Un ancien espion britannique, Christopher Steele, a trahi le FBI en révélant aux médias des informations sous les ordres d’Hillary Clinton

Par Ivan Pentchoukov
21 janvier 2021 21:06 Mis à jour: 22 janvier 2021 08:39

Les notes déclassifiées de l’interview du FBI avec l’ancien espion britannique Christopher Steele montrent qu’il a trahi le FBI en s’adressant aux médias sur ordre de sa cliente, Hillary Clinton, parce que le FBI avait rouvert l’enquête sur l’utilisation par Mme Clinton d’un serveur de courrier électronique privé non autorisé pour effectuer des travaux gouvernementaux.

Just the News a obtenu et publié le 19 janvier le résumé du débriefing (pdf) et une transcription des notes manuscrites prises par un agent qui a interviewé M. Steele à Londres les 18 et 19 septembre 2017.

Pendant la première heure de l’interview, le premier jour, Steele était accompagné de son partenaire d’Orbis Business Intelligence, Chris Burrows. MM. Steele et Burrows ont présenté leurs excuses aux agents pour avoir divulgué aux médias leur dossier sur le président Donald Trump. Ils ont décidé de continuer à divulguer leur dossier, car le directeur du FBI de l’époque, James Comey, a rouvert l’enquête sur le courrier électronique de Clinton. Hilary Clinton était la cliente de Steele pour ce dossier.

« STEELE a expliqué qu’au fur et à mesure que la saison électorale avançait, leur société continuait d’avoir ‘les pieds sur deux bateaux à la fois’ – sa cliente et le FBI – et après la réouverture de l’enquête sur Hillary Clinton par le directeur du FBI James COMEY, ils ont dû choisir ‘un seul cheval’ et ont préféré leur relation entreprise/client à leur relation avec le FBI », indique le document. « Ils ont suivi ce que leur cliente voulait, et ils ont parlé à la presse. »

Burrows a déclaré au bureau qu’il était dérangé par le fait que le FBI n’avait jamais payé Orbis pour le dossier anti-Trump.

Ce dossier a joué un rôle crucial dans la décision du FBI de demander un mandat en vertu de la loi sur la surveillance du renseignement étranger (FISA) pour espionner l’ancien conseiller en politique étrangère de la campagne Trump, Carter Page, selon le bureau de l’inspecteur général du ministère de la Justice. Les demandes de mandat étaient truffées d’erreurs et d’omissions importantes, dont une qui a conduit à un plaidoyer de culpabilité à une accusation de fausses déclarations fédérales par le procureur du FBI concerné.

MM. Steele et Burrows ont déclaré au FBI qu’ils considéraient Donald Trump comme leur « principal adversaire ». M. Steele a déclaré qu’il regrettait d’avoir parlé au magazine d’informations Mother Jones à propos du dossier. Le FBI a mis fin à la collaboration de Steele en tant que source après avoir découvert qu’il avait dévoilé des informations à la presse. Steele a déclaré qu’après avoir été coupé du FBI, il a donné des copies du dossier au sénateur John McCain (Parti républicain, Arizona) par un intermédiaire.

Au cours de l’interview, M. Steele n’a pas révélé l’identité de la source principale du dossier. L’homme a depuis été identifié comme un ressortissant russe qui avait fait l’objet d’une enquête du FBI sur ses liens avec les services de renseignement russes.

M. Steele a dit aux agents qu’il était confiant dans les informations qu’il avait reçues de la source principale. Mais lors d’un entretien avec le FBI, la source secondaire, Igor Danchenko, a déclaré que M. Steele avait souvent déformé ses rapports, notamment en décrivant les rumeurs mensongères qu’il avait fait circuler comme des renseignements crédibles.

Le document récemment déclassifié révèle également qu’un monsieur Danchenko a été présenté à M. Steele par Fiona Hill, une ancienne fonctionnaire du ministère des Affaires étrangères qui a témoigné contre Donald Trump lors des audiences de mise en accusation. Fiona Hill avait présenté Danchenko en 2011, deux ans après que le FBI a commencé à enquêter sur lui parce qu’il « aurait pu être une menace pour la sécurité nationale ».

Fiona Hill a dit à Christopher Steele qu’elle avait une haute opinion de M. Danchenko, selon le document. Mme Hill et M. Danchenko avaient tous deux travaillé à la Brookings Institution.

Focus sur la Chine – Découvertes sur le laboratoire de Wuhan

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.