Un examen au laser révèle une ancienne « mégalopole  » maya sous les jungles du Guatemala

Récemment, une technologie spéciale d’imagerie a permis aux archéologues de pénétrer dans les jungles denses et basses de Petén au Guatemala, révélant des dizaines de villes anciennes densément peuplées et interconnectées dans une découverte remarquable. La découverte a brisé la croyance traditionnelle, comme l’ont déjà suggéré des recherches terrestres, selon laquelle les Mayas de la fin de la période classique (650-800 ap. J.-C.) étaient une civilisation dispersée et peu peuplée.

La détection et mesure de la lumière (LiDAR) est un type de balayage laser aéroporté capable de pénétrer dans la canopée dense et de mesurer la topographie sous-jacente. En quelques minutes à peine, l’enquête a permis de découvrir ce qu’il aurait fallu des années de travail sur le terrain pour le découvrir.

Jusqu’à présent, l’étude a cartographié 2 100 km carrés de la Réserve de biosphère maya, dévoilant une vaste métropole à une échelle inimaginable auparavant. Plus de 60 000 structures ont été isolées, dont des maisons, des palais, des centres cérémoniels et des pyramides.

Il existe également un vaste réseau d’infrastructures : autoroutes surélevées reliant les centres urbains et les zones rurales, planification méticuleuse de la transformation des terres, y compris les canaux, les digues et les réservoirs pour le drainage et l’irrigation, ainsi qu’une productivité agricole optimale pour soutenir une population florissante.

« Les anciens Mayas ont transformé leur paysage à grande échelle pour le rendre plus productif sur le plan agricole », explique Marcello Canuto, directeur de l’Institut de recherche de l’Amérique centrale et l’un des archéologues à la tête du projet. « Par conséquent, il semble probable que cette région était beaucoup plus densément peuplée que ce que nous pensions traditionnellement. »

La région est à peu près deux fois plus grande que l’Angleterre, mais on pense qu’elle a été beaucoup plus densément peuplée, les estimations précédentes d’environ 5 millions d’habitants ayant été remplacées par une estimation actuelle de 10 à 15 millions. Les basses terres marécageuses que l’on croyait inhabitables se sont maintenant avérées également peuplées.

Plus surprenant, l’infrastructure défensive était omniprésente et comprenait des murs, des remparts, des terrasses et des forteresses. « C’était à grande échelle et systématique, cela a duré de nombreuses années », a déclaré Tom Garrison, du collège Ithaca.

Il a été conclu qu’à son apogée, il y a environ 1 200 ans, la civilisation maya était une culture très avancée, comme l’étaient les Chinois ou les anciens Grecs.

On a également découvert des milliers de trous creusés par des pillards qui étaient apparemment déjà au courant de l’existence de ces sites alors que les archéologues ordinaires étaient encore dans l’obscurité.

L’enquête, dirigée par PACUNAM, un organisme sans but lucratif voué à la recherche scientifique, à la préservation du patrimoine culturel et au développement durable, constituera le plus important ensemble de données LiDAR jamais réalisé pour la recherche archéologique.

« LiDAR révolutionne l’archéologie comme le télescope spatial Hubble a révolutionné l’astronomie », a déclaré Francisco Estrada-Belli, directeur du Holmal Archaeological Project. « Il nous faudra 100 ans pour analyser toutes les données et vraiment comprendre ce que nous voyons. »

Version originale 

Vous avez apprécié cet article ? Partagez-le avec vos amis et laissez-nous vos commentaires.

Le mystère du Triangle des Bermudes enfin résolu ?

 
VOIR AUSSI