vie urbaine trépidante. (Avec l’aimable autorisation de The Offline Club)

Le club hors ligne

Malgré son nom, The Offline Club n’est ni un lieu ni un café. Il organise des « séances de désintoxication numérique » dans des cafés existants.

Dirigés par deux hôtes, ces rendez-vous réunissent des personnes pendant 2 à 3 heures. Chaque événement consiste en un temps calme pour soi et un temps de socialisation. Les participants peuvent tenir un journal ou lire avec du matériel qu’ils ont apporté de chez eux, discuter entre eux et se faire de nouveaux amis. Ilya explique que les conversations et les activités se déroulent de manière « spontanée ».

Bien que le Offline Club soit très nouveau, avec son premier événement organisé en février, il est sur le point de connaître une croissance rapide.

« Jusqu’à présent, nous avons déjà organisé plus de 15 événements dans quatre villes différentes des Pays-Bas », a dit Ilya. « Nous sommes également passés de zéro à plus de 200.000 abonnés en l’espace de six semaines.

Regardez la vidéo :

(Avec l’aimable autorisation de The Offline Club)

Pour beaucoup, The Offline Club est un moyen nouveau et innovant de se faire des amis. Aucune pression n’est exercée sur les participants pour qu’ils se rencontrent ; la conversation se déroule naturellement. Plusieurs participants sont timides au début de chaque événement, mais à la fin, il leur est difficile de faire leurs adieux à leurs nouveaux amis.

« Des personnes introverties nous ont dit que nos événements étaient l’un des seuls où il n’était pas trop difficile pour elles de rencontrer de nouvelles personnes et de socialiser », a expliqué Ilya.

Il y a toutes sortes de personnes présentes à chaque rencontre. Cependant, la plupart des participants ont entre 25 et 45 ans. Certains sont célibataires, d’autres sont en couple. Plusieurs personnes de plus de 50 ans adorent venir au Offline Club ; elles ont fait remarquer que cela leur rappelait le bon vieux temps aux Pays-Bas.

Ilya se souvient d’une participante plus âgée qui disait que le simple fait de voir tout le monde lire « faisait chanter son cœur ».

Construire un « contre-mouvement »

Par leur travail, les trois partenaires visent à lancer un « contre-mouvement » qui rassemble les gens et favorise une véritable interaction humaine. Et leur mouvement semble prendre de l’ampleur.

« Les gens l’ont absolument adoré », a dit Ilya. « Nous n’avons reçu que des réponses positives qui font chaud au cœur. »

(Avec l’aimable autorisation de The Offline Club)

Pourtant, la gestion de l’entreprise n’a pas été sans difficultés. Ilya est très occupé ; il travaille à temps plein tout en gérant The Offline Club.

L’entreprise a également appris à trouver un équilibre délicat pour ne pas aller à l’encontre de sa mission tout en faisant sa promotion en ligne. Ils ont choisi de promouvoir les événements sur Instagram, car le marketing hors ligne n’attirerait pas les personnes qui en ont le plus besoin.

Une semaine après que The Offline Club a ouvert son compte Instagram, deux de leurs ‘stories’ sont devenues virales. En l’espace d’un mois, ils ont accumulé 125.000 visiteurs sur les médias sociaux. Répondre à l’afflux de messages sur Instagram a été difficile pour Ilya, car il n’utilise généralement pas Instagram sur son téléphone.

« Cela a été une sorte de casse-tête pour réorganiser ma propre relation, une fois de plus, avec mes réseaux sociaux », a-t-il ajouté.

Des conseils pour éviter le « nouveau tabagisme »

Ilya, qui qualifie l’addiction à la technologie de « nouveau tabagisme », est bien conscient de ses attraits. En tant que membre de la génération Z, il a toujours connu les tentations de l’internet. Il a eu son premier téléphone à l’âge de 11 ans et a toujours été branché par la suite.

« Je pense que c’est surtout à cause de cela que je suis devenu très conscient que mon téléphone et mon mode de vie numérique ont un impact négatif sur moi », a-t-il révélé.

Ses expériences avec l’internet n’ont fait que renforcer sa détermination à lutter contre l’addiction à la technologie.

Ilya propose trois conseils de désintoxication numérique à ceux qui souhaitent réduire le temps passé devant un écran : désactiver les notifications, acheter un vrai réveil au lieu d’utiliser un téléphone, et laisser le téléphone à la maison plus souvent.

De plus en plus de personnes étant conscientes de l’impact du temps passé devant un écran, l’avenir des « escapades hors ligne » et de la « désintoxication numérique » semble très prometteur. Des milliers de personnes choisissent de suivre la devise de l’entreprise : remplacer le temps passé devant un écran par du temps réel.

« Nous nous perdons maintenant dans un océan de distractions causées par les applications des médias sociaux, soigneusement conçues par des ingénieurs de la Silicon Valley pour attirer notre attention et nous voler notre temps », a expliqué Ilya.

La jeune équipe a pour objectif de créer « un contre-mouvement » à une époque où la solitude et l’épuisement professionnel sont en hausse et de permettre à ces personnes en difficulté de se reposer et de se reconnecter avec leur véritable moi intérieur.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

EN CE MOMENT